Critique – L’Enquête

L’Enquête, alerte au Luxembourg

L’Enquête nous raconte comment le journaliste Denis Robert a jeté un (énorme) pavé dans la mare de la finance, en dénonçant, dans un ouvrage intitulé Révélations, l’établissement luxembourgeois Clearstream comme étant une plateforme mondiale de l’évasion fiscale grâce au détournement de son système de comptes « non publiés ». Derrière la caméra de ce thriller français, on retrouve Vincent Garencq, 5 ans après Présumé Coupable avec Philippe Torreton. Un drame très sombre sur l’un des accusés de l’affaire d’Outreau, présenté à la mostra de Venise. Avec L’Enquête, le réalisateur nous propose une nouvelle plongée dans un brûlant sujet qui défraya l’actualité : l’Affaire Clearstream, aka L’Affaire des Affaires (titre de la bande dessinée à laquelle collabora Denis Robert). L’ histoire de blanchiment d’argent mêlée de politique qui passionna l’Europe au début des années 2000 est portée pour la première fois sur grand écran.

L’Enquête des enquêtes

Dans cette Enquête, on se place du point de vue de Denis Robert (Gilles Lellouche) et on attaque tout de suite avec la fin (ou presque) de son implication dans l’affaire Clearstream, et la longue liste des personnes et établissements bancaires qui se sont ligués contre lui durant plusieurs années. Retour en arrière pour comprendre la raison de la présence des policiers à son domicile. Robert est devenu journaliste free-lance. Sa spécialité : la lutte contre la corruption. Lorsqu’il soupçonne un système de comptes occultes au sein de la société Clearstream (Cedel à l’époque), il se jette à corps perdu dans une enquête longue et laborieuse, négligeant son épouse (Florence Loiret-Caille) et ses deux filles.

Poster du film L'EnquêteLa vie privée du journaliste est clairement mise au second plan dans le film de Garencq. Les scènes avec sa famille sont rares et assez courtes. On se concentre sur son enquête  – comme le titre l’indique – et sur son travail de fond, et on devine d’ailleurs à travers cela le boulot de titan du réalisateur, très fouillé et détaillé. Le film est bien documenté, rendant L’Enquête accessible aux personnes n’ayant que peu – ou pas du tout – suivi l’affaire Clearstream dans les journaux ou pendant le 20h. Attention, il faudra quand même un certain degré de concentration pour éviter de perdre le fil, car, entre les frégates de Taïwan, le corbeau et la campagne de Nicolas Sarkozy, les informations arrivent en masse. Mais l’habileté du réalisateur consiste à ne pas oublier qu’il fait du cinéma, et à maintenir un suspense grandissant tout au long de l’histoire. L’Enquête est un vrai thriller financier à l’américaine, à la fois informatif et divertissant.

L’Enquête, Gilles Lellouche, acteur bankable

On le voit sur l’affiche du film, L’Enquête est une aventure en solo. Une lutte de David contre Goliath. L’homme est isolé du groupe des photographes sur les marches de ce que l’on imagine tout à fait être un tribunal. Denis Robert est sous les projecteurs mais en fait très peu soutenu. Durant son enquête, il lui est très difficile de trouver de l’aide, y compris auprès de ses proches. Ce côté très « héros solitaire » est bien rendu dans le film, grâce notamment à un scénario solide et au talent de son interprète, Gilles Lellouche. Pour incarner le personnage principal de L’Enquête, il joue de son côté brun ténébreux avec justesse. Après La French, sorti fin 2014, où il campait un gangster, il s’impose à nouveau dans un thriller de qualité. Dans L’Enquête, il passe du côté de la justice, très convaincant et naturel dans le rôle de ce journaliste idéaliste en quête de vérité. A ses côtés, une galerie de personnages secondaires plus ou moins bien construits. Denis Robert est notamment aidé dans ses investigations par le juge Renaud Van Ruymbeke (Charles Berling), très impliqué dans la lute anti-corruption. Malheureusement, le personnage est trop caricatural, L’Enquête en fait un homme peu sûr de lui et tout innocent, aux réactions immatures. C’est la petite déception de L’Enquête, qui reste un film de grande qualité ayant le mérite de faire la lumière sur une affaire tentaculaire et bien compliquée.

Pour une autre critique c’est par ici : http://www.telerama.fr/cinema/films/l’enquête,495327.php

Critique - L'Enquête
Un thriller financier de grande qualité, porté par Gilles Lellouche.
Acteurs
Scénario
Mise en scène
Image et son
On aime bien
  • Gilles Lellouche
  • Un film très documenté
  • Le travail sérieux et approfondi du réalisateur
On aime moins
  • Le personnage joué par Charles Berling
3.8La note
Note des lecteurs: (2 Votes)
  • http://avisdupublic.net/ Camille LATOUCHE

    Gilles est louche d être aussi bon. J entends tellement parler de ce film que je vais devoir y passer