Critique – The Big Short

Notre critique de The Big Short, ou comment une poignée d’outsiders avaient vu venir la crise financière de 2007.

The Big Short : Le casse du siècle (avec le sous-titre) est un film réalisé par Adam McKay, que l’on connaît surtout pour ses comédie et ses collaborations avec Will Ferrell. On lui doit en effet les deux films Roy Burgundy et Very Bad Cops, entre autres. Changement de registre ici, puisqu’il s’attaque à la crise financière mondiale amorcée aux États-Unis en juillet 2007 (et d’ailleurs est-elle terminée ?), et plus particulièrement à la poignée de visionnaires qui avait flairé le drame.

Petit trader, ne vois-tu rien venir ?

The Big Short. Le titre est déjà une énigme pour les non-initiés. Si vous n’avez pas lu les pages économie de vos journaux préférés, pas de panique, on vous explique tout. Enfin presque. Le film commence en 2005, à Wall Street, où le Dr Michael Burry (Christian Bale, Knight of Cups), un geek de la finance, est sûr que le marché de l’immobilier américain va s’effondrer.

affiche the big short

Évidemment, personne ne le croit car, c’est bien connu, la pierre c’est du solide. Malgré tout, Burry continue sur sa lancée et décide de parier contre l’immobilier. Comme lui, il seront une poignée à vouloir réaliser ce Big Short et s’en mettre plein les poches en profitant du manque de discernement des grandes banques. C’est le cas notamment d’un jeune requin de la finance, Jared Venett (Ryan Gosling, Lost River), de Mark Baum (Steve Carell, Foxcatcher) et son équipe ainsi que de deux jeunes diplômés.

Une comédie, un drame ? Une tragédie !

Adam Mckay signe un film très original dans sa forme. The Big Short sonne souvent comme une comédie avec ses répliques choc qui s’enchaînent et ses apartés explicatifs mettant en scène des guests de choix comme Margot Robbie (qui, décidément, aime tremper dans l’univers de la bourse après Le Loup de Wall Street) ou la popstar made in Disney Selena Gomez. Le personnage de Burry, maladroit et à côté de ses pompes, pourrait être le héros d’un sketch. Et je ne vous parle même pas des superbes coiffures de Gosling et Carell. C’est rythmé comme un clip vidéo et coloré comme une pub. Le sujet, par contre, est loin d’être réjouissant. On n’est pas dans un combat honorable ou héroïque. Personne ne va sauver l’univers – ni l’économie d’ailleurs. Les hommes tombent et les banques restent. Le monde décrit ici, notre monde, est celui de grands manitous de la finance qui veulent s’enrichir à tout prix. La toute fin de The Big Short est d’ailleurs particulièrement édifiante.

Passe-moi le dictionnaire

Ce qui va gêner le plus grand nombre de spectateurs dans The Big Short, c’est évidemment le vocabulaire. Entre les hedge funds, les CDO exotiques et synthétiques, on a vite fait de se ruer sur le dernier Doliprane 1000 tant notre crâne va nous faire souffrir. Malgré les explications pourtant ludiques du réalisateur, certains points demeurent obscurs. C’est l’orchestration de l’intrigue et l’incroyable jeu des acteurs (Oscar en vue pour Christian Bale ?) qui vont faire passer tout ça tranquillement. Sans ça, on aurait vite lâché l’affaire, ayant trop l’impression d’assister à un cours magistral un lendemain de grosse fête. A côté de ça, l’autre « petit » souci, ce sont les noms des personnages secondaires : entre Danny, Vinnie, Jaimie et Charlie, c’est un peu dur de jouer à qui est qui – mais au final on s’en fiche un peu.

Une autre critique de The Big Short ? C’est par ici.

Critique - The Big Short
C'est un peu le casse-tête du siècle.
Acteurs
Mise en scène
Scénario
Images et son
On aime bien
  • Le casting, au taquet !
  • La réalisation, originale
On aime moins
  • Trop, mais alors beaucoup trop technique
3.1L'avis
Note des lecteurs: (1 Vote)
  • Titre : The Big Short
  • Année de sortie : 2015
  • Style : Comédie dramatique
  • Réalisateur : Adam McKay
  • Synopsis : Wall Street. 2005. Profitant de l’aveuglement généralisé des grosses banques, des medias et du gouvernement, quatre outsiders anticipent l’explosion de la bulle financière et mettent au point… le casse du siècle ! Michael Burry, Mark Baum, Jared Vennett et Ben Rickert : des personnages visionnaires et hors du commun qui vont parier contre les banques … et tenter de rafler la mise !
  • Acteurs principaux : Christian Bale, Steve Carell, Ryan Gosling
  • Durée de vie : 2h15
  • Marilyne breant

    VF malheureusement…

  • http://camillelatouche.com/ Camille LATOUCHE

    Article très intéressant. Petite question, le film a été visionné en VO ou VF ?