Critique – Rock’n’Roll

Guillaume Canet a-t-il toujours sa Rock’n’roll attitude ? Ou a-t-il basculé du côté ringard ? Réponses dans notre critique !

Autour de Rock’n’roll, il y a eu un buzz monumental entretenu par Guillaume Canet et Marion Cotillard à grands renfort de photos plus ou moins embarrassantes postées sur Instagram. On les a vus en chaussettes, endormis dans le train, en mode papy/mamie avec une bouillotte. Une petite plongée dans leur intimité dont nous parle justement le film, qui aborde avec humour la vie d’un acteur en pleine crise de la quarantaine qui a du mal à jongler entre sa vie de famille, ses tempes grisonnantes et une nouvelle génération d’acteurs tellement plus sexys que lui. Comment va-t-il gérer tout ça ?

Un jeune quadra

Guillaume Canet  (Jappeloup) – 40 ans selon lui et 42 selon son dossier médical – est l’acteur que tout le monde connaît. Il est à Paris pour le tournage du film d’un pote metteur en scène et a pour partenaire la ravissante Camille (Camille Rowe, oui vous avez vu ce merveilleux visage et cette silhouette à tomber sur beaucoup d’affiches publicitaires).affiche Rock'n'roll

Tout se passe pour le mieux jusqu’à une interview fatale, menée par une journaliste du magazine Elle (interprétée par la It girl et créatrice de mode Jeanne Damas). En effet, cette dernière lui laisse entendre qu’il n’est pas vraiment rock’n’roll avec sa petite vie rangée :  femme, enfant et planning réglé comme une horloge – ou presque. Camille confirme qu’on ne le voit plus vraiment comme un acteur sexy. Blessé, il tente en vain de se justifier. Puis, il décide d’agir, pour être à nouveau dans les petits papiers de la jeunesse branchée et casser son image trop lisse (et pourtant trop ridée déjà). Mais à vouloir en faire trop, Guillaume risque d’être plus ridicule que Rock’n’roll et il commence même à jalouser sa femme, Marion Cotillard (Mal de Pierres, Juste la Fin Du Monde), qui croule sous les propositions.

Humour décapant

Rock’n’roll, c’est une comédie barrée et bien pratique puisque chacun y joue son propre rôle. Si on ne risque pas de se tromper sur les prénoms des acteurs, on va être secoué par ce Guillaume Canet version comico-rebelle. Oubliez tout ce que vous savez sur l’acteur-réalisateur et laissez-vous doucement porter par un humour un peu pipi-caca et des gags bien gras mais tellement cool ! Contrairement à son personnage principal, le film est tout ce qu’il y a de plus rock’n’roll et nous offre des moments d’anthologie, comme une scène chez Johnny Hallyday qui joue la carte du cliché de la rock star sur le retour, et se lance dans des jeux de mots un peu ras des pâquerettes sur les titres de ses tubes.

Dans Rock’n’roll, on pète, on s’écroule dans les escaliers et on se jette des DVD à la figure. Guillaume Canet ose et c’est jubilatoire. La surprise ultime vient de Marion Cotillard qui joue avec un humour décalé que je ne lui connaissais pas son rôle d’actrice oscarisée et césarisée : sa méthode pour apprendre un rôle et sa chute monumentale alors qu’elle est très chic avec son petit sac Dior… : elle est irrésistible. Le film désarçonne le spectateur qui imaginait mal le réalisateur de Ne le Dis à Personne aux commandes d’un tel film.

A la vie, à la scène

Le métier d’acteur est au centre du scénario. Guillaume Canet et ses collègues sont des êtres multi facettes qui passent sans arrêt de leurs personnes à leurs personnages, de leurs intimités à leurs statuts de célébrités. Si les paparazzi ne font qu’une brève apparition dans Rock’n’roll, elle est très significative. Les acteurs sont traqués, photographiés, ciblés. Ils ont une vie et une image. Et justement,  l’image qu’il renvoie obsède Guillaume Canet à tel point qu’il se perd;  et lorsqu’il croit se retrouver, les autres ne le reconnaissent plus.

L’humour corrosif de la première partie du film qui fonctionne super bien tourne au vinaigre en seconde partie. L’angle d’attaque change et le film passe au mixeur notre société ou le culte du selfie et celui des apparences. Le film devient poussif, facile, et perd de son piquant. Le personnage ne suscite plus d’interrogations et n’est plus que l’ombre de lui-même. Dommage que l’on reste sur cette note un peu fade.

Pour un autre article sur Rock’n’Roll, jetez un peil sur celui de Première.

Critique - Rock'n'Roll
Attention, ce film va vous secouer presque jusqu'à la fin !
Acteurs
Mise en scène
Scénario
Images et son
On aime bien
  • Marion Cotillard n'est pas seulement belle, elle est drôle, aussi
  • Des gros gags qui tâchent et qui marchent
  • Original et surprenant
On aime moins
  • La dernière partie trop poussive
  • La mise en scène saccadée : ça passe ou ça casse
3.9L'avis
Note des lecteurs: (3 Votes)