Test – Fallout 4

Bienvenu dans le Commonwealth, territoire où pillards, goules sauvages et autres radtaupes se sont donnés rendez-vous pour semer le chaos dans un monde qui est déjà bien mal au point. Vous l’avez peut-être deviné, ce territoire est le nouveau lieu du tant attendu Fallout 4, la toute dernière création de Bethesda.

Pour la première fois dans un jeu de la série Fallout, le joueur prend place dans un monde beau et haut en couleurs. Votre femme (ou votre homme en fonction de vos choix) est à vos côtés, accompagnée de votre fils Shaun et de votre robot ménager. Tout le monde il est beau, tout le monde il est content… mais un homme mystérieux frappe à votre porte, et vous annonce que la fin du monde est proche, qu’une place dans l’abri 111 vous est réservé à vous et votre famille et surtout que vous êtes quelqu’un de S.P.E.C.I.A.L. Il est alors l’heure de s’attribuer ses 28 points de compétences dans les 7 catégories de ce S.P.E.C.I.A.L.. L’homme mystérieux part et, comme de par hasard, c’est la fin du monde. Il n’y a plus qu’une seule chose à faire, courir en direction de l’abri 111…

fallout 4 title

… 200 ans plus tard, le monde est dévasté et votre histoire commence

Ce qu’on attend le plus  dans un jeu Bethesda, c’est le moment où l’on pose nos pieds pour la première fois à l’extérieur d’un abri ou d’une prison. Alors, l’univers et l’intégralité de la carte s’ouvrent à nous. On ressent un sentiment de liberté puisqu’on s’attend à tomber sur un univers génial, à faire de nombreuses rencontres et à s’adonner à de nombreuses activités. Il ne nous reste plus qu’à fouiller les quelques recoins qui se trouve autour de nous et de l’abri pour faire le plein de munitions et d’armes et enfin, pouvoir commencer à explorer le Commonwealth en toute sécurité ou presque.
Parce que comme dans toute la série Fallout, dans cette campagne dévasté traînent un bon nombres d’êtres vivants qui ne nous veulent pas que du bien. Entre simples pillards, cafards géants, scorpions effrayants ou goules sauvages, même bien armé, on est loin d’être à l’abri.

L’action dans Fallout 4

La plus grande avancée dans ce Fallout 4 est que les contrôles de notre personnage sont complètement remaniés. Avant il était impossible de sprinter ou de viser avec son arme. Dès qu’on voulait être un peu précis il fallait utiliser le système SVAV. Un mode qui ralentit le temps et qui vous permet de viser les points faibles de votre ennemie en toute tranquillité. Mais maintenant, même si le mode SVAV est toujours de la partie, on pourra facilement s’en passer même dans les difficultés les plus corsées. Tout simplement puisque Fallout 4 nous permet enfin de viser avec précision.

Par contre pour ce qui est du corps à corps, c’est totalement l’inverse. Le système a très peu évolué. Dommage puisqu’il y a de nombreuses armes blanches à se mettre sous la main. En général, les combats au corps à corps sont mous, bordéliques et il est impossible de toucher sa cible précisément. Pourtant, vu l’amélioration qu’avait eu Skyrim avec le système de finish-move ou d’exécution furtive, on aurait pu s’attendre à ce que Fallout 4 soit au moins soigné de la même manière. Dommage !

fallout 4 gunfight

Les rencontres

Bien sûr explorer cette carte ne se fait pas en vain. Vous cherchez à faire toujours plus de rencontres. Ce qu’il faut savoir, c’est que de ce coté-là, Fallout 4 arrive à donner aux rencontres quelques choses de plus naturel grâce à des dialogues plus fluides et moins à coté de la plaque. En plus notre personnage ouvre véritablement la bouche pour parler et ne se limite plus à des phrases de textes à lires. D’ailleurs les sous-titres ne sont d’aucune utilité dans cette opus. Mais malheureusement, cela ampute sur les choix de dialogues. Fini les multiples choix, ici place à quatre phrases de texte à chaque fois qu’on vous pose une question et puis c’est tout. En plus la partie Karma a disparu. Comme pour Dragon Age ou Skyrim, vous serez soit ultra-gentil ou gentil, rare seront vos choix qui vous donneront des remords.

