Critique – X-Men Apocalypse

Quand le premier mutant de l’Histoire sonne le glas de l’humanité, l’équipe de Charles Xavier est prête au combat. Notre critique de X-Men Apocalypse, de Bryan Singer.

Dans la bataille des films de super-héros, voici la seconde carte 2016 de la Twentieth Century Fox. Après le surprenant Deadpool, et face aux concurrents Batman V Superman et Captain America Civil War, la Fox envoie du lourd avec ce X-Men Apocalypse, nouvel opus de la saga réalisé par Bryan Singer. Si le précédent, Days of Future Past, n’avait pas convaincu tout le monde, qu’en est-il de celui-ci ? Et bien comme le dit Jean Grey dans le film, le troisième n’est jamais le meilleur.

affiche xmen apocalypse

Les X-Men de Bryan Singer

A nouveau aux commandes de la saga, Bryan Singer s’est fait plaisir pour son film, le quatrième qu’il réalise lui-même sur les six sortis à ce jour, sans compter ceux sur Deadpool et Wolverine. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il prend sa revanche sur le troisième opus, X-Men L’Affrontement Final, réalisé par Brett Ratner en 2006. Après avoir réécrit la time-line avec Days of Future Past il y a deux ans, Bryan Singer profite de X-Men Apocalypse pour revoir la copie de ses personnages, notamment les emblématiques Scott Summers et Jean Grey. Le film se passant dix ans après DOFP et vingt ans après First Class, l’action se déroule cette fois-ci dans les années 1980. Ces deux personnages, interprétés par Tye Sheridan et Sophie Turner (Sansa Stark de Game of Thrones) donnent un coup de frais au casting en rejoignant l’équipe des super mutants. Seulement, l’écriture des personnages est le principal problème du film. Avec une nouvelle équipe et de nouveaux méchants à intégrer, le récit perd en rythme et le tout fait un peu brouillon. S’il est très agréable de redécouvrir Cyclope, Jean, Diablo ou même Tornade, il est difficile de tous les développer en même temps. Ainsi, Tornade, très connue du grand public et ici parmi les principaux antagonistes, fait office de figurante. Quant aux nouveaux membres des X-Men, Jean Grey est, malgré la piètre performance de Sophie Turner, celle qui s’offre la plus belle part du gâteau, laissant les autres sur le carreau.

michael fassbender xmen apocalypse

To be or not to be a X-Men ? Médaille de l’indécision pour Magneto

Tous les autres, y compris les chouchous du public comme Magneto. Clairement sous-exploité, le personnage de Michael Fassbender (vu dernièrement dans les films Steve Jobs et Macbeth) est assommant, tout comme ceux de James McAvoy (Docteur Frankenstein) et Jennifer Lawrence. Leurs enjeux restent totalement inchangés comparés aux deux films précédents, rien de neuf n’est proposé. Alors, entre les petits nouveaux peu développés et les anciens remâchés, il ne nous reste rien à se mettre sous la dent.

Apocalypse Wow

Enfin presque rien. Dans la scène d’introduction du film, le ton est donné. Apocalypse sauve le film de la noyade. Sous l’armure et le maquillage du premier mutant de l’Histoire se cache Oscar Isaac, acteur révélé au grand public il y a peu avec Star Wars : Le Réveil de la Force dans le rôle de Poe Dameron. Immortel, son pouvoir consiste à changer de corps via un rituel lui permettant de transférer son esprit dans un hôte, s’appropriant au passage les pouvoirs de celui-ci.

