Critique – Mr Holmes

Critique de Mr Holmes, fin prêt pour une ultime enquête ?

La vie de Sherlock Holmes a suscité un nombre important d’adaptations cinématographiques. Outre les films tirés de l’œuvre même de Conan Doyle, dont le célèbre Chien des Baskerville avec Christopher Lee, il y a une tendance actuelle à explorer des aspects plus extérieurs à l’œuvre comme le film de Billy Wilder en 1970 La vie privée de Sherlock Holmes ou bien encore Le frère le plus futé de Sherlock Holmes avec Gene Wilder en 1975. Mr Holmes de Bill Condon, tiré d’un roman Les abeilles de Mr Holmes écrit par le romancier américain Mitch Cullin, s’attache quant à lui à nous décrire un Holmes à la fin de sa vie. Alors un film de plus sur ce cher Holmes, le film de trop?

Mr Holmes

Derrière le mythe, un homme

C’est le sous-titre de Mr Holmes. Voilà pourquoi nous retrouvons un homme âgé, au crépuscule de sa vie, qui passe son temps à s’occuper de ses abeilles avec Roger, le fils de sa gouvernante. Perdant de plus en plus la mémoire qui a fait sa célébrité dans les affaires dont il s’est occupé avec le Docteur Watson, il souhaiterait toutefois se souvenir de sa dernière affaire qui l’a poussé prématurément à la retraite. Mais pour quelle raison? Les souvenirs reviennent par bribes de plus en plus légères, notamment quand il en parle avec Roger, le petit garçon qu’il forme à l’apiculture, ou quand il se met à sa table de travail pour finir lui-même d’écrire l’histoire de cette fameuse enquête que l’habituel narrateur de ses aventures, le Docteur Watson, a négligée selon lui. Va alors se mêler à la vie de ce paisible retraité du Sussex, toute une série de souvenirs qui vont nous éclairer progressivement sur cette fameuse affaire Kelton.

Derrière Mr Holmes, un acteur remarquable

Ian McKellen (acteur de théâtre britannique connu surtout au cinéma pour son rôle de Gandalf dans les trilogies du Seigneur des anneaux et de Bilbo le Hobbit) campe un Holmes vieillissant et en proie à la maladie tout à fait remarquable par sa présence, sa démarche bancale, la facétie de ses remarques piquantes face à sa gouvernante qui s’offusque de l’influence qu’il a sur son fils Roger et par ses jeux de regards qui ne laissent jamais indifférent. C’est là la principale qualité de Mr Holmes car à la performance de McKellen répond à celle tout aussi convaincante de naturel du jeune Roger (Milo Parker). Mais la mise en scène et le scénario un peu trop convenus empêchent vraiment de donner une dimension beaucoup plus tragique à Mr Holmes auquel toutefois le montage réussi des scènes passées dans la narration s’intègre bien dans la continuité du récit et permet à l’intrigue de garder tout de même un peu de mystère. Réussira-t-il à rassembler le puzzle de cette affaire qui semble s’être évaporée de sa mémoire? Voilà tout l’enjeu de ce film brillamment interprété et tout de même plaisant à regarder.

Un autre avis sur Mr Holmes, c’est par ici : http://www.lalibre.be/culture/cinema/mr-holmes-sherlock-perd-la-boule-55acaa6f3570b54652cf0f38

Critique - Mr Holmes
Au crépuscule de sa vie, Mr Holmes tente désespérément de se souvenir de sa dernière et retentissante affaire.
Mise en scène
Scénario
Acteurs
Images et son
On aime bien
  • Ian McKellen fantastique
  • La construction du film
On aime moins
  • Quelques images cartes postales inutiles
  • Un scénario un peu touffu
3.3L'avis
Note des lecteurs: (0 Vote)