Critique – Le Septième Fils

Apprenez à lutter contre l’obscur dans Le Septième Fils !

Une époque enchantée où les légendes et la magie ne font qu’un… L’unique guerrier survivant d’un ordre mystique part en quête d’un héros prophétique doté d’incroyables pouvoirs, désigné par la légende comme étant le septième fils d’un septième fils. Le jeune héros malgré lui, arraché à la vie tranquille de fermier qu’il menait jusqu’à présent, va tout quitter pour suivre ce nouveau mentor rompu au combat. Ensemble ils tenteront de terrasser une reine d’autant plus maléfique qu’elle a levé contre le royaume une armée d’assassins redoutables aux pouvoirs surnaturels.

  Affiche du Septième Fils

Le Septième Fils, une (trop) libre inspiration.

Je vais être clair avant de commencer l’article : si vous avez eu la chance et le plaisir de lire la saga L’Epouvanteur, fuyez Le Septième Fils comme la peste ! L’univers imagé par Joseph Delaney y est proprement charcuté à la tronçonneuse. L’histoire, les personnages et même l’univers se retrouvent sans dessus-dessous… D’autant plus que certaines références du film ne sont compréhensibles qu’en ayant lu les romans. J’avais déjà eu très peur en voyant la bande annonce du Septième Fils, mes craintes ont été renforcées durant le visionnage. Je ne comprends pas cette volonté de vouloir faire du pognon juste en surfant sur la vague du succès des romans… Bien, maintenant que vous êtes avertis, passons au film lui-même.

Le Septième Fils ou l’histoire d’un jeune chasseur d’Obscur.

Au centre de l’histoire, une vieille rancune qu’entretien la Mère Malkin, jouée par Julianne Moore (Hunger Games : La Révolte) à l’encontre de son ancien amant John Gregory, interprété par Jeff Bridges (The Giver). Afin de pérenniser la profession des Epouvanteurs suite au décès de son ancien apprenti Billy Bradley, joué par Kit Harrington (Games of Throne), Gregory va trouver le septième fils d’un septième fils en la personne de Tom Ward, Ben Barnes (Le Monde de Narnia) à l’écran.

Déjà le spectateur aura bien du mal à y croire car le personnage est beaucoup trop âgé pour débuter un apprentissage. De plus, il manque au film l’explication sur l’importance d’être un septième fils d’un septième fils. Ensuite, les soi-disant « meilleurs assassins » qui sont envoyés à la suite de Gregory et Tom ne sont pas capables de s’organiser correctement et de foncer tête baissée… Le personnage d’Alice était censé être une sorcière à cheval entre l’Obscur et la Lumière, chose que l’on ne retrouve que chez sa mère Lizzie l’Osseuse qui est censée être clairement méchante ! A part Gregory et la Mère Malkin, l’ensemble des personnages du Septième Fils manquent de relief, ce qui est dommage en sachant qu’ils sont très travaillés dans le roman.

Septième fils Gregory et Tom Ward

L’Epouvanteur et son apprenti, le Septième Fils

Je ne jetterais pas la pierre sur les images et les effets spéciaux du film, globalement réussis, manquant toutefois d’un je-ne-sais-quoi pour être inoubliables. Non, le plus gros défaut vient de sa trame scénaristique : le Septième Fils est totalement décousu. Les scènes s’enchainent, j’ai peiné à suivre la volonté du réalisateur et les combats tombent comme un cheveu sur la soupe, juste pour le spectacle tout en se fichant royalement de l’histoire.

 

Le Septième fils, un film moyen-moins.

Le problème du Septième Fils est d’avoir essayé de condenser l’univers de Joseph Delaney diffusé sur treize romans en un seul film et d’avoir tenté de coller aux Teens-movies, un genre qui plait énormément à l’heure actuelle. Je pense qu’il aurait été plus sage d’en faire une sorte de trilogie afin d’en apprendre davantage sur l’ensemble de l’univers.

Malkin Septième fils

La grande méchante du Septième Fils

Au final, le Septième Fils se rapproche plus des nanars à gros budget sans en avoir les codes, comme dans Hansel et Gretel par exemple. Je ne retiendrai du film que de belles images et une belle interprétation de la part de Jeff Bridges qui a su me faire oublier le véritable Gregory. Le seul avantage du Septième Fils est qu’il m’a donné l’envie de relire l’intégralité des romans.

http://www.nopopcorn.fr/reviews/films/1437-critique-du-film-le-septieme-fils-the-seventh-son

http://www.avoir-alire.com/le-septieme-fils-la-critique-du-film

Critique - Le Septième Fils
Encore un échec pour un roman adapté au cinéma. Si vous voulez voir des chasseurs de sorcières, regardez plutôt Hansel et Gretel.
Scénario
Mise en scène
Acteurs
Images et sons
On aime
  • Julianne Moore et Jeff Bridges à l’écran
  • Quelques belles images
On aime moins
  • Des effets spéciaux potables
  • Une histoire décousue
  • Un massacre de licence…
2.1La note
Note des lecteurs: (3 Votes)
    • http://avisdupublic.net Benoît DECOOPMAN

      Ce film a l’air d’être un navet dès la BA …