Critique Interstellar – Article Invité

Critique d’Interstellar – Article Invité

Ceci est un article invité. La personne a choisi de publier ses impressions sur avisdupublic.net et nous la remercions pour cette confiance. Toutefois, cet article ne rentre pas dans le cadre de l’équipe avisdupublic.net et les propos/avis de l’auteur n’engagent en rien l’équipe du site.

Interstellar, un film biblique. Un film antique. Non pas dans le sens « aimez-vous les uns les autres »: il ne faut pas chercher dans les évangiles ou bien dans le livre de l’apocalypse, mais dans un livre bien plus ancien: l’ecclésiaste.

Vanité des vanités! dit l’Écclésiaste, vanité des vanités, tout est vanité.Quel avantage revient-il à l’homme de toute la peine qu’il se donne sous le soleil? Le perpétuel recommencement des choses… Une génération passe, une génération vient, et la terre subsiste toujours… Le soleil se lève, le soleil se couche, et il se hâte de retourner à sa demeure, d’où il se lève de nouveau… Allant vers le midi, tournant vers le nord, le vent se retourne encore, et reprend les mêmes circuits… Tous les fleuves vont à la mer, et la mer n’est point remplie; vers le lieu où ils se dirigent, ils continuent à aller… Toutes choses sont en travail, au-delà de ce qu’on peut dire; l’œil n’est pas rassasié de voir, et l’oreille ne se lasse pas d’entendre… Ce qui a été, c’est ce qui sera, et ce qui s’est fait, c’est ce qui se fera; et il n’y a rien de nouveau sous le soleil… S’il est une chose dont on dise: « Vois, c’est nouveau! », cette chose a déjà existé dans les siècles qui nous ont précédés… On ne se souvient pas de ce qui est ancien, et ce qui arrivera dans la suite ne laissera pas de souvenir chez ceux qui vivront plus tard. (Ecclésiaste 1:2-11 BCC1923)

La terre qui se rebelle, qui avale les hommes sous forme de tempête. La terre qui brûle. La terre, si importante dans la culture américaine. Cette terre si fertile ne subsiste plus. Ces plans magnifiques sur un paysage fourbe. Recherche de la terre promise. 

Le temps dans Interstellar est relatif: ils passent une heure sur une planète, 23 ans en réalité. Nous passons trois heures de notre vie à contempler soixante ans d’une autre vie. Un tableau c’est un instant. Et nous passons des minutes, des heures à contempler un instant. Le temps est relatif, à chaque instant, à travers l’art. 

Interstellar

Vanité des vanités, tout est vanité. Quand le vieux professeur mourant nous apprend que le plan A ne peut exister, désespoir. A quoi tout cela sert-il? Pourquoi? Ce qui a été c’est ce qui sera. On envoie des hommes sur des planètes. Ils meurent. D’autres viendront les remplacer. La peine qu’ils se donnent sous le soleil. Les hommes qui travaillent la terre. Elle brûlera. Ils mourront. Vain. La seule référence que j’envisage: les moissons du ciel. Ces champs, si américains, si beaux, qui brûlent. Anne Hathaway me touche plus que Matthew Mcconaughey (qui est également incroyable). Cette femme écrasée, elle dit son nom, on lui parle de son père, seule femme avec autant d’hommes, physiquement écrasée par une partie de l’appareil avant la vague… Cette femme traverse des galaxies presque par égoïsme. Oui oui l’amour. Et non, ne traitons pas ce sujet de manière bien naïve « l’amour c’est beau waaa ». Non, on lui en voudrait presque d’être amoureuse. Parce que l’amour est un sentiment bien égoïste. L’amour est de tous les sentiments le plus égoïste, et par conséquent, lorsqu’il est blessé, le moins généreux, écrivait Benjamin Constant. 

Et la force de son personnage, c’est qu’il nous fait douter. D’abord l’amour du père, pur, avec elle devient égoïste. Et puis il devient évidence. Oui l’amour est égoïste, même lorsqu’il s’agit de son collègue. Mais c’est pour cela aussi qu’il est beau. À cette femme on a envie de dire ces mots qui ouvrent Tess de Thomas Hardy « Pauvre nom blessé, mon sein comme un lit t’abritera. » Ce personnage presque secondaire touche d’autant plus qu’on ne voit à aucun moment l’objet de son affection, il n’est qu’un nom, qu’un sentiment. Ce passage de la bible se conclut (je ne l’ai pas mis) par une phrase maudissant la science (en tant que la connaissance) qui inspira Faust. L’homme de sciences, c’est le père de Anne Hathaway. On lui fait confiance, c’est le génie. Il ne peut pas mentir, son désir de connaître et de savoir est désintéressé. On lui fait confiance. On doute de l’amour et on fait confiance à la supposée science. Pourtant il ment lui aussi, plus encore que tous les autres. Le génie est escroc. Le scientifique peut ne pas être honnête. On reproche à ce film de ne pas être scientifiquement exact. Mais ces gens ne comprennent même pas ce qu’est l’art. L’art est une représentation du réel. Représentation. L’art n’est pas le réel. L’art ne doit pas être le réel, l’art doit être plus que le réel. La question scientifique n’a absolument aucun intérêt. C’est comme lire les épîtres de Saint Paul en ne retenant que les choses futiles et en laissant de côté l’immense sagesse de sa pensée. Vous passez à côté de l’essence. Laissons la science aux hommes de sciences. Mais laissons la représentation de la science aux artistes. 

Ainsi Interstellar est une claque, oui. Je ne sais pas ce que ce film a à dire. Je ne le reverrai pas. Je veux garder en mémoire les émotions qui m’ont submergé, intactes. Je ne sais pas si Christopher Nolan et moi pensons de manière similaire. En tous cas Hugo Von Hofmannsthal pensait comme moi « Car la félicité qui n’a pas de nom jaillira plutôt du feu de pâtre lointain et solitaire que de la vue du ciel étoilé ».

Critique Interstellar - Article Invité
Interstellar c'est le présent à son maximum de présence, et un présent plein de sublimité
Scénario
Acteurs
Mise en scène
Positif
  • Anne Hathaway
  • La mise en scène
  • La musique et les silences
Négatif
  • Quelques moments un peu trop "américains"
4.0Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
    • Malo Soreau

      Bravo j’aime beaucoup ton article ! Très différent des articles habituel 🙂

    • http://avisdupublic.net Benoît DECOOPMAN

      Merci pour ton article. J’ai beaucoup apprécié ta citation et tes sources. Au plaisir de pouvoir avoir ton avis sur d’autres sujets 🙂