Critique – Le Dernier Chasseur de Sorcières

Critique du film Le Dernier Chasseur de Sorcières, avec Vin Diesel dans le rôle d’un chasseur de sorcières immortel. Un énième film fantastique déjà-vu, ou un hommage original au genre ?

Vin Diesel, comme son nom l’évoque, a parfois bien du mal à se détacher de la licence Fast and Furious, où il interprète Dom, un des rôles-titres. Pourtant, ce n’est pas faute d’essayer. On se souvient notamment de son fameux héros des Chroniques de Riddick, dont le troisième opus éponyme, sorti en 2013, n’avait pas été franchement convaincant. Après la science-fiction et un passage chez les super-héros Marvel où il doublait Groot pour Les Gardiens de la Galaxie, le voici maintenant à l’assaut du genre fantastique avec Le Dernier Chasseur de Sorcières (qu’il a lui-même co-produit), dont voici la critique.

Vin Diesel cogne de la sorcière

On ne va pas se mentir, si Le Dernier Chasseur de Sorcières est un film plaisant, il ne brille pas pour son scénario. Vin Diesel incarne ici Kaulder, un homme rendu immortel il y a huit cent ans par la Reine Sorcière, et aujourd’hui le bras armé de la confrérie de la Hache et la Croix qui lutte contre la magie noire. Lorsque l’un de ses amis, membre de la confrérie, se fait assassiner, Kaulder se charge de résoudre l’affaire, et repart sur la trace des adeptes de la Reine pour empêcher une guerre ouverte dans les rues de New-York.

Le Dernier Chasseur de Sorcières poster

Presque rien de nouveau en soit, si ce n’est qu’on sent un effort pour actualiser les mythes surexploités qui entourent la sorcellerie. Pas de vieux châteaux écossais à la Harry Potter, les sorciers ont ici évolué avec le monde, préférant se l’approprier plutôt que de vivre dans la marge. Dans Le Dernier Chasseur de Sorcières, pas de grimoires ou de baguettes magiques pour Vin Diesel, une grosse flamberge embrasée c’est tellement plus classe. Dans la réalisation, on est plutôt proche d’un Hansel & Gretel : chasseurs de sorcières : mise à part la similarité du titre, l’emphase est ici mise sur les chorégraphies des scènes d’action plus que sur l’originalité des antagonistes. Néanmoins, le film vous promet tout de même quelques rebondissements dans le dernier acte qui ont le mérite de ne pas être prétentieux. Malgré ce manque de prise de risques dans le déroulement du scénario, on apprécie en revanche que Le Dernier Chasseur de Sorcières soit un script original. De plus, l’univers reste aussi détaillé et cohérent que pour une adaptation, une rareté d’autant plus appréciable dans l’univers de la fantasy qui a déjà vu son lot d’adaptation médiocre comme dernièrement Le Septième Fils. Moins ambitieux, Le Dernier Chasseur de Sorcières promet un divertissement plus centré sur le visuel que sur l’intellect, et on ne lui en veut pas pour ça, puisqu’il le fait bien.

Là où le scénario pèche, les effets spéciaux brillent

Si les effets spéciaux restent réussis – soyons honnêtes, il est très rare aujourd’hui de voir un film aux effets bâclés – Le Dernier Chasseur de Sorcières propose une photographie cohérente mais pas non plus au top de l’originalité (on pense notamment aux reflets dans les yeux des créatures surnaturelles, classes mais déjà-vu). Visuellement, le film garde tout son sens malgré les aller-retours entre l’époque médiévale des rêves de Kaulder et l’ère moderne. Au contraire, la menace d’une nouvelle épidémie de Peste Noire lancée par Reine Sorcière, au design repoussant à souhait, dans un New-York contemporain offre au film un contraste intéressant. C’est notamment lors des scènes de combat contre la Reine que les effets spéciaux sont les plus réussis, aussi limpides qu’efficaces. Les rageux diront que les effets visuels ne sauveront jamais un scénario pauvre, les optimistes y verront un perfectionnisme et un soin du détail aussi louable que l’écriture d’un script. Dans tous les cas, côté soin visuel, Le Dernier Chasseur de Sorcières est chez les bons élèves.

Vin Diesel Elijah Wood Rose Leslie

Vin Diesel entouré de son groupe de défense contre les forces du mal

Un casting séduisant

Aux côtés de Vin Diesel, on trouve un éventail d’acteurs issus d’autres films ou séries bien célèbres. Tout d’abord, l’incontournable Michael Caine (vu dernièrement dans Kingsman : Services secrets, Interstellar ou encore Hysteria, Stonehearst Asylum) joue le père Dolan 36ème du nom, membre de la confrérie de la Hache et la Croix laissant sa place au 37ème, incarné par Elijah Wood (Monsieur Frodon Sacquet du Seigneur des Anneaux). Sur la trace des adorateurs de la Reine Sorcière, Kaulder fait la rencontre de Chloé, une jeune sorcière ayant le pouvoir de parcourir les rêves, dont le visage sera familier aux fans de Game of Thrones, puisqu’il s’agit de Rose Leslie, qui jouait la sauvageonne Ygritte. Un casting plaisant qui regroupe différents acteurs habitués aux grosses productions, chacun à sa façon.

Aux vues du casting, issu de licences populaires, on remarque que le public visé serait plutôt celui du Young Adult, un genre encore aujourd’hui en pleine expansion avec des sagas comme Hunger Games, dont la fin arrive sur grand écran très prochainement, Divergente ou encore Le Labyrinthe. Même si pour Le Dernier Chasseur de Sorcières, il ne s’agit pas d’une adaptation de romans, la comparaison ne paraît pas si incongrue puisque le studio Liongates aimerait déjà en faire une suite. Affaire à suivre !

Pour les curieux, voici le trailer du Dernier Chasseur de Sorcières (avec une reprise de Paint It, Black des Rolling Stones en bande-originale).

Pour une autre critique du Dernier Chasseur de Sorcières, voici celle de chez A voir, à lire.

Critique – Le Dernier Chasseur de Sorcières
Le Dernier Chasseur de Sorcières est un film efficace et sans prétention dont le casting et les jolis effets spéciaux vous feront passer un bon moment.
Mise en scène
Scénario
Acteurs
Image et son
On aime bien
  • Le casting
  • Les effets visuels, dont la Reine Sorcière
  • Voir un scénario original et non une adaptation
On aime moins
  • Le manque de prise de risques
  • Les rebondissements finaux, qu'on a facilement vus venir
3.3L'avis
Note des lecteurs: (1 Vote)