Critique – 12 Years A Slave

Critique – Twelve Years A Slave

Récompensé par 3 Oscars et nominé dans 6 autres catégories, 12 Years A Slave est le film qui a marqué le début d’année. Après les exceptionnels Hunger et Shame, le vidéaste prodige Steve McQueen réalise son premier long métrage « mainstream » à Hollywood en s’attaquant à un biopic très particulier.

En effet, 12 Years A Slave est une adaptation de l’autobiographie du même nom (Douze ans d’esclavage pour le livre français), écrite par Solomon Northup, un homme libre afro-américain habitant à New York au XIXe siècle. Ce violoniste vivant tranquillement avec sa famille se vit brutalement enlevé pour être vendu comme esclave dans un Etat sudiste, où il dut survivre pendant 12 ans durant lesquelles il ne put prouver son identité d’homme libre. A ce jour, l’autobiographie de Solomon Northup est d’ailleurs considérée comme le témoignage le plus authentique écrit par un esclave.12-years-a-slave-une

Bouleversé par ce récit et amateur de sujets forts (Hunger portait sur la grève de la faim engagée par l’ancien membre de l’IRA Bobby Sands en prison, et Shame sur l’addiction maladive au sexe), Steve McQueen s’est donc emparé du sujet, et plutôt brillamment puisque 12 Years A Slave a non seulement remporté l’Oscar du Meilleur Film en 2014, mais également celui du Meilleur Scénario adapté.

12-years-a-slave-ejiofor

Incarnant Solomon Northup, Chiwetel Ejiofor s’avère un choix extrêmement judicieux. Pas de surjeu, tout en sobriété, et ne sombrant jamais dans le pathos, l’acteur déjà vu dans Salt, 2012 ou encore American Gangster, mais dont le nom nous était jusqu’alors un peu inconnu, trouve ici le film qui révèle véritablement son talent. A ses côtés, des pointures du cinéma hollywoodien. D’abord l’acteur fétiche de Steve McQueen, Michael Fassbender (Prometheus, X-Men le commencement), en esclavagiste violent, offre une prestation particulièrement intéressante, toujours à la limite de la rage et de la folie furieuse. Son regard glace autant que son sourire charme. Benedict Cumberbatch (Sherlock, Star Trek Into Darkness) et Brad Pitt (World War Z) héritent de plus petits rôles, mais sonnent juste. La prestation touchante en tant qu’esclave de la jeune Lupita Nyong’o, dont c’est la première apparition dans un long métrage, lui a par ailleurs valu un Oscar du Meilleur Second Rôle Féminin. Pour ma part je ne l’ai pas trouvée si incroyable, et j’ai un peu le sentiment que c’est le personnage réel, objet de convoitise lubrique de son maître et de jalousie de sa maîtresse, qui a été récompensé plus que l’actrice elle-même.

12yearsaslave-ejiofor-cumberbatch-dano

Et c’est bien là ce qui me dérange un peu au final dans 12 Years A Slave. C’est un bon biopic, bien adapté, très bien joué, bénéficiant d’une belle bande originale signée Hans Zimmer (à l’origine dernièrement des BO de The Amazing Spider-Man ou de la trilogie Dark Knight de Nolan). L’histoire est également très intéressante. Mais c’est un bonbon bien trop sucré, qui en devient donc presque écœurant. La forme reste convenue, j’aurais aimé voir plus la patte de ce réalisateur qui avait su nous surprendre vraiment dans ses deux derniers longs métrages, et non un énième film consensuel sur un sujet difficile récompensé par des Oscars parce qu’il touche à l’histoire d’un pays qui culpabilise de son passé. Le scénario se devait bien sûr de suivre la chronologie du livre, mais il me semble que les bons sentiments prennent le dessus et finissent par lasser le spectateur.

Twelve-Years-a-Slave-fassbender

Pas de panique on est tout de même très loin du nanar, et le destin de cet homme bouleverse complètement, notamment parce qu’il n’est absolument pas enjolivé ou romancé dans le film. Au final je reste donc sur un avis mitigé : c’est un bon film qui aurait pu être mieux. Steve McQueen aurait-il été un peu trop bordé par ses producteurs hollywoodiens ?

Critique - 12 Years A Slave
Un beau film plutôt intéressant et très bien joué. Qu'on oubliera malheureusement assez vite.
Acteurs
Scénario
Mise en scène
Image et son
On aime
  • Les acteurs
  • L'ambiance oppressante du Sud des Etats-Unis
  • Les décors et costumes
On aime moins
  • Un peu convenu
  • Trop de bons sentiments
2.9Note Finale
Note des lecteurs: (3 Votes)
    • http://www.avisdupublic.net Thibaut COCAIRE

      Totalement d’accord sur le jeu des acteurs, globalement tous au niveau. Le rôle principal est joué sans aucune fausse note, et c’est ma grande satisfaction. En revanche, j’ai trouvé le travail du réalisateur ainsi que celui de Lupita Nyong’o en deçà de mes espérances. Le réalisateur est très (trop) sage, et la fille ne se distingue pas par son jeu…
      J’aimerais attirer l’attention sur le fait que ce film a le bon goût de ne pas tomber dans une bataille rangée gentils esclaves/cruels hommes blancs. On a l’occasion de voir des exemples de blancs (Benedict Cumberbatch, Brad Pitt) qui ont un regard très humain, et qui essaient de s’extirper d’un système esclavagiste qui les dépasse totalement.
      13/20… (un peu trop de bons sentiments)

    • Loiselet

      J’ai beaucoup aimé ce film courageux, beau et violent à la fois et pour moi il mérite les récompenses reçues et tous les acteurs jouent bien ! A voir absolument