Critique – Bob l’éponge, le film : Un héros sort de l’eau.

Bob l’éponge, le film : Un héros sort de l’eau, pour faire rire petits et grands au cinéma.

Bob l’éponge : Un héros sort de l’eau, que nous appellerons Bob l’éponge 2 pour plus de commodités, est donc la deuxième aventure cinématographique pour notre petit personnage spongieux. Comment ça, vous ne connaissez pas Bob l’éponge ? Mais vous avez vécu dans un ananas, dans la mer ? Bon, très bien, alors résumons rapidement ce sur quoi est basé le succès interplanétaire du dessin animé Bob L’éponge, véritable tête d’affiche de la chaîne de télévision Américaine Nickelodeon. Bob l’éponge est né, du moins schématiquement, en 1984 dans l’esprit de Stephen Hillenburg, un ancien plongeur professionnel devenu dessinateur. Pour voir débouler Bob l’éponge sur nos écrans, il fallut attendre encore quinze ans, soit 1999, le temps que Hillenburg puisse lancer sa reconversion professionnelle, atterrir chez Nickelodeon, commencer à se faire les dents sur une série (Rocko’s Modern Life, rien à voir avec…) et être remarqué par les grandes pontes de la chaîne pour enfants. Quelques petits retards au démarrage, dont un changement de nom en dernière minute (Bob l’éponge devait, à la base, s’appeler Spongeboy, mais le titre était déjà protégé), et voilà que l’un des dessins animés les plus marquants des années 2000 envahit les émissions de nos chers bambins. Et pour bien se rendre compte du brillant succès de Bob l’éponge, sachez que le brave spongiaire et sa bande de dégénérés aquatiques forment le seul dessin animé Nickelodeon à être né dans les années 90, et à être toujours en cours aujourd’hui. Et les choses changent, Stephen Hillenburg, le créateur de Bob l’éponge, a quitté le navire en 2004, juste après la sortie du premier film, confiant les rennes à Paul Tibbitt… déjà scénariste lors de la première adaptation au cinéma. Ce changement de show runner a-t-il porté un coup à la qualité du phénomène Bob l’éponge ?

image affiche bob l'épongeBob l’éponge 2, quésaco ?

Bob L’éponge 2 n’a pas de lien avec le premier film cinéma, et s’ouvre en la présence du pirate Steak Barbare, l’un des humains récurrents de la série. Ce dernier désire plus que tout un mystérieux trésor, gardé amoureusement par un squelette en apparence inoffensif. Une fois le précieux bien récupéré, en l’occurrence un livre, on découvre que Steak Barbare (joué par Antonio Banderas, vu dans Expendables 3 ou prochainement dans Automata) n’ambitionnait pas d’apprendre à lire, mais de profiter de ses pouvoirs magiques : écrire, ou réécrire, l’histoire, et notamment celle de Bob l’éponge 2, et ce pour un but précis : récupérer la fameuse recette de l’irremplaçable pâté de crabe. Alors que le plan machiavélique de Steak Barbare fonctionne à merveille, Bob l’éponge organise la résistance avec… Plankton, l’ennemi intime du radin et plus que jamais capitaliste Monsieur Krabs, patron de Bob. En effet, la pénurie de pâtés de crabe a eu des répercussions dramatiques sur Bikini Bottom, et Bob l’éponge doit absolument remettre de l’ordre dans tout ce tohu-bohu post-apocalyptique.

Bob l’éponge 2, Plankton petit mais encombrant.

Vous l’aurez compris, Bob l’éponge 2 s’appuie sur l’une des figures centrales de la série : le pâté de crabe, un excellent hamburger amoureusement préparé par Bob, qui a tendance à adoucir les mœurs de Bikini Bottom, et à bloquer les artères (toute ressemblance avec la réalité est évidemment recherchée). L’intrigue de Bob l’éponge 2 se met en place avec un certain entrain, en ne rechignant pas sur des gags peut-être un peu téléphonés mais qui font mouche très souvent. On sent tout de même que Paul Tibbitt, réalisateur sur Bob l’éponge 2, apprécie particulièrement Plankton, le gâtant plus que les autres, et notamment plus qu’un Patrick, l’habituel compagnon de Bob, peu mis en valeur dans cette aventure. L’étoile de mer est évidemment présente à l’écran, mais peine à surprendre, alors que l’intrigue de Bob l’éponge 2 s’éloigne peu à peu de lui pour se resserrer sur le duo Bob et Plankton.

image film bob l'éponge 2Bob l’éponge 2, un duo surprenant ?

