Critique – Ave César !

La sortie d’un film signé Ethan et Joel Coen est toujours un petit événement. Quand en plus le casting s’annonce trois, quatre, et même cinq étoiles, c’est carrément l’excitation qui nous emporte. A tort ou à raison ? La critique de Ave César ! tout de suite.

C’est l’histoire d’un fixeur

Le film prend place dans les années 50, et suit Eddie Mannix, interprété par Josh Brolin (Sicario, Sin City 2…). Eddie est un fixeur pour le compte des studios de cinéma Capitole, une sorte de bras droit du patron chargé de régler toutes sortes de problèmes qui se mettent en travers de la production des films (et sont souvent causés par les stars desdits films). Et des problèmes, il y en a : du jeune acteur de western incapable de jouer (surtout s’il y a une ligne de dialogue) à la star qui se fait kidnapper par une bande communiste (George ClooneyGravity, O’Brother…) en passant par celle qui, enceinte sans être mariée, pourrait sauver la face en adoptant son propre enfant (Scarlett JohanssonLucy, Under the Skin…), il y a dans Ave César ! de nombreuses idées réjouissantes.

Affiche de Ave, César !, des frères Coen

Une grande salade (ok, j’ai honte)

Si, pris à part, les différents éléments de Ave César ! donnent lieu à des scènes remarquables (comme par exemple cette géniale séquence de claquettes avec Channing TatumMagic Mike XXL, 22 Jump Street… – dans une ambiance très « marins gays »), on peine à ressentir une véritable harmonie entre les différentes parties du film. Il en ressort une impression de patchwork, de sketchs qui se succèdent sans l’ossature dramatique qui donnerait à l’ensemble le souffle qui lui fait défaut. Alors on rit tout de même régulièrement, on passe un bon moment, mais on peine à véritablement s’emballer, à vibrer à la mesure de ce qui se passe à l’écran, comme par exemple quand un sous-marin russe surgit de nulle part au large des studios. Les Coen semblent se disperser, ne pas très bien savoir ce qu’il faut faire de leur casting exceptionnel, qui tourne presque au caméo (Frances McDormand – Fargo, Burn After Reading… – et Jonah Hill22 Jump Street, Le Loup de Wall Street… – n’ont qu’une toute petite scène), voire au rôle un peu forcé : Tilda Swinton (Only Lovers Left Alive, Snowpiercer…) interprète deux jumelles journalistes rivales dont l’écriture ne convainc qu’à moitié.

Ave César !, ou le rêve foisonnant

Il faut tout de même reconnaître que l’idée d’avoir une galaxie de stars pour donner vie à l’usine à rêves du Hollywood des années 50 est tout à fait judicieuse. Multiplier les rôles de stars pour raconter un monde de stars, voilà qui fait sens et participe à l’atmosphère magique du cinéma, ainsi qu’à son côté fabrique à idoles. Car c’est bien un hommage au cinéma que tentent les frères Coen avec Ave César !. Un hommage varié (tout y passe ou presque : comédie musicale, péplum, western, film aquatique…), à l’esthétique très travaillée, et pourtant il manque quelque chose, un petit plus qui sublimerait le tout.

Channing Tatum fait des claquettes dans Ave, César !

Niveau contenu, Ave César ! aborde différents thèmes des fifties, certains étant d’ailleurs encore bien actuels : le pseudo-tabou gay, l’image factice des stars (dont la vie privée, construite par les studios, paraît aussi fausse que les rôles qu’elles interprètent – Hollywood, c’est le rêve et rien que le rêve !), la fabrique capitaliste, ou encore la question de l’offense religieuse (où Robert Piccardo – le Docteur de Star Trek Voyager – campe un rabbin exceptionnel)… Ave César ! se montre pertinent, mais on retrouve là encore son aspect patchwork, comme si le film assemblait de belles photos, mais se contentait de les juxtaposer. Un joli exercice, plaisant, mais assez loin du génie que les frères ont déjà montré.

Un autre avis ? C’est sur telerama.fr.

Critique - Ave César !
Les frères Coen livrent un hommage au cinéma des années 50 en demi-teinte : beau, soutenu par un cortège d'acteurs impressionnants, Ave César ! manque tout de même de liant, d'intérêt dramatique. Le film demeure néanmoins très plaisant.
Scénario
Acteurs
Mise en scène
Images et son
On aime bien
  • L'esthétique globale
  • Le casting incroyable
  • Channing Tatum en marin gay qui fait des claquettes
On aime moins
  • L'aspect décousu, comme s'il manquait quelque chose pour tout unifier
  • Le rythme peine un peu à s'emballer
3.3L'avis
Note des lecteurs: (2 Votes)
  • Laura Istace

    Je suis tout à fait d’accord avec toi !
    Je me suis réjouie devant ces belles images qui rappelle le Hollywood des années 50 et ses différents genres, mais il manque d’unité.
    Merci pour cette critique

  • Mady

    Je suis sortie avec la même impression.
    Un beau film méta qui évoque Hollywood des années 50 tout en étant construit comme un film des années 50. Techniquement nickel, mais dans le fond ce n’est que ça… Une très belle technique

  • Anne-Laure

    Je suis d’accord avec ta critique. Le manque d’unité, c’est exactement ça !
    J’ajouterais un autre petit bémol : ça blablate beaucoup trop par moment, j’ai eu la sensation d’être inondée d’un flot de parole par instants.

  • http://camillelatouche.com/ Camille LATOUCHE

    Salut Valer,

    J’ai reçu des commentaires qui vont exactement dans ton sens. Bel article.