Comme dans les autres Fallout, des compagnons peuvent vous suivre dans vos aventures. Rapidement plusieurs personnages pourront vous accompagner. En plus de vous faire chi…, euh pardon, de vous aider, vos choix influenceront son appréciation à votre égard. Par exemple donner du jet (de la drogue) à une vieille dame, énervera Preston, un cow-boy du futur, et Piper, une journaliste remplie de bonnes paroles. Mais la grand-mère sera contente et vous apportera son aide. Les choix moraux se limiteront plus à des choses similaires plutôt qu’à des choix vraiment importants comme de faire exploser Megaton de Fallout 3.

fallout 4 rencontre preston

La nouveauté : le crafting

Dans Fallout 4, boîtes de conserves vides, brosses à cheveux de luxe, ou encore scotch ou autre ventilateur vous sera utile, puisque le crafting fait enfin son apparition. Ce qui est sympa c’est que votre sac-à-dos sera constamment plein à craquer, impossible de savoir quoi jeter ou vendre. Vous garderez tout tel un écureuil. Un ventilateur vous sera utile pour récupérer des composants qui vous aideront peut-être à créer des crosses d’armes ou encore des murs pour votre colonie.
Et oui, vous n’êtes plus tout seul. En plus des compagnons déjà présents dans les anciens opus, vous devrez gérer une petite communauté qui sera dispersée aux quatre coins de la carte. Vous leur apporterez abris, eaux, nourritures et défenses. Bien sûr cette option est secondaire mais c’est toujours sympa de rentrer chez soi, de faire le plein de ressources et d’être tranquille pour créer de nouvelles armes ou armures.
Je pensais que se système de craft allait complètement me saouler, mais en fin de compte pas du tout. Pour une fois les objets qui ne servaient à rien dans les anciens opus ont enfin trouvé une utilité.

N’oublions pas la partie technique

Avant de conclure, j’aimerai faire un petit aparté sur quelques détails. Le jeu a une belle direction artistique et est pour la plupart de temps très agréable à l’œil. Son univers et plus coloré qu’autrefois, et c’est plutôt une bonne chose. Du côté des animations, c’est propre. Seules les animations de saut sont réellement effrayantes.

La carte bien que petite au premier regard est agréable à parcourir, puisqu’elle est bien fournie en lieux, mais surtout parce qu’on ressent vraiment une sensation de vie. Plusieurs fois, votre balade sera interrompu par des fusillades qui se situent au loin, ou par des orages de radiation.

La bande-son est comme toujours très réussie, notamment grâce aux chansons des années 40 et des musiques classiques. Mais pas que, puisque tout ce qui touche au bruitages est très réussi. Entendre des bruits de pas au loin ou des cris vous fera vous planquer, et le bruit des coups de feu fait enfin une différences entre les armes.

Dernier détail. Pour une fois, la difficulté du jeu est bien dosée : par exemple, le mode le plus élevé, Survie, est abordable et parfaitement dosé. Les ennemis ne seront pas des sacs à PV inintéressants à battre mais de simples ennemis qui vous feront plus mal qu’autrefois. Malheureusement pour ceux qui attendaient le mode hardcore, il n’existe plus. La difficulté Survie n’a de survie que le nom. Il est impossible de gérer sa faim, sa soif et son sommeil. C’est dommage, mais il ne faut pas passer à coté de ce jeu à cause de ce détail. Fallout 4 a vraiment plein de choses à revendre.

Test - Fallout 4
Fallout est de retour et apporte avec lui de nombreuses nouveautés plus qu'appréciables. On regrettera juste la taille de la carte assez petite, et le système de karma disparu.
Gameplay
Graphismes
Bande-son
Ambiance
Durée de vie
On aime bien
  • Carte bien fournie...
  • Les gunfights complètement remaniés
  • Dialogues plus fluides...
On aime moins
  • ... mais de petite taille
  • L'infiltration et le corps-à-corps en deçà de Skyrim
  • ... mais moins de choix
4.0L'avis
Note des lecteurs: (2 Votes)