Critique – Conjuring 2 : Le cas Enfield

Aprés être passé par le blockbuster bien bourrin, James Wan revient en maître du cinéma d’horreur avec Conjuring 2 : Le cas Enfield. Sera-t-il aussi bon que le précédent ? Voici notre avis.

Réalisé par James Wan (papa de la saga Insidous et réalisateur du premier Saw), Conjuring 2 : Le cas Enfield continue à s’inspirer des enquêtes des vrais époux Warren pour nous servir un mélange détonant de terreur. Après l’enquête de la maison d’Amityville, les époux Warren, enquêteurs de faits paranormaux, sont devenus célèbres mais restent néanmoins éprouvés par toutes les autres affaires. Ils ont donc décidé de rester simples consultants. Malheureusement l’Eglise vient directement faire appel à eux pour enquêter sur le cas de la famille Hodgson. Alors qu’ils mènent une simple enquête pour savoir si oui ou non la famille est vraiment victime d’un esprit, Lorraine Warren se rend compte que l’affaire sera bien plus personnelle que prévue. Le point est ainsi d’office mis sur le réalisme, tout d’abord en s’attaquant à une affaire qui fut assez médiatisée. Le « Inspiré de fait réel », la diffusion de la bande sonore originale, ou encore certaines photos originales datant du moment des faits viennent nous le rappeler assez justement. Mais qu’en est-il du coté épouvante ?

Tableau Conjuring 2

Le style Wan

Tout d’abord Wan arrive à travailler le suspens de Conjuring 2 d’une manière exceptionnelle. Sachant que la plupart des événements arrivent la nuit, il prend un malin plaisir à faire arriver la nuit tout doucement. Etape par étape (repas, brossage de dent,… etc), on sait que la nuit va fatidiquement arriver et la terreur avec elle.

Jouer avec le spectateur est également au centre de la technique de James Wan. En effet il prend son temps pour terroriser, il s’amuse à faire durer la scène en longueur, focalisant votre attention sur un point bien précis de l’image, puis, au moment où vous vous y attendrez le moins, la chose surgira à l’opposé renforçant le côté totalement imprévisible. A côté de ça, même quand la terreur est à son comble, Conjuring 2 ne s’emballe pas, préférant laisser au spectateur le temps de se crisper sur son fauteuil. Si certaines scènes sont moins bien réussies que dans le 1er, au niveau technique Conjuring 2 est une réussite !

Croix Conjuring 2

L’ambiance est au rendez-vous !

Evidemment un film d’horreur se doit d’avoir un bon casting (quoi de plus insupportable qu’un mauvais jeu d’acteur vous sortant du film ?). Ici, comme pour le 1er, ce sont les enfants qui emportent le film avec une Madison Wolfe juste parfaite dans son rôle ! Les époux Warren joués par Vera Farmiga (The Judge et Bates Motel) et Patrick Wilson (vu dans Fargo) forment toujours un très beau duo. De plus, le fait que ce soit le mari qui soit directement en danger alors que c’est sa femme qui est medium rend leurs relations bien plus importantes. La musique, bien que parfois un peu trop insistante, accompagne très bien le suspense et la terreur. Le dernier atout de Conjuring 2 repose clairement sur son esthétique, le jeu des lumières, la maison glauque, la chambre remplie de croix, la cave inondée… Rien n’a été laissé au hasard rendant certains plans vraiment magnifiques : la scène du tableau et celle des croix renversées comptent parmi les choses les plus réussies de ce film. On en redemande !

Vous l’aurez compris, si vous êtes amateurs d’horreur, vous pouvez foncer ! Dans tous les cas, James Wan est toujours une valeur sûre en matière de cinéma d’horreur et si vous êtes novices, vous allez rester cloués au siège.

Critique - Conjuring 2 : Le cas Enfield
On pourrait se dire que le 1er était mieux mais vu le niveau présenté ici, on ne boude pas notre plaisir !
Scénario
Mise en scène
Acteur
Images et son
On aime bien
  • Les décors
  • L'histoire
  • Le travail sur les jump scares
On aime moins
  • L'ambiance sonore aurait pu être mieux gérée
  • Moins bon que le 1er hélas...
4.0L'avis
Note des lecteurs: (0 Vote)