Amours – Leonor de Recondo

Amours ou quand l’enfant parait. Que vaut ce dernier-né de Léonor de Récondo? Réponse dans cette critique.

Amours est le quatrième roman de Léonor de Récondo. Son précédent ouvrage, Pietra viva qui évoque six mois de la vie de Michel-Ange, avait connu un large succès d’estime. Plongeant dans la demeure cossue d’un couple de bourgeois des premières années du XXème siècle, elle va faire progressivement éclater tous les cadres sur lesquels repose toute bonne existence de ce milieu. Ce nouveau roman confirme t-il tout le talent de cette jeune romancière? Voici notre avis.

Amours

Liaison dangereuse

La vie semble s’écouler sans difficultés dans la demeure d’Anselme de Boisvaillant, un notaire réputé et scrupuleux qui vit avec sa femme Victoire et leurs deux domestiques Huguette et Céleste qu’il possède sauvagement une fois par mois. Et ce qui devait arriver se produit : Céleste tombe enceinte et Victoire, dont Amours nous apprend qu’elle est stérile et qu’elle a gardé en mémoire la lecture de Madame Bovary, voit dans cette grossesse l’occasion rêvée de combler ce vide en proposant un marché à Céleste : elle reste domestique dans la maison mais dès son accouchement, l’enfant, un petit Adrien, deviendra leur fils. Anselme accepte d’autant plus que sa femme sait qu’il en est le père.

Un style au plus près des émotions

La belle surprise d’Amours réside dans le parti pris de son style qui se veut très proche du ressenti de ses personnages, de l’enfermement de la condition féminine à l’orée du XXème siècle. Il s’insinue dans les draps, les boudoirs, les cuisines, dans les cœurs et les envies qui s’échappent parfois de cet univers codifié. Amours plait par les mots qui suivent les élans des héroïnes, le mutisme d’autres personnages et surtout charme par les images qu’il provoque, comme ces deux femmes qui entourent le bébé de quelques mois ou le feu de joie de ses corsets qu’elles jettent pour en nourrir les flammes. Des effusions d’amour, d’émotions et de plaisirs nouveaux que goûtent ces jeunes femmes.

Et Céleste, dans un élan passionné, embrasse Victoire à pleine bouche. Un baiser long, profond, hors du temps, qui les mènent à l’orée d’elles-mêmes, là où l’éternité attend leur plus beau souvenir.Amoursp.189

Un roman sensuel sur les changements opérés sur une femme par l’irruption d’un enfant qui n’est pas le sien mais qui lui ouvre les portes de ses émotions, un vertige qui l’entraîne toujours plus loin, une liberté qu’elle sait apprivoiser avec beaucoup de nuances. Un léger bémol : la fin cousue un peu de fil blanc.

Pour un autre avis sur Amours :http://www.telerama.fr/livres/amours,120808.php

Amours - Leonor de Recondo
1908. Victoire est marié à Anselme, notaire réputé. Ils vivent dans une maison cossue. Un événement imprévu va changer sa vie.
Histoire
Personnages
Style
On aime bien
  • Cet éveil sensuel
  • Le style très agréable
On aime moins
  • La fin trop prévisible
3.6L'avis
Note des lecteurs: (0 Vote)