Insaisissables (Now You See Me)

Insaisissables (Now You See Me)

Salut tout le monde !

Aujourd’hui j’ai décidé de vous parler du film Insaisissables, plus connu outre Atlantique sous le nom de Now you see me. Le nom de ce film revient avec insistance lorsqu’il s’agit de citer les principales sorties de films du moment, mais est-il vraiment le « must » que l’on nous promet ? Abracadabra, la réponse est par là !

Insaisissables, c’est tout d’abord une histoire de magie, domaine où le cinéma ne s’aventure qu’en de rares occasions. Ces dernières années on a surtout retenu L’illusionniste (2007) avec Edward Norton, mais surtout l’excellent Le prestige (2006), servi par un gros duo Bale/Jackman. Par tradition, ces films mettent en scène un ou des illusionnistes, dont les excentricités scéniques vont les mener à avoir affaire aux autorités, pour des prétextes de trouble à l’ordre public. Nous sommes alors spectateurs au même titre que les enquêteurs, et le jeu consiste à percer le fameux « secret » du magicien. Afin de stimuler le spectateur, on utilise un levier qui laisse présager un grand coup de théâtre final. Celui-ci se traduit généralement par la formule : « ce n’est pas ce que vous croyez voir ». Dans ce film, ce mécanisme est activé par le sous-titre « le plus près vous regarderez, le moins vous verrez », souvent répété au cours du film. Le spectateur est prévenu, et pour nous surprendre, le film devra être fort d’un scénario à toute épreuve.

insaisissables700

Afin de nous servir ce scénario, on nous propose une galerie de personnages particulière. Les 4 magiciens et 2 policiers sont des éléments classiques, mais ce jeu d’interactions sera pimenté par deux personnages satellites aux intérêts antagonistes : l’un se faisant de l’argent sur le succès des magiciens (M.Caine), l’autre n’ayant d’autre but que de faire fortune en dévoilant leurs secrets (M.Freeman). On a tous les ingrédients d’un jeu de rôles, on verse le tout dans un shaker, et on secoue bien fort, et on croise les doigts pour que cela fasse l’affaire !

Au niveau des résultats, on constate que les acteurs font relativement bien leur boulot. Jesse Eisenberg, en bon premier rôle est tout à fait crédible, ainsi que Mark Ruffalo et Woody Harrelson… sans oublier un Morgan Freeman tout en sobriété, au sujet duquel j’ai du mal à trouver une mauvaise prestation (Merci de m’en indiquer en commentaires SVP). Le bémol viendra peut-être des deux rôles féminins, Isla Fischer et Mélanie Laurent, cantonnées à des rôles de faire-valoir des antagonistes Eisenberg/Ruffalo, sans véritable profondeur.

Le principal écueil lorsque l’on parle de films de magie demeure le scénario. Je l’ai pour ma part trouvé un peu « limite », dans le sens où il faut assumer la complexité scénaristique offerte par la large galerie de personnages. Le film s’offre quelques pistes intéressantes en les personnages de Caine, Laurent et Freeman (qui en plus auraient le talent de les exploiter), et je pense que ce pari la n’est pas mené jusqu’au bout. Dans un sens, ce film aurait gagné en cohérence avec un format 2h30 plutôt qu’en 2h. Les scènes s’enchainent bien, mais on ne laisse pas énormément de temps aux personnages pour nous emmener dans leur univers. Enfin, le grand coup de théâtre annoncé m’a quelque peu laissé sur ma faim. Je laisse chacun se prononcer sur la prévisibilité du final.

Enfin, un mot sur le réalisateur. Il s’agit de Louis Leterrier, l’un des rares français à officier à Hollywood. Pour rappel, on lui doit essentiellement des films d’action (Le transporteur I et II, Danny the dog, L’incroyable Hulk, ou encore Le choc des titans). Pas nécessairement des films ayant marqué la postérité diront certains. Mais on voit ici qu’il se montre plus à son aise avec Insaisissables, et les acteurs qu’il a dirigé n’y sont peut-être pas étrangers. Les scènes d’action sont bien réalisées, le rythme est soutenu (un peu trop ?), la mise en scène est juste, on s’ennuie rarement : il nous livre un film de bonne facture au final.

Note : 7/10

+ Eisenberg, Freeman, Ruffalo              – Un potentiel scénaristique pas pleinement assumé
+ Une réalisation spectaculaire
+ Une bonne ambiance sonore

  • http://researchgate.net/profile/Camille_Latouche/ Camille Latouche

    Après avoir vu le film, je ne peux qu’être d’accord avec cette critique. Gros potentiel sous exploité. A noter, Freeman en méchant, ça roxx !