Critique – Mon Roi

Mon Roi marque le retour de Maïwenn avec un accueil chaleureux au Festival de Cannes et assure la promotion du film qui sortira en salles le 21 octobre.

Après Polisse, Maïwenn revient avec Mon Roi, un film plus sentimental mais non moins explosif puisque les acteurs se mettent à nu dans une interprétation à vif d’une histoire destructrice. 

Une relation toxique

Le personnage de Georgio, interprété par Vincent Cassel (Tale of Tales, La Belle et la Bête), offre une évolution intéressante puisqu’au départ on le trouve attachant voire sensible et concerné, mais une fois que le personnage se livre c’est un homme menaçant et inconscient qui apparaît. En fait, on a bien affaire à un pervers narcissique qui jouit d’une domination sur sa partenaire grâce à l’addiction qu’il lui a insufflée. 

Affiche MON ROI

C’est Tony, interprété par Emmanuelle Bercot (également réalisatrice, La Tête haute par exemple), qui souffre de cette relation mais ne parvient pas à se défaire d’avoir trop été en contact avec ce qui est une drogue pour elle, dans ce qui est de facto un couple toxique. Le lien n’est pas si simple à briser d’où le titre Mon Roi (expliqué anecdotiquement dans une scène).

A travers des flashbacks de cette relation, on assiste à la déchéance de Tony qui, par amour, accepte tout et même ne voit pas certains actes humiliants car elle sombre également dans l’accoutumance médicamenteuse. Georgio l’a intéressée pour les mêmes raisons qu’il est repoussant : c’est un beau parleur, il aime donner une image généreuse et aimante de sa personne mais en réalité il est volage et violent.

Car c’est au contact de Georgio que Tony se détruit, elle qui était une « fille normale » comme elle se décrit, devient une personne excentrique et exaltée par moments. Vivre avec Georgio c’est devenir comme lui, ainsi peu à peu elle prend le même rythme de vie que lui et ne se reconnaît plus.

Un duo de feu

L’alchimie entre Emmanuelle Bercot et Vincent Cassel dans ce duo exaltant est certaine. Emmanuelle Bercot a d’ailleurs été récompensée au Festival de cannes pour son interprétation et on ne peut qu’approuver au visionnage car l’actrice donne tout pendant des scènes émotionnellement puissantes et glaçantes. 

Mon Roi c’est le personnage de Vincent Cassel en roi dangereux. l’acteur excelle dans un jeu vicieux et dynamique où il donne comme toujours, le meilleur de lui. Tout est représenté dans cette relation : l’amour passionnel, les crises de colère, la violence, le désir, l’envie, les larmes et avec une justesse impeccable. Ce couple se détruit mais ne semble pas vouloir se défaire, l’un attire l’autre vers la détresse et n’a de cesse de briser sa confiance.

Louis Garrel (Saint Laurent, Les Deux Amis) change de registre ici, pour la surprise du spectateur qui est habitué à le suivre en parisien élégant et mélancolique : dans Mon Roi, il interprète un homme franchement flemmard mais entier et simple. Son personnage est en ménage avec celui d’Isild Le Besco, la soeur de Maïwenn, qui se fait discrète mais apporte sa touche de normalité aux personnages excentriques représentés.

L’humour inattendu

Malgré une thématique dramatique, Mon Roi révèle un humour inattendu et parfois même désopilant qui dénote avec une ambiance lourde. Le choc en est d’autant plus agréable.

Finalement, ces deux âmes en perdition se tournent autour sans jamais pouvoir s’apaiser véritablement. C’est le tumulte de leur relation qui place aussi bien Mon Roi dans le classement des films sortis en 2015. Maïwenn prouve son statut de réalisatrice confirmée avec cette histoire émouvante (empruntée de sa propre vie? Elle affirme que non), si bien accueillie à Cannes que l’on souhaite la même chose pour sa sortie en salles.

Voici une au critique de Mon Roi par Télérama et la bande d’annonce du film.

Critique - Mon Roi
Critique du film Mon Roi: une histoire d'amour destructive racontée en flashbacks.
Acteurs
Images et son
Scénario
Mise en scène
On aime bien
  • La bande originale
  • Le duo explosif Bercot/Cassel
  • L'histoire émouvante
On aime moins
  • La fin, trop "facile"
  • Le manque de profondeur du personnage de Cassel
3.8L'avis
Note des lecteurs: (4 Votes)