Critique – 300 : La naissance d’un empire

Critique – 300 : La naissance d’un empire

La semaine dernière est sorti dans les salles 300 : La naissance d’un empire. Il s’agit, comme son nom l’indique, de la suite de 300, film dont la grosse identité sur les plans artistique et graphique a influencé, entre autres, la série Spartacus, et le genre du péplum en général.

L’histoire se déroule en parallèle de la bataille opposant les spartiates aux perses dépeinte dans 300. Nous sommes ici témoins de la guerre que mène Thémistocle, général grec incarné par Sullivan Stapleton (Strike Back, Gangster Squad) contre l’armée perse de Xerxès. Les combats les opposant s’étaleront sur plusieurs années, et donneront lieu à d’épiques batailles navales. Lors de cette guerre, un épisode confrontera plus directement Thémistocle à Artemisia, générale de l’armée Perse, joué par Eva Green (Casino Royale, Dark Shadows).300-la-naissance-d-un-empire-2-poster

Si j’ai cité plus haut la série Spartacus, c’est que l’on sent malheureusement dans ce second opus une influence plus importante de la série que réellement celle de 300. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela lui est grandement préjudiciable. Le film peine à trouver son identité, car au fond, peu de bouleversements étaient possibles après le premier volet. Graphiquement, il est contraint de reprendre les codes du premier film. Scénaristiquement, il peine à nous tenir en haleine tant il cherche maladroitement à se démarquer. Et pour cause, le propos ne traite que de batailles navales et non de combat à pied comme il pouvait en être dans le premier opus. Ce côté « Pirates des Caraïbes » m’a agacé au plus haut point tant ce n’est pas du tout le propos du premier volet.

This is Patatras

300 : La naissance d’un empire se veut à la fois préquelle et suite, retraçant la relation qu’a le héros avec le demi-dieu perse Xerxès. On nous vend un Thémistocle ayant engendré l’ascension du Perse, et qui regrette son choix d’alors. C’est tout du moins ce que dit le scénario, car on n’a pas l’impression que cette situation est réellement traitée comme elle devrait l’être à l’écran.

300-la-naissance-d-un-empire

Du point de vue des acteurs, les intentions étaient de prendre des comédiens pour bâtir de nouveaux personnages, et reprendre la trame laissée vide par le massacre des 300 Spartiates. Cela a été pour moi une vraie déception. Les deux acteurs principaux sont d’une fadeur sans nom. Sullivan Stapleton a toutes les peines du monde à donner du relief et de la personnalité au personnage de Thémistocle. Il faut reconnaître que passer après le personnage de Léonidas est tout sauf évident, mais on se demande ici comment un général peut motiver ses troupes avec si peu de charisme. Face à lui, un alter ego féminin incarné par Eva Green, que j’ai trouvé d’une inutilité totale. Une sorte de fusion grotesque entre Xena la guerrière et Mata-Hari, une belle gueule dans le casting, sans le jeu qui doit aller avec. En témoigne une scène très étrange lorsqu’elle rencontre le héros, qui avait sa place partout sauf dans un film de ce genre. Pas d’action, juste une caution « cul » à la Spartacus justement.

Ceci étant, j’ai été beaucoup plus friand de la bande son. Entraînante, martiale, bref, ce qu’on attend, et sans fausse note. En allant voir 300 : La naissance d’un empire, on s’attend à voir un film d’action où il ne fait pas bon réfléchir, mais pour un film d’action, je dois confesser que l’instant que j’ai préféré dans ce film, c’est le générique de fin…

Critique - 300 : La naissance d’un empire
Un film décevant, qui souffre de la comparaison au premier opus. Les acteurs ne sont clairement pas au niveau, et le scénario m'a vraiment laissé sur ma faim. On se réconforte avec la qualité d'image et de son.
Acteurs
Scénario et mise en scène
Images et sons
On aime
  • La bande son
  • L'identité graphique
On aime moins
  • Les acteurs
  • Le scénario
2.2Note Finale
Note des lecteurs: (2 Votes)
  • Brice AULAS

    Difficule de trouver un scénario dans un bataille qui s’est réellement passée. Je trouve tout de même la performance d’Eva Green au dessus des autres. Un bon divertissement.

    • pic

      Moi cest celle que j ai le moins aprecie, Eva Green -_-

    • http://www.avisdupublic.net Thibaut COCAIRE

      Certes, mais je pense qu’un film « sur commande » sait en général bien s’affranchir des contraintes historiques pour nous pondre un scénario original. Je ne dis pas que j’approuve cette démarche, mais ici on a tellement l’impression d’une coquille vide d’action qu’enjoliver n’aurait pas été de trop :/. Plus globalement, je ne veux pas jeter la pierre au scénar, je pense que ce sont les autres domaines qui pêchent : Jeu & mise en scène.

      Eva Green, je ne l’ai pas trouvé crédible du tout… elle est la pour nous montrer ses faux seins. L’actrice que j’ai trouvé le mieux dans ses pompes (et de loin) c’est Lena Headey. On la retrouve cependant très peu (ce qui est quelque part logique). Mais le film aurait pu, comme le premier, davantage varier l’action, entre champ de bataille et scène politique, il aurait peut-être gagné en relief…