Bob l’éponge 2 aligne les passages obligés mais tellement tordants qu’on ne lui en tient pas rigueur. Puis, arrive la formation du couple improbable, composé de Bob et Plankton. Bob l’éponge 2 prend alors une tournure moralisatrice assez surprenante, qui fait son effet sur les enfants, et c’est le principal, mais à tendance à très légèrement agacer le fan adulte de la licence (oui, ça existe). Ce n’est pas qu’on attend de Bob l’éponge du vice, de la méchanceté, et autres joyeusetés, le ton édifiant était évidemment présent auparavant mais un poil moins insistant. D’ailleurs, la chanson de ce Bob l’éponge 2, qui loue le travail d’épique… d’équipe, ne fait pas spécialement mouche et c’est un signe. Le duo façonné par Bob et Plankton est d’ailleurs en-deçà de ce qu’un bon gros classique avec Patrick peut donner comme situation loufoque, et le minuscule ennemi diabolique n’arrive que peu à assumer le rôle du buddy. Quand on connaît l’énorme potentiel d’un personnage comme Monsieur Krabs, ou encore celui de Carlo le calamar pas du tout sociable, on se demande pourquoi Paul Tibbitt s’est compliqué la tâche en recourant, dans Bob l’éponge 2, à ce duo un peu trop improbable.

Bob l’éponge 2, quel rythme !

Heureusement, Bob l’éponge 2 est une réussite sur tout le reste. Il n’en est pas à fourmiller de qualité mais assure un tel spectacle qu’on ne peut pas s’ennuyer une seule seconde. On retiendra, sans cesser de le répéter à chaque fois que Bob est dans les parages, que Monsieur Krabs est un excellent personnage, indispensable pour régaler les parents pendant que les enfants craquent complètement pour Patrick ou Bob. Quelques séquences de Bob l’éponge 2 restent bien en mémoire, comme la transformation de Bikini Bottom en ville post-apocalyptique tout droit sortie de Fallout, ou encore le voyage improbable de Plankton à l’intérieur du cerveau sucré, c’est rien de l’écrire, Bob. Fou rire garanti, et effet immédiat sur les enfants. Le film est très rythmé, on peut même dire que ça n’arrête pas de proposer du gag, même s’il est vrai que la comparaison avec l’intrigue du premier film peut faire dire que Bob L’éponge 2 lui est légèrement inférieur. Peut-être moins surprenant aussi, malgré un final réussi, qui transforme nos chères créatures aquatiques en super-héros, entièrement en 3D et très bien incrustés aux prises de vue réelles, aux pouvoirs aussi impressionnants que… l’aimant à cornet de glaces…

image bob l'éponge 2Bob l’éponge 2, les enfants en raffolent.

Bref, Bob l’éponge 2 ne fait certes pas l’économie de petits défauts, voire de choix regrettables, mais rien ne vient vraiment gâcher le plaisir pendant l’heure et demie que dure le film. Bob L’éponge 2 est un divertissement qui remplit parfaitement son rôle auprès de sa cible, les enfants, et saura amuser les accompagnateurs, satisfaits de voir leurs bambins plein de belles émotions dans les yeux, alors que le générique sonne la fin du film.

Bob l’éponge 2, les bonus.

Visitez le site officiel de Bob l’éponge 2 à cette adresse.
Pour voir la bande-annonce de Bob l’éponge 2, c’est par ici.
Une petite featurette sur Bob l’éponge 2 chez Allociné.
Antonio Banderas est un fanboy de Bob l’éponge, et il nous l’explique toujours chez Allociné.

Critique - Bob l'éponge, le film : Un héros sort de l'eau.
Bob l'éponge 2 est un film d'animation recommandable aussi bien pour les enfants que pour les parents.
Scénario
Mise en scène
Acteurs
Image et son
On aime
  • Un rythme bien réglé.
  • La séquence dans le cerveau de Bob.
  • Voir les enfants satisfaits.
On aime moins
  • Plankton trop mis en avant.
  • On ne voit pas assez Carlo !
3.4La note
Note des lecteurs: (2 Votes)