Critique – Comment tuer son boss 2

Comment tuer son Boss 2 : ils reviennent !

Nick, Kurt et Dale ont quitté leurs emplois respectifs et décidé de monter leur boîte. Et ils ont un projet du tonnerre : fabriquer et commercialiser une colonne de douche tout-en-un avec savon intégré. C’est ambitieux et ça semble plaire à M. Henson (Christoph Waltz) et son fils Rex (Chris Pine), dirigeants d’une grande compagnie. Mais la collaboration ne va pas se passer comme prévu. Changement de méchants et de réalisateur – c’est Sean Anders qui prend les commandes – pour ce nouvel opus de Comment tuer son Boss. Alors, ces horribles patrons version 2014 vont-ils être à la hauteur de leurs prédécesseurs?

Affiche du film Comment tuer son boss 2

Mais quels patrons ?

La difficulté des suites, c’est de ne pas sombrer dans la pâle répétition de l’opus précédent, surtout lorsqu’il a connu un  succès commercial comme Comment tuer son boss. On retrouve ici, outre le titre, le même sympathique trio et bien souvent, les mêmes gags et les mêmes situations. Au milieu de quelques vannes bien senties, la lassitude commence à se faire sentir. Le coup de la brosse à dents, c’était bien, mais une fois ça suffit, pour ne citer que celui-ci.

Et le problème principal, c’est que dans Comment tuer son boss, il y a « boss ». Mais comme ils ont tous été neutralisés en 2011,  seule Jennifer Aniston peut venir leur mettre des bâtons dans les roues. Et elle s’en donne à cœur joie, ne s’encombrant guère de finesse ou de subtilité pour son rôle d’accro au sexe. Rester droite dans ses escarpins vernis en débitant des obscénités est une chose qu’elle maîtrise à la perfection. C’est d’ailleurs ce qui fonctionne toujours ici : l’humour un peu gras qui donne une comédie immature, un « buddy movie » qui flatte l’adolescent qui est nous. L’autre bonne chose c’est bien entendu le casting, une vraie bande de potes que l’on a plaisir à retrouver.

Des acteurs en pleine forme

Comment tuer son boss 2 vaut surtout pour son casting alléchant : au trio de tête – Bateman, Sudeikis et Day – s’ajoutent deux nouveaux méchants de service, Christoph Waltz (Django Unchained) – un peu relégué au second plan – et Chris Pine (The Ryan Initiative), impeccable dans son rôle de grand enfant gâté et pleurnichard. Il est agaçant, machiavélique et très drôle. Bref, le partenaire idéal de nos trois héros.

Quand le scénario s’essouffle et ne suffit plus à nous faire rester dans la salle, c’est l’incroyable alchimie entre les acteurs qui prend le relais. Le plaisir qu’ils prennent à faire ce film est palpable tout au long de l’histoire et sans eux, on aurait sans doute beaucoup moins ri. Car, finalement, c’est le tout début du film qui est vraiment drôle et bien écrit. La scène du réglage de la douche sur le plateau de télévision est très réussie et on rit de bon cœur. Ce qui suit est en demi-teinte, et les vrais moments de comédie sont plus rares. 

Comment tuer son Boss 2 nous offre quelques bons moments, mais la surprise n’est plus au rendez-vous. On y va pour le joli casting et pour se détendre, pas plus.

Pour en lire plus sur ce film, une autre critique ici.

Critique - Comment tuer son boss 2
Une suite un peu décevante, sauvée par son casting.
Acteurs
Scénario
Mise en Scène
Image et Son
On aime bien
  • Les acteurs
  • La scène du plateau télé
On aime moins
  • Le scénario un peu léger
  • L'impression de déjà-vu
2.8Note Finale
Note des lecteurs: (2 Votes)