Critique – La Dernière leçon

Notre critique de La Dernière Leçon de Pascale Pouzadoux, sorti le le 9 mars en DVD.

Adapté du roman éponyme de Noëlle Châtelet, publié en 2005, La Dernière leçon nous raconte les derniers mois de Madeleine, 92 ans, qui a décidé du jour de sa mort. Parce qu’elle veut s’en aller dans la dignité, avant que tout lui échappe, elle a choisi quand et comment elle partira. Je n’avais pas vu le film lors de sa sortie en novembre dernier, la bande-annonce plutôt banale ne laissait aucunement présager le mélodrame touchant et plein de moments de grâce dont je m’apprête à vous parler.

Un au revoir

C’est l’anniversaire de Madeleine (Marthe Villalonga) aujourd’hui. Elle fête ses 92 ans. Malgré les enfants et petits enfants qui bavardent et rient autour de la table,  l’écran plat tout neuf qu’elle reçoit en cadeau et le salon joliment décoré pour l’occasion, elle est ailleurs et son regard s’assombrit. Dès les premières minutes du film, elle annonce sa décision de mourir. Elle a choisi la date et les conditions. Son fils Pierre (Antoine Duléry) s’oppose violemment à ce projet tandis que sa fille, Diane (Sandrine Bonnaire), d’abord réticente, décide de respecter ce choix et d’accompagner sa mère dans ses dernières semaines. La mère et la fille vont retrouver alors leur complicité d’antan.

affiche la dernière leçon

Le droit de mourir est un sujet qui  fait toujours débat et nombreux sont les films qui ont déjà abordé le sujet, comme Un Voyage de Samuel Benchetritt ou Quelques heures de Printemps, de Stéphane Brizé. La dernière leçon est un drame familial qui n’échappe pas à quelques facilités de mise en scène. Mais on pardonne à la réalisatrice l’alternance de rires et de larmes, trop attendue et conventionnelle car le film réussit tout de même à nous transporter.

Deux actrices au top

Le talent et la popularité des deux têtes d’affiche y contribuent largement. Entre Sandrine Bonnaire et Marthe Villalonga, l’entente est parfaite et la complicité franche. Magnifiques dans la légèreté comme dans la gravité, elles sont l’atout majeur de La dernière leçon et font de cette jolie histoire un moment magique. Le large sourire de l’une répond à merveille à la malice de l’autre. Les seconds rôles, eux, sont un peu plus inégaux. Si Antoine Duléry et la ravissante Barbara Schultz sont impeccables et offrent un point de vue intéressant sur la situation, les personnages de Max, le petit-fils rebelle, et de Clovis, le mari bobo, ne sont pas assez mis en valeur.

La dernière leçon, sous ses airs trop simples pour être efficaces, réserve de belles surprises et n’est pas simplement le mélodrame tire-larmes que l’on pourrait croire au premier abord. Il soulève avec intelligence la question de la mort, bien entendu, mais aussi plus largement celle de la vie des personnes âgées et du placement en maison de retraite. La réalisatrice Pascale Pouzadoux, habituée aux comédies (De l’autre côté du lit, La Croisière), signe là son film le plus abouti.

Pour lire un autre article sur le film, vous pouvez aller sur commeaucinema.

Critique - La Dernière leçon
Un film qui brille par sa sensibilité et l'interprétation des ses deux actrices principales.
Acteurs
Mise en scène
Scénario
Images et son
On aime bien
  • Sandrine Bonnaire et Marthe Villalonga, bluffantes
  • Le sujet traité avec délicatesse
On aime moins
  • La mise en scène parfois maladroite
3.5L'avis
Note des lecteurs: (1 Vote)