Critique – Sing Street

John Carney revient clamer haut et fort son amour pour la musqiue avec son nouveau film, Sing Street.

Présenté cette année au Festival de Dinard, Sing Street a tout raflé sur son passage : Grand prix du Jury, Meilleur Scénario, « Coup de Cœur » et prix du Public. Le film de John Carney (New York Melody) nous parle d’amour, de chômage et de rock’n’roll et se pare d’une BO aux petits oignons où l’on va retrouver, entre autres, les plus grands tubes des années 80′. Si vous êtes prêts à partir suivre un jeune collégien de Dublin et son groupe de rock, enfilez votre jean neige et votre pull en mohair, et en route !

Les années clip

Qu’est-ce qui fait rêver les jeunes Irlandais en 1985 ? L’argent, la gloire et surtout, Londres et ses lumières. Chaque jour, des ferrys quittent Dublin avec à leurs bords, des filles et des garçons qui rêvent d’une vie meilleure en Angleterre. Comme on le voit dès le début de Sing Street, l’Irlande des eighties ne voit pas la vie en rose. Et la famille de Connor Lawlor (Ferdia Walsh-Peelo) ne va pas échapper à la crise. Son père (Aidan Gillen, GOT, Calvary) se retrouve sans emploi et sa mère ne travaille qu’à temps partiel.

affiche sing Street

Premier poste d’économie : le chauffage. On garde les pulls, quoi qu’il arrive, que ce soit pour regarder Top of the Pops ou prendre le petit déjeuner. Second poste d’économie, et non des moindres : l’éducation. Finie l’école privée pour Connor qui est inscrit dans un établissement où tabac, racket et bagarres sont légions, même dans les salles de classe. Mais c’est là que le collégien va rencontrer Raphina (Lucy Boynton), apprentie mannequin aux longs cils de poupée et aux faux airs de Juliette Lewis (ce qui ne gâche rien). Et pour elle, il va se faire des potes et créer un groupe : Sing Street. Car c’est bien connu, aucune fille ne résiste à un rockeur.

Une B.O de rêve

La musique est l’actrice principale de Sing street. De The Cure, à U2 en passant par Duran Duran, John Carney nous livre l’une des plus belles compilation de rock du cinéma. La BO a d’ailleurs été composée par Bono et The Edge – excusez du peu –  et est déjà disponible en version digitale. Le groupe fondé par Connor n’est pas en reste puisque les titres du groupe Sing Street figurent sur la track list aussi. Et leurs compositions vont vous donner envie de vous lever et de danser tant l’énergie des jeunes musiciens est contagieuse. La scène du bal de promo en est une parfaite illustration. C’est un vrai concert qui emporte le spectateur dans une ambiance complètement délirante et pleine de vie.

le groupe sing Street

Inspiration The Cure

Les jeunes acteurs sont évidemment pour beaucoup dans cette dynamique. Le casting est en majorité composé de novices, comme Ferdia Walsh-Peelo dont c’est le premier film. Ce jeune musicien et ses potes ont un enthousiasme auquel il est impossible de résister. Sing Street est un groupe hyper attachant à l’image du film tout entier et l’absence de tête d’affiche dans les rôles principaux passe complètement inaperçu.

De l’optimisme à revendre

Dans Sing Street, le scénario ne s’essouffle jamais. Lancé comme un refrain entraînant, le film est drôle, touchant et surtout authentique. John Carney s’est inspiré de sa propre histoire et de son adolescence dans un lycée public d’un quartier défavorisé : « Je voulais faire un film qui me tienne à cœur. Je ne souhaitais pas m’atteler un à projet musical sans raison valable », confie-t-il à la presse. L’ambiance années 80 de sa jeunesse est discrète : le réalisateur fait un film vintage mais jamais désuet. Et, outre la récession économique qui touche le pays, c’est aussi l’occasion d’apprendre quelques faits plutôt surprenants, comme l’interdiction de divorcer en Irlande à l’époque (ce ne sera permis qu’en 1996). Bref, Sing Street est un film très abouti qui mérite amplement ses récompenses et qui mettra de la joie dans votre petit cœur.

Si vous voulez voir un film plein d’énergie, de folie et de sincérité, courez voir Sing Street. Si vous voulez lire un autre article, courez voir Culture Box.

 

Critique - Sing Street
Sing Street raconte la création d'un groupe de rock par des collégiens dans l'Irlande des années 80. C'est touchant, optimiste, drôle et rythmé par une B.O qui frôle la perfection. Un de mes coups de cœur de cette année.
Acteurs
Mise en scène
Scénario
Images et son
On aime bien
  • La B.O parfaite
  • Les jeunes comédiens surdoués et attachants
  • Le scénario rythmé
On aime moins
  • Rien trouvé !
4.7L'avis
Note des lecteurs: (3 Votes)