Critique – 13 Hours

Notre avis sur 13 Hours, le dernier film de Michael Bay, le roi du blockbuster

13 Hours a reçu des critiques très mitigées. Une fois n’est pas coutume, car le réalisateur n’est pas vraiment dans les petits papiers de Hollywood malgré sa grande popularité et ses succès au box-office. Eh oui, tout le monde – à moins d’avoir passé les 30 dernières années dans un bunker sans contact avec l’extérieur – connaît ses films. Bad Boys, Armaggeddon et tous les Transformers, c’était lui. Ainsi que No Pain, No Gain (que j’ai trouvé excellent). Oui, ses films font « boum » et « paf dans ta face », avec plus ou moins de subtilité et d’intensité. Alors, dans tout ça, où se situe 13 Hours sur l’échelle du film d’action ?

Vous auriez l’heure ?

Pour 13 Hours, Michael Bay s’attaque à l’Histoire récente puisqu’il y relate l’attaque d’une base secrète américaine à Benghazi le 11 Septembre 2012. Et on commence avec une très longue introduction qui revient, avec images d’archives à l’appui, sur l’intervention militaire en Libye, la mort de Khadafi et la situation instable du pays. On a hâte d’arriver au fait – et marre de lire les informations qui défilent, même si une petite piqûre de rappel ne fait de mal à personne.

affiche 13 hours

Le réalisateur n’a pas vraiment l’esprit de synthèse, comme le disait si bien mon professeur de lettres, et c’est le principal défaut de 13 Hours. On sort de là en ayant la ferme impression que le titre nous donne la durée du film.

Le salaire de l’horreur

Pourtant, on ne peut pas dire que ça manque d’action. A peine deux de nos « héros » apparaissent-ils  à l’écran qu’une fusillade éclate. Michael Bay est dans son domaine. Les balles qui fusent et les explosions, il connaît et il maîtrise. Pas de surprises, si on a vu ses précédents films et bien, c’est pareil, mais dans un autre décor. Et, au milieu des tirs de mortiers et des hommes qui courent avec un bras en moins, on voit se profiler autre chose qu’un simple combat des bons américains contre les méchants libyens.

Les occupants de la base ne sont pas employés par l’armée américaine. Ils sont là parce que le salaire est bon et va permettre de faire vivre leurs familles. Les appels de détresse, les drones qui ne les aident pas, le retranchement et l’abandon sont autant de questions sur la politique mise en place dans les pays « libérés ». On peut ironiser sur les articles qui disent de 13 hours qu’il est le meilleur film de Bay ; mais c’est sans doute son film le plus engagé. Si on n’échappe pas aux images patriotiques – et hop un gros plan sur la bannière étoilée – les six hommes qui tentent l’impossible le font de leur propre chef, sans ordre d’une hiérarchie.

Des acteurs peu connus

Pour incarner les six héros – pour reprendre le terme de l’affiche – le choix s’est porté sur des acteurs peu connus qui ont tous la barbe et la carrure de rigueur (John Krasinski, Max Martini, Pablo Schreiber, …). Et le casting fonctionne très bien. L’équipe est sympathique, et on se surprend à sourire lors de leurs échanges – même si certains diront que les répliques sont amusantes par contraste avec l’ambiance du film.

Le souci avec les personnages, aussi attachants soient-ils, c’est d’abord leur noms. J’ai peut-être un problème avec ça, mais là, ils ont tous des surnoms monosyllabiques comme « Oz », « Boone », « Tig » et j’en passe. Et, plus important, leur manque de relief. On les survole, et les images des familles qui les attendant au pays sont un peu surfaites, comme cette photo d’enfant qui vole et retombe près du corps sans vie de son père. Là encore, on est aux prises avec le temps qui passe : les quelques scènes où on voit la famille du protagoniste sont en trop – oh mon dieu, le passage sur la commande au Mcdo est interminable et inutile ! On empile les images estampillées « vie privée » comme un grand patron mettrait la photo de ses gosses sur son bureau pour paraître plus humain.

Si vous souhaitez en lire un peu plus sur 13 Hours, vous pouvez aller sur Mulderville.

Critique - 13 Hours
Certes il y a de l'action, mais qu'est-ce que c'est long !
Acteurs
Mise en scène
Scénario
Images et son
On aime bien
  • L'humour (même si par contraste)
  • L'ensemble du casting
On aime moins
  • Long, mais alors beaucoup trop long
  • C'est du Michael Bay tout craché, alors si vous n'aimez, fuyez !
2.4L'avis
Note des lecteurs: (1 Vote)