Critique – Ballerina

Naissance d’une belle étoile dans Ballerina, film d’animation franco-canadien. Et voici notre avis.

Ballerina, c’est Félicie, une jeune orpheline bretonne qui n’a qu’une passion : la danse ! Aussi projette-t-elle de partir à Paris afin d’entrer à l’opéra. Elle entraîne dans ce projet fou son meilleur ami, Victor, qui compte bien profiter des opportunités qu’offre la capitale pour devenir inventeur. Ça tombe bien, car un certain Gustave Eiffel a plein de projets et a besoin de main d’œuvre. Notre danseuse en herbe, quant à elle, va usurper l’identité d’une autre jeune fille pour parvenir à ses fins. Va-t-on entrer dans la danse ? Réponse ici !

I had a dream

On est décidément, en cette fin d’année, dans un registre « girl power ». Outre Vaiana, le dernier Classique Disney, qui ne s’embarrassait pas de Prince Charmant, voici Ballerina, ou l’histoire d’une petite fille qui travaille dur pour réaliser son rêve.

affiche ballerina

Entre les pointes, les jetés, les entrechats, la petite Félicie ne recule devant rien. Et son statut d’orpheline n’est pas là pour faire pleurer dans les chaumières. Il ajoute au contraire à son courage et à sa détermination puisqu’elle doit travailler et trouver un endroit où dormir. Et dans la course aux rêves, elle nous embarque facilement.

Un joli film de fêtes

Les réalisateurs, Summer et Warin signent un film enthousiaste, plein de joie et de sourires et nous offrent pour Noël une héroïne irrésistible. Impossible de rester de marbre devant cette énergie incroyable : même lorsqu’elle fait la vaisselle – dans une scène du début du film – c’est magique. Félicie nous fait entrer dans la danse et traverse le film avec une bonne humeur contagieuse. A ses côtés, son professeur, Odette apporte une touche d’émotion et son meilleur ami, Victor, est un joyeux gaffeur, aussi déterminé que l’héroïne mais plus conventionnel : c’est l’allié et le complice un peu classique et sans grand relief. Et enfin, nous avons Camille, la « méchante », concurrente direct de Félicie à l’opéra. Tous les ingrédients sont là : le schéma n’est pas follement original – on peut même dire que l’histoire est assez prévisible – mais fonctionne très bien .

Techniquement, le film est à l’image du personnage de Camille : excellent. Ballerina, n’a rien à envier à l’animation made in Hollywood. Le Paris de la fin du 19ème siècle est superbement reconstitué, et comment ne pas s’émerveiller devant les jolis chaussons Repetto (partenaire du film) et les tenues des apprenties danseuses ? Côté casting, ce sont Camille Cottin (cette année, elle est partout), Malik Bentalha et Kaycie Chase en français; et Elle Fanning, Dane Dehaan et Maddie Ziegler (la super danseuse des clips de Sia, notamment) in English. Prestige jusqu’au bout des voix ! Et on pourra dire que la bande originale est trop sucrée et convenue, je l’ai trouvée très à propos, entraînante et sans aucune mièvrerie. Cette petite Ballerina ne brille peut-être pas par son originalité ou son humour décalé mais par la gaieté et la belle humeur qu’elle transmet.

Pour lire un autre article sur le film, faites un petit tour sur Elle.

Critique - Ballerina
Un très joli film de Noël, plein de sourire et de bonne humeur.
Personnages
Mise en scène
Scénario
Images et son
On aime bien
  • Irrésistible Félicie
  • Une jolie histoire très rythmée
On aime moins
  • Le scénario assez prévisible
3.6L'avis
Note des lecteurs: (1 Vote)