Critique – Le vent se lève (H.Miyazaki)

Critique – Le vent se lève (H.Miyazaki)

Passionnée par les films de Hayao Miyazaki, c’est avec une impatience non retenue et une certaine angoisse que j’ai attendu la sortie en salle du dernier long métrage du maître de l’animation japonaise. Jusqu’où l’artiste nous transporte-t-il avec Le vent se lève, son dernier opus?

Enfant, Jiro rêve de voler. Sa myopie, l’empêchant d’être pilote, son rêve l’emmène alors sur les traces de Giovanni Capproni concepteur d’avions italien. Sa vocation : concevoir et dessiner de beaux avions. Talentueux, il est très vite engagé par une grande entreprise et s’impose rapidement comme l’un des meilleurs ingénieurs en aéronautique de sa génération. Le vent se lève raconte son parcours dans le japon des années 30 touché et fragilisé par le séisme de Kanto, la Grande Dépression, une épidémie de tuberculose et son entrée en guerre. Mais aussi ses rencontres : son histoire d’amour avec Naoko et d’amitié avec Honjo.le-vent-se-leve-poster

Pour tirer sa révérence Hayao Miyazaki a fait le pari de nous surprendre. Il continue à explorer son art, à questionner sa créativité. Narrant, là où il avait l’habitude de nous conter, la vie de Jiro Horikoshi cet ingénieur en aéronautique passionné dont le génie explosa pendant la seconde guerre mondiale.le-vent-se-leve-1

Le vent se lève est à bien des égards déconcertant. Miyazaki nous surprend tant dans la narration, la mise en scène que sur le sujet de son film. Déroutant tant il rompt avec la magie et le fantastique avec lequel il nous avait tant séduit et transporté, passant d’une symbolique universelle à une représentation très personnelle. Dans cette oeuvre testamentaire, il livre ses réflexions les plus intimes comme la contradiction entre sa passion pour les avions et son antimilitarisme. Il partage avec son héros sa myopie et sa dévorante passion dont il fait l’un des grands questionnements du film. C’est également un film sombre et déstabilisant, le contexte bien réel renforce le dramatique porté par une certaine lenteur dans l’avancée de l’action et une musique lancinante presque oppressante par moments. « Le vent se lève… Il faut tenter de vivre » le vers de Paul Valéry plane comme une menace presque actuelle.le-vent-se-leve-2Bien que l’on soit loin du conte, Miyazaki marie avec subtilité réalisme avec rêve et poésie. Jonglant à merveille entre légèreté et gravité. Il nous transporte du bout de ses pinceaux dans ce rêve d’envol, cette adoration du vent qu’il fait merveilleusement vivre, de la brise à la tempête, faisant vibrer la moindre feuille, s’envoler les chapeaux et décoller les avions. Parfois très contemplatif tant les dessins,toujours sublimes, ressemblant parfois plus à des tableaux qu’à une animation, il pousse le spectateur à la réflexion. Ainsi il nous emporte avec lui dans ses interrogations à travers des personnages attachants et une ambiance douce amère portée par les graphismes et la musique de Joe Hisaishi. Il nous surprend également par cette touchante histoire d’amour avec Naoko, il est là encore où on ne l’attendait pas.

le-vent-se-leve-3

Cet adieu divisera très certainement les amateurs car le virage opéré ici peut décevoir. Mais il est aussi très impressionnant et très touchant quand on sait que ce sera le dernier. Et au delà des débats idéologiques que certains ont pu y voir, il représente l’homme dans toutes ses facettes complexes, parfois contradictoire. A 72 ans, Miyazaki ne manque pas d’audace, bousculant les traditions Ghibli comme un message pour ses héritiers. Ne me copiez pas, innovez!

[easyreview title= »Les notes » cat1title= »Personnages » cat1detail= »Les personnages manquent parfois de force mais cela les rend simplement réels et humains. Mais ils n’en sont pas moins attachants » cat1rating= »3.5″ cat2title= »Scénario » cat2detail= »L’histoire est cousue de fil blanc et avance parfois un peu lentement. Mais la narration est savamment orchestrée et le recours aux rêves est un des ravissements de ce film. » cat2rating= »4″ cat3title= »Graphismes et musique » cat3detail= »Des graphismes sublimes et toujours un plaisir de retrouver la musique de Joe Hisaishi qui participe pleinement à l’ambiance du film. » cat3rating= »4.5″ summary= »Je pense que le film mérite plusieurs visionnages pour se détacher du style des anciennes œuvres de Miyazaki et pour le savourer pleinement. « ]

    • Exaw

      Quel écriture! Très belle critique du film… J’aime beaucoup. Bref, tout ça pour dire que je partage complètement cet avis. Il m’a quand même bien sur manqué le vrai côté Miyazaki avec le surnaturel et un message philosophique fort mais j’ai passé un bon moment.

      • Mathilde DUVAL

        Merci Exaw pour ton joli commentaire.