Critique – Moi Moche et Méchant 2

Critique – Moi Moche et Méchant 2

Moi Moche et Méchant 2 c’est une sortie sur laquelle compte le petit studio d’animation canadien Illumination Entertainement, afin de faire son trou dans le monde du cinéma au moment de l’essoufflement global des franchises Shrek et Madagascar aux Etats-Unis. Nous l’avons regardé, et c’est ici que l’on en discute !

Moi Moche et Méchant (Despicable Me dans sa version américaine), c’est une histoire un peu classique. Le concept du premier film : transformer un authentique méchant en une sorte de papa poule doux et attentionné. Passons sur la fadeur de l’idée de fond déguisée, non sans humour, qui reste très convenue. Mais la question que l’on se pose avant d’aborder le second épisode : Comment les scénaristes vont se débrouiller pour donner de l’intérêt a un personnage désormais repenti, désormais « vrai gentil » ?MoiMocheMechant2

La réponse est simple, on garde le personnage, et son passé, mais on le fait désormais travailler pour « la bonne cause » afin d’arrêter un autre mystérieux super-vilain. On apprécie la pirouette, même si cela ne rend pas le personnage plus intéressant. On se rend compte dans cet épisode que le scénario utilise davantage les personnages satellites à celui de Gru. C’est le cas des fillettes, mais surtout des fameux « minions », dont l’attitude et le registre d’humour rappelle de manière troublante les lapins crétins, mais en beaucoup plus lisse.

On notera pour la petite histoire que lors de sa sortie aux Etats-Unis il a simplement fait un carton avec 82.5 Millions d’entrées sur son premier week-end. Il serait bien parti pour battre un record de rentabilité pour une production Universal. Mais attardons-nous sur le film en lui-même.

MoiMocheMechant2_minions

 

Étrangement, ce second numéro m’a davantage plu que le premier, auquel je n’avais pas franchement adhéré. J’avais trouvé assez grotesque le fait de faire jouer un vrai-faux méchant au personnage de Gru alors que l’on savait très bien ce qu’il en était. Le couplet de la rédemption, on ne l’a que trop vu au cinéma…

Au contraire, en sortant le héros de son carcan classique du « non, non, je suis un vrai méchant », je trouve que l’histoire gagne au change, et nous gratifie d’un humour plus efficace. On s’ennuie globalement moins et on se prend même à rire des débilités des minions : c’est pipi-caca, pas spirituel pour un sou, c’est juste drôle et c’en est presque un plaisir honteux. Le grand point noir de ce film est que la mayonnaise du film met du temps à prendre : la première demi-heure est assez longue, et rien ne vient vraiment épicer le quotidien « tout beau, tout rose » de Gru, assez ennuyant. Et 30 minutes dans un film d’1h25, c’est clairement trop. Passé ce délai, l’intrigue commence à trouver un semblant de rythme, et l’humour commence à prendre quelque peu.

Pour résumer je dirais que l’on passe un bon moment devant ce film, on s’attache plus facilement aux protagonistes que dans le premier opus. Le rythme est bon, si ce n’est que l’on doit attendre longtemps avant que l’histoire ne s’emballe vraiment. Dommage…

+ On sort du carcan du faux héros machiavélique                        Un début de film assez ennuyeux
+ Humour qui passe relativement bien

Note : 6.5/10

    • Elena

      C’est a tester alors. Merci Thibaut pour cette touche cartoon.