Critique – Au Coeur de l’Océan

Au Coeur de l’Océan, l’incroyable histoire à l’origine de Moby Dick. Notre critique.

Ron Howard prend la barre et nous emmène à la chasse au cachalot dans Au Coeur de l’Océan, inspiré du roman de Nathaniel Philbrick, qui nous raconte le naufrage du baleinier « Essex » dans les années 1820. Cette histoire inspira à Herman Melville son roman le plus célèbre, Moby Dick. On embarque avec Chris Hemsworth et Benjamin Walker pour une aventure aux confins de l’imaginable. Le film d’Howard sera-t-il aussi culte que le roman de Melville ? Réponse ici.

Mal de mer et mal d’inspiration.

L’écrivain Herman Melville (Ben Whishaw, Spectre) est en panne d’inspiration. Il espère remédier à ce mal cruel en se rendant chez M. Thomas Nickerson (Brendan Gleeson) et son épouse (Michelle Fairley, Catelyn Stark dans GOT) qui tiennent une auberge sur la côté. Ce n’est pas l’air de la mer qui va aider l’auteur mais une histoire que Thomas va lui raconter : celle du naufrage de l’Essex, à bord duquel il a servi comme mousse lorsqu’il avait 14 ans. Le navire, parti de Nouvelle-Angleterre, navigue tranquillement jusqu’à l’attaque d’un cachalot si énorme qu’il en est presque irréel. Le capitaine en second Owen Chase (Chris Hemsworth) est persuadé que le monstre les suit à la trace.

poster au coeur de l'océan

Le récit, qui flirte avec l’extraordinaire, a de quoi redonner le sourire à notre jeune écrivain qui n’est pas encore la légende que le monde connaît aujourd’hui. Cette frontière entre le réel et l’imaginaire est présente tout au long du film, et symbolisée bien entendu par l’arrivée du cachalot blanc faisant figure de Léviathan. Les sciences et techniques connaissant un essor grandissant à l’époque, ce que les hommes pensaient impossible peut devenir réalité. Au Coeur de l’Océan veut nous entraîner dans une folle aventure où les hommes tentent de braver les mers en colère et s’éloignent toujours plus de leur port d’attache.

Gros cachalot, petites émotions

La cerise sur le gâteau aurait été que le spectateur se mette aussi à croire à l’impensable et à trembler devant la mer démontée, les créatures qui la peuplent et le désespoir des hommes. Malgré un bon début et une belle photographie vintage qui rappelle les films en noir et blanc colorisés, les images de synthèse trop voyantes gâchent le spectacle. On espérait un peu mieux que ça d’autant que cela nous empêche de rentrer complètement dans l’histoire. Le souffle épique tant attendu dans un film comme celui-ci n’arrive jamais. L’autre point négatif concerne les personnages. En effet, Au Coeur de l’Océan s’ouvre sur les rivalités entre les hommes de L’Essex. Un classique dans un univers restreint. La tension qui règne entre le capitaine Pollard, le second Chase et le lieutenant Joy (Cillian Murphy,Transcendance, Peaky Blinders) ne dure pas et s’efface au profit de relations cordiales et calmes qui ne servent pas le propos.

Au final, Au Coeur de l’Océan est un divertissement correct mais un peu tiède qui ne donne pas le gigantisme qu’il promet. Vous trouverez une autre critique du film sur Telerama.

Critique - Au Coeur de l'Océan
Une aventure pleine de promesses mais qui a trop de défauts pour que l'on s'y attache.
Acteurs
Mise en scène
Scénario
Images et son
On aime bien
  • Les images "vintage"
  • L'aventure qui commence plutôt bien
On aime moins
  • Les images de synthèse
  • L'histoire ne nous emmène pas loin finalement...
2.7L'avis
Note des lecteurs: (1 Vote)