oscar isaac apocalypse

Oscar Isaac sonne le Jugement Dernier des X-Men

On a du mal à voir le lien entre la mutation génétique, qui fait tout le principe des X-Men, et le transfert d’esprit de corps à corps, mais apparemment Apocalypse fonctionne comme ça, il est tellement badasse qu’il outrepasse le propos scientifique de toute la saga, et c’est peut-être là que réside sa force. Avec son aura divine et sa force titanesque, Apocalypse est non seulement au-dessus des humains, mais aussi des mutants, comme il prouve dans une superbe scène où, géant, il surplombe Charles Xavier à l’intérieur même de son esprit. Prêt à débarrasser la Terre des humains pour la redonner à la race mutante, Apocalypse porte bien son nom. Cependant, il le porterait mieux s’il savait mieux s’entourer. Comme annoncé dès les trailers, Apocalypse est accompagné de quatre cavaliers, qu’il recrute au fur et à mesure du film. Parmi eux, Tornade, Angel et Psylocke, aussitôt enrôlés, aussitôt oubliés. On note que le quota de bimbos dénudées a été respecté avec cette dernière, tant son costume fait franchement tâche à côté des autres.

Action, destruction

Heureusement, tout n’est pas à jeter dans ce X-Men Apocalypse. Si la 3D est juste correcte, on note son exploitation dans de nombreux plans, dont celui de l’écran titre, où la caméra s’infiltre dans des conduits, effet montagne russe. La réalisation, c’est d’ailleurs ce qui englobe le film d’une certaine cohérence, avec un bon équilibre entre les phases de pauses et celles d’action, toutes tournées en décor réel à Montréal. L’une d’entre elles a d’ailleurs nécessité deux mois de tournage à elle toute seule.

xmen apocaypse quicksilver

Sortie de route pour Quicksilver ?

Pour cause, il s’agit de LA scène de Quicksilver, toujours interprété par Evan Peters, qui reproduit celle que le public avait tant aimée dans Days of Future Past. Drôle et de très bonne qualité, on regrette qu’elle soit cette fois un peu trop longue mais surtout qu’elle dénote complètement avec les évènements se produisant au même moment dans le film. Sans spoiler, disons qu’ici Quicksilver sauve beaucoup de personnes de la destruction d’un lieu très important. On apprécie la musique de cette séquence, Sweet Dreams (are made of this) d’Eurythmics, qui ancre le film dans son contexte des années 1980. Quant aux autres scènes d’action, on apprécie les efforts de Bryan Singer et de son équipe pour avoir joué le jeu du décor réel, profitant de la destruction d’une vieille usine pour tourner la scène finale. Le rendu est épique et réaliste à souhait. En somme, X-Men Apocalypse est un film pop-corn divertissant, mais au propos un peu trop rabâché pour vraiment être novateur. Appréciez plutôt Apocalypse qui, pour un mutant de plus de 3000 ans, apporte du neuf à la saga.

Critique - X-Men Apocalypse
Malgré l’imposant Apocalypse, ce nouvel opus réalisé par Bryan Singer peine à convaincre. La faute à la multitude de nouveaux personnages ne pouvant pas tous être développés.
Scénario
Acteurs
Mise en scène
Images et son
On aime bien
  • Apocalypse, puissant et efficace
  • Les scènes de destruction massive, très réalistes
On aime moins
  • Les personnages, tous sous-développés
  • Sophie Turner, loin d’être convaincante en Jean Grey
  • La scène de Quicksilver, trop longue et qui jure avec le ton des événements
2.7L'avis
Note des lecteurs: (2 Votes)
  • http://camillelatouche.com/ Camille LATOUCHE

    Salut Lucile,

    Je trouve ta note un peu dure. Le film est un bon divertissement et si certaines incohérences sont présentes, et que S. Turner montre une nouvelle fois ses limites, le tout demeure tout de même agréable.

    • Lucile Malargé

      Hey Camille,
      En vrai j’ai même été plutôt indulgente, justement en choisissant de ne pas mentionner les nettes incohérences, vu que la time-line a été réécrite, ça aurait été tirer sur l’ambulance. J’ai mis cette note pour souligner que le film souffre de beaucoup de défauts, notamment de facilités, que les films de superhéros devraient éviter. Ce Xmen Apocalypse aurait été génial y a 15 ans quoi ^^