Critique – Equalizer

Découvrez l’adaptation cinéma de la série des années 80 Equalizer

Robert McCall est un agent des services secrets américains à la retraite. Vivant paisiblement une routine très minutée, son quotidien se retrouve bousculé lorsqu’il vient en aide à Alina, une prostituée maltraité par son patron. S’en suit alors une véritable lutte pour la survie et qui sait, la rédemption.

Equalizer afficheEqualizer, le justicier de l’ombre

Retour de Denzel Washington sur les écrans dans une adaptation cinématographique d’une série des années 80. Toute l’action du film tourne autour du personnage de Robert McCall, un personnage visiblement torturé qui tente de reprendre pied dans une réalité difficile d’accès pour lui. Minutant chacune de ses actions, son quotidien se retrouvera bousculé lorsque de son amie Alina (Chloé Grace Moretz), une prostituée au grand cœur, se retrouve sur un lit d’hôpital. Petit à petit, McCall va défaire un réseau de prostitution dont il ne soupçonnait pas l’ampleur. Denzel Washington nous livre dans Equalizer une prestation honorable mais en dessous de sa qualité d’acteur : j’ai eu du mal à vraiment comprendre les motivations du personnage et même son implication dans certaines histoires secondaires avec les acteurs lui donnant la réplique. Tantôt froid et distant, ce qui correspond bien au personnage de Robert MacCall, tantôt un homme sympathique dont il force les traits. Les personnages secondaires manquent cruellement de profondeur et Equalizer ne nous permet pas vraiment de s’y attacher. Un exemple : Alina, celle par qui tout commence n’apparait que dix minutes à l’écran. Trop centré sur un personnage dont le spectateur comprend difficilement ses motivations, Equalizer passe complètement à côté de ce qui aurait pu en faire un bon Thriller.

Chloé Grace Moretz Equalizer

Une Chloé Grace Moretz peu convaincante dans Equalizer

Equalizer, un thriller raté et un film d’action moyen

Les scènes de combats dans Equalizer ne m’ont pas été plaisantes, alors que le film tourne pratiquement autour ! Seule la toute première, où le spectateur voit  McCall tuer le patron d’Alina et ses acolytes vaut le détour. Les autres ne sont qu’un concentré de clichés et de combats auxquels je n’ai pas cru une seconde.  McCall s’en sort sans presque transpirer alors qu’il est censé affronté son plus grand ennemi : le passage du temps ! Et si le spectateur n’y comprend rien, c’est  parce qu’Equalizer s’entête à montrer des scènes de combat nocturne à la caméra dynamique… Et vous savez que j’ai horreur de ça.  Ce qui « sauve » Equalizer est une bonne bande son qui, cependant, ne restera pas dans les esprits. A noter que le rappeur Eminem a composé un titre inédit spécialement pour le film. Mais cela ne sauve malheureusement par le film.

Equalizer close combat

Beaucoup de scène de combat à l’arme blanche dans Equalizer

Au final, même si j’aime bien l’acteur Denzel Washington, son talent d’acteur est en dessous de ce qu’il est capable de faire. Joint à une réalisation bancale et des personnages insipides, Equalizer est l’exemple type d’une mauvaise adaptation de série télévisée… J’espère que la suite d’Equalizer qui est en préparation corrigera le tir. Mais je n’y crois pas trop.

Critique - Equalizer
Un navet, voilà ce qu’est Equalizer. A réserver aux fans de la série des années 80 et les amateurs de films d’actions avec pour personnage principal un agent sur le retour
Scénario
Mise en scène
Acteurs
Images et sons
On aime
  • La bande sonore
  • Voir Denzel Washington et Chloé Moretz
On aime moins
  • Thriller raté
  • Personnages insipides
  • On s’ennuie
1.9Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
    • http://application-film-en-streaming.webnode.fr/ jerome albert

      Ce film d’action est tout simplement magnifique. De plus, ça fait toujours plaisir de voir un Denzel Washington au top de sa forme.

    • http://avisdupublic.net Johan

      A lire, j’ai l’impression que sous couvert d’une série des années 80 (donc qui a très mal vieillit), on retrouve du Luc Besson. A la croisé du baiser mortel de dragon et Taken, une place de cinéma coute trop cher pour s’intéresser à ce genre de film à mon gout.

    • http://avisdupublic.net Camille LATOUCHE

      Je trouve cette critique un peu acide. Le film est loin d’être aussi moyen/mauvais que tu ne le décris. De plus Denzel W. donne une prestation tout à fait convenable pour ce type de film.