Critique – Room

Notre critique de Room, le film multi-récompensé de Lenny Abrahamson (Frank).

Room a fait les beaux jours des Golden Globes et des Oscars l’hiver dernier. Le film est l’adaptation du roman éponyme d’Emma Donaghue qui signe d’ailleurs le scénario. Brie Larson et Jacob Tremblay, les acteurs principaux, croulent sous les statuettes et autres trophées décernés pour leur interprétation. Inutile de dire à quel point j’attendais Room, ce drame au titre aussi minimaliste qu’intrigant qui semblait mettre d’accord les critiques du monde entier. Le résultat a-t-il été à la hauteur de mes grandes espérances ? Réponse dans cette critique .

4 murs et le monde

Jack (Jacob Tremblay) a 5 ans. Il vit avec sa mère, une jeune femme prénommée Joy (Brie Larson). Ensemble, dans leur toute petite maison qu’ils appellent Room, ils partagent tout : la baignoire, les toilettes, la minuscule table de la salle à manger et une longue chevelure châtain. Par un unique velux, ils voient au dehors un bout de ciel qui change de couleur. Leur seul visiteur, Old Nick – ou Vilain Nick en VF (Sean Bridgers) – vient chaque soir, quand Jack est à l’abri dans l’armoire. Tous les jours, c’est le même rituel. Mais aujourd’hui, tout va changer car Joy a une révélation à faire à son fils : il existe un monde en dehors de leur maison, avec des arbres, d’autres personnes et d’autres maisons.affiche Room

Room est raconté par le jeune garçon, qui nous dépeint de façon quasi-sacrée son arrivée dans le monde, les différences entre les images qu’il voit à la télévision et les objets qui existent réellement et l’organisation au quotidien dans la petite pièce. Ses grands yeux bleus se font de temps en temps camera subjective et nous posons alors sur l’intrigue un regard neuf. Car Jack est à la fois l’innocent et le sauveur, le naïf et le sage. Sa façon de raconter son monde m’a rappelé la petite Ea du Tout Nouveau Testament. Une sorte d’enfant plus divin qu’humain.

Vers la lumière

Pour autant, ce n’est pas de la science-fiction et le monde de Jack, qui devient par sa voix un conte extraordinaire, est en fait un drame bien sordide dont sa mère a tenté – avec succès – de le préserver. Le symbole de cette protection est la grande armoire bleue dans laquelle Jack dort. C’est à la fois une prison et un refuge. C’est une pièce dans une pièce. En effet, Room a beau être petite, elle renferme un danger. La mise en scène est très intéressante de ce point de vue car le meuble est coloré et placé au centre du décor. Tout comme on ne voit qu’un bout de ciel à travers le velux, on ne voit qu’un bout de la chambre à travers les lattes de l’armoire.

Room ne va pas faire pleurer dans les chaumières, mais nous émouvoir profondément. Les personnages et leur histoire vont nous trotter dans la tête bien après avoir quitté la salle de cinéma. L’entente parfaite entre les deux acteurs principaux y est pour beaucoup. Le jeune Jacob Trembay est très prometteur et Brie Larson, après plusieurs seconds rôles (elle a été la sœur d’Amy Schumer dans Crazy Amy, et celle de Joseph Gordon-Levitt dans Don Jon), révèle toute l’étendue de son talent. Et puis, le film – comme le roman avant lui – ne joue pas la carte du happy end trop simple. L’après Room se révèle bien difficile et la lumière qui aveugle Jack et vers laquelle tendait Joy sans trop y croire présente des dangers physiques aussi bien que psychologiques. Et Lenny Abrahamson sait montrer la patience et le temps  salvateur, celui qui passe au gré du cœur et de ses émotions.

Critique - Room
Un drame puissant, magnifiquement interprété.
Acteurs
Mise en scène
Scénario
Images et son
On aime bien
  • L'histoire, très "complète"
  • Le duo mère-fils
  • La mise en scène, poétique et stylée
On aime moins
  • Rien trouvé !
4.7L'avis
Note des lecteurs: (1 Vote)
  • Titre : Room
  • Année de sortie : 2016
  • Style : Drame
  • Réalisateur : Lenny Abrahamson
  • Synopsis : Jack, 5 ans, vit seul avec sa mère, Ma. Elle lui apprend à jouer, à rire et à comprendre le monde qui l’entoure. Un monde qui commence et s’arrête aux murs de leur chambre, où ils sont retenus prisonniers, le seul endroit que Jack ait jamais connu. L’amour de Ma pour Jack la pousse à tout risquer pour offrir à son fils une chance de s’échapper et de découvrir l’extérieur, une aventure à laquelle il n’était pas préparé.
  • Acteurs principaux : Brie Larson, Jacob Tremblay, Joan Allen
  • Durée : 1h58