Critique – Flashback – Dan Simmons

Critique – Flashback – Dan Simmons

2035 – L’Amérique a beaucoup changé. Le monde aussi. En faillite financière, politique et morale, les États-Unis se sont désintégrés. Le Nouveau-Mexique a été envahi par les Hispaniques de la reconquista, la Californie risque de l’être. Plusieurs États ont proclamé leur indépendance.

Le multimilliardaire japonais Nakamura – qui tire un pouvoir presque illimité de son immense fortune mais aussi de son rôle de conseiller plénipotentiaire pour la reconstruction de l’Amérique – charge Nick Bottom, ancien policier de Denver, de reprendre l’enquête sur l’assassinat de son fils Keigo, survenu six ans plus tôt. Nick a travaillé à l’époque sur cette affaire. Mais depuis la mort de sa femme dans un accident de voiture, devenu accro au flashback, drogue illégale, il a quitté la police.flashback cover dan simmons

Le flashback permet de revivre des souvenirs parfaits : en ce qui concerne Nick, ceux de sa vie avec sa femme. Toute l’Amérique s’y adonne : pour les plus jeunes c’est le moyen de revisiter leurs turpitudes, pour les vieux celui de retourner dans le monde idéal d’autrefois…

Nick est assisté par Sato, le chef des gardes du corps de Nakamura, samouraï d’un Japon néo-féodal qui veille à ce qu’il n’utilise pas, à des fins personnelles, la drogue qui lui est fournie afin qu’il puisse revivre les moments de sa première investigation…

Mais pourquoi Nakamura tient-il tant à ce que Nick replonge dans cette enquête qui a échoué six ans plus tôt ?

L’illustre Dan Simmons nous a gratifié d’un roman futuriste, presque d’anticipation, se déroulant aux États-Unis (bref, je j’ai juste paraphrasé ce qui a déjà été écrit, je baisse en niveau), sa plume reste intacte, directe, précise et très facile à lire.

Un article en deux temps comme souvent, la première partie va survoler la bio de l’auteur (même s’il me semble très connu, ce n’est pas forcément le cas) et la deuxième plus longue qui parlera du roman en lui même.

 L’auteur

Devenu mondialement connu via son cycle des cantos (Hypérion, Endymion) il a souvent été relégué au rang de maitre de la science fiction. Il s’avère qu’il a beaucoup écrit dans différents domaines comme le thriller (l’échiquier du mal), le fantastique (le cycle nuit d’été qui parle d’une bande de gamins se confrontant à l’horreur) et Illium et Olympos qui traitent de post-humain jouant aux Dieux et refaisant la guerre de Troie.

L’avantage de cet auteur est non seulement d’avoir un répertoire très varié mais d’écrire de manière lisible, compréhensible et cependant détaillée, ses romans ont toujours énormément d’idées et bien souvent quelques lectures préparatoires sont utiles voire nécessaires pour saisir totalement ses livres.

Les personnages

Nick Bottom est le personnage le plus travaillé, il a de la profondeur et ses nombreux flashbacks nous permettent de le comprendre, il est cynique, camé mais évolue au long de l’histoire. Le fils de Nick aussi a de la profondeur car il est visualisé par ses yeux et ceux de son père, les autres personnages ne sont pas en demi teinte et bien qu’ils ne soient pas toujours bavards, nous arrivons à nous attacher à certains, Simmons reste toujours doué pour créer de bons personnages.

L’univers

Les éléments de l’anticipation sont présents, un monde prêt à imploser, les États-Unis en pleine décadence, un flic autant addict que sensé, ça commence à sentir le K. Dick, on peut ajouter par la même une ambiance punk (et non cyberpunk) entre Blade Runner et Inception (pour le flash).

Ainsi la géopolitique a changé, la grande débâcle a permis à certaines nations de revoir leurs frontières et redistribuer les cartes du pouvoir. Au final, l’histoire devient un prétexte pour nous faire visiter une Amérique bouleversée, ruinée et détruite par des choix politiques désastreux. Le roman est très politisé et l’histoire passe souvent au second plan, pourtant la plume de l’auteur est bonne concernant cette enquête et cette drogue le « Flashback », le nouvel opium du peuple.

Le style

Le nœud du problème vient de la soupe néo conservatrice que nous sert l’auteur et qui gâche le talent d’écriture de l’auteur. Je ne critique pas les idées politique de Mr Simmons, cependant cela nuit à la cohérence de l’univers. Quel argumentaire y a t’il dans la création d’un « Califat global » sachant que sunnites et chiites sont encore en train de se tuer joyeusement 20 ans avant le début du roman ? Nous avons du mal à gober pourquoi les fils américains sont envoyés faire la guerre en Chine par le Japon (ce passage m’a fait penser à l’incohérence du pitch de Hunger Game, on envoie docilement son fils jouer à « battle royale » et cela est censé calmer les peuples soumis).

Le mot de la fin, Dan Simmons n’a rien perdu de sa plume, l’enquête est prenante pleine de rebondissements, on découvre un univers sous bien des coutures (que ce soit dans les bas fonds ou dans les sphères politique). Cependant, on se demande souvent si ce livre n’est pas un prétexte pour nous servir une soupe néo-conservatrice sans argumentaire ni subtilité et cela gâche l’univers du roman par manque de cohérence. L’auteur a fait une faute mais il reste un grand écrivain, cependant, j’espère ne pas retrouver ce genre de débordement dans ses autres romans.

Critique - Flashback - Dan Simmons
Style
Histoire / Univers
Personnages
On aime
  • un monde d'anticipation en pleine décadence
  • Un flic camé mais sensé
  • La plume de Simmons concernant l'enquête
On aime moins
  • La soupe néo-conservatrice
  • L'absence de cohérence de l'univers
3.0Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
  • M.dabaj

    Une déception absolue, Flashbach est un assemblage mal ficelé qui expriment un racisme primaire, une vision Sociétal rétrograde, une islamophobe décomplexée …. Bref la vision d’un donneur de leçon enfermé dans un idéologie faite de peur, de haine et de céssité à tous ce qui ne cadre pas avec sa conception du monde