Memento

Critique – Memento

Leonard Shelby n’a qu’une idée en tête : trouver l’homme qui a assassiné sa femme afin de se venger. Mais une forme rare d’amnésie l’empêche de se souvenir de ce qu’il a fait le quart d’heure précédent. Il se construit des repères grâce à des fiches, des photos et des tatouages qui l’aident à distinguer le présent du passé, y compris dans sa relation avec Natalie, une serveuse inquiétante et sexy…

La scène d’introduction nous plonge directement dans ce que sera le film, une sorte d’ovni filmé de manière particulière, noir et blanc et à l’envers. Au final le film est composé de deux parties imbriquées l’une dans l’autre, le noir et blanc qui est monté à l’endroit et la couleur qui est monté à l’envers (de cette manière nous comprenons un peu mieux le problème de mémoire Leonard Shelby). Ainsi le début est la fin et la fin est le début, beaucoup de films nous donnent toute l’histoire à la fin mais celui ci fait le contraire.memento-cover

Il y a une intrigue simple, la vengeance, cependant il y a un obstacle, l’absence de mémoire immédiate. C’est pourquoi Leonard fait de son corps une sorte de livre où sont relatés faits et conseils pour ne pas se perdre.

Memento-leonard-tatouages

Au début nous subissons le film car nous avons une histoire déjà en route et au fur et à mesure que l’histoire arrive à son terme (donc au début, mais suivez un peu!), nous comprenons mieux l’envers du décor. Bref Nolan joue avec le sujet du film : la mémoire.

Le film possède quelques notes d’humour, notamment lors d’une course poursuite où il subit sa perte de mémoire, il ne sait pas qui course qui. Plusieurs notes d’humour relèvent l’ambiance qui peut paraître pesante. En alternant, le réalisateur offre un contraste entre le gravité de l’histoire et les situations incongrues.

Au niveau du montage du film, arrivé vers le milieu, une scène marque une vision différente quant aux protagonistes et cette scène et sa précédente se reflètent comme les pages d’un livre ou un palindrome, un avant et un après se dessinent.

La musique reste discrète et est peu présente, ce choix renforce le coté « cru » de certains passages. Nolan mise sur la mise en scène et enlève les fioritures, plus de musique n’aurait rien apporté au film.

 Les acteurs sont convaincants, Guy Pearce (Iron Man 3, Lock Out) est un chien fou, désorienté et probablement manipulé mais continuant sans cesse sa quête. Joe Pantoliano « ne croit pas ses mensonges » (Matrix) toujours le sourire mais dont on se méfie et Carrie Ann Moss « elle t’aidera par compassion » reste énigmatique dans son rôle de serveuse.

memento-leonard-natalie.jpg

 Le principal défaut du film est la perte de mémoire à géométrie variable. Force est de constater que certains raccourcis scénaristique comme des durées de trajet font perdre du crédit aux durées de perte de mémoire lors de certaines scènes.

Beaucoup de début de scènes sont répétitives, chaque tête vue est nouvelle pour lui et donc il remet sur le tapis l’histoire de son problème de mémoire.

 Le scénario reste assez pauvre, un scénario plus complexe aurait pu être exploité, Nolan n’a misé que sur l’originalité de son idée. Le réalisateur a fait le boulot, un travail intéressant sur la mémoire mais n’a pas poussé plus loin sa quête.

 Pour conclure, Memento reste un film maîtrisé et convaincant, il reste déroutant. Il y a une vraie maîtrise scénaristique et cela reste le point fort de Nolan car il revêt les casquettes de réalisateur, co-scénariste, co-producteur et l’histoire est une nouvelle écrite par son frère.

 La fin du film (et donc le début) donne une version évidente ce qu’il s’est passé, mais en grattant les détails, on peut trouver plusieurs choix possibles.

Memento
Une idée brillante mais peut être Nolan a t'il trop misé dessus. Le film reste avant tout un ovni qui traite de belle manière le thème du film : la mémoire.
Acteurs
Scénario
Image et son
On aime
  • Une histoire servie à merveille par Guy Pearce
  • Un excellent second film pour Christopher Nolan
On aime moins
  • un scénario trop simple qui sous exploite l'idée du film
  • des répétitions et des monologues qui desservent le rythme
4.0Note Finale
Note des lecteurs: (1 Vote)
    • http://www.avisdupublic.net Camille LATOUCHE

      Démarrer ses critiques par Nolan est risqué. Il est « jeune » parmi les grands et est déjà au sommet. Néanmoins, je rejoins cette critique dans bon nombre de point, notamment les problèmes scénaristiques. Dommage …