Critique – Lonesome Dove tome 1

Notre critique de Lonesome Dove tome 1, best-seller de Larry McMurtry. Un western, un vrai.

Lonesome Dove paraît en 1985, reçoit l’année suivante le prestigieux Prix Pulitzer aux États-Unis et fait l’objet d’une adaptation pour la télévision en 1989, avec Robert Duvall et Tommy Lee Jones dans les rôles principaux. Roman en deux tomes de plus de 600 pages chacun, l’œuvre de McMurtry est un gros pavé de chevet, une saga d’aventure qui part du sud du Texas pour arriver dans le froid glacial du Montana. Le lecteur embarque avec Gus McRae et Woodrow Call pour un voyage au cœur du mythe fondateur des États-Unis. Des cowboys, des Indiens, des ours et des saloons vous attendent au fil des pages de ce premier tome, sobrement intitulé « épisode 1 ». Un chef d’œuvre qui ne se démode pas.

La conquête du nord

Dans les années 1880, Woodrow Call et Augustus McRae sont d’anciens Texas rangers devenu cowboys. Ils vivent à Lonesome Dove, une petite ville du sud du Texas où la sécheresse et la chaleur rendent le travail des hommes très difficile. C’est là qu’ils élèvent et vendent des chevaux dans leur ranch de Hat Creek, aidés par quelques employés. Leur vie est bien ordonnée et l’aventure leur manque parfois. Et elle revient au grand galop un soir avec l’arrivée d’une vieille connaissance, Jake Spoon, joueur de poker invétéré et escroc à la petite semaine. Toujours à l’affût d’un bon plan, il encourage les hommes de la Hat Creek à partir dans le Montana, un état où les terres ne sont à personne et où l’eau ne manque pas.

couverture Lonesome dove

Au début réticents, le volubile Gus et le taiseux Woodrow décident finalement de tenter l’aventure et d’emmener hommes et bêtes jusque dans le nord du pays. La jolie Lorena, une prostituée dont la beauté est connue au delà de la frontière mexicaine, se joint à la troupe. Le voyage est périlleux et le passé du sulfureux Jake Spoon ne tarde pas à refaire surface sous les traits d’un jeune shérif, July Johnson…

La Grande Aventure

Avec Lonesome Dove, Larry McMurtry voit grand. Grandes plaines du centre des États-Unis, grandes ambitions des cowboys de la Hat Creek Company et des terres vierges à perte de vue.  Le Texas – lieu de résidence de l’écrivain – avec ses buissons de chaparral et ses serpents à sonnette, est désertique et suffocant. Une atmosphère étouffante que l’auteur rend incroyablement vivante et réaliste. On ressent toute la pénibilité d’une existence de dur labeur et une routine bien ancrée dans la poussière. Dès les premières pages, qui plantent avec précision le décor et l’ambiance, on perd pied. Lonesome Dove nous happe comme une série à suspense. Et le talent de McMurtry (scénariste oscarisé du Secret de Brokeback Mountain, tout de même ! ) est de donner un maximum de détails sans jamais tomber dans la description soporifique.  Avant de s’embarquer pour le voyage de leur vie, les hommes de la Hat Creek font l’objet d’une présentation en bonne et due forme.

Une équipe hétéroclite

Les cowboys de Lonesome Dove forment un groupe assez disparate et pourtant soudé. Les deux personnages principaux, Gus et Call, sont en tout point opposés, liés uniquement par leur passé de ranger, une profession dans laquelle ils excellaient. Si le premier est bavard, drôle et un brin philosophe, le second est silencieux , bosseur et renfrogné. En cela, je pense que le choix de Tommy Lee Jones pour l’interpréter dans la mini-série est tout à fait juste.

Autour d’eux gravitent des jeunes hommes avides d’aventure, comme le sympathique Newt Dobbs (Rick Schroder dans la série), ou encore quelques « vieux de la vieille », bourreaux de travail, fins tireurs ou pisteurs, tous dévoués à leurs chefs. Lorsque le grand départ approche, c’est très intéressant de connaître leurs impressions et sentiments face aux changements à venir. Attachants ou irritants, ils ont tous une place bien définie au sein du groupe.

Texas et Arkansas

Alors que le ranch de Lonesome Dove s’éloigne, le lecteur est transporté à Fort Smith, dans l’Arkansas, où a sévi Jake Spoon. Le jeune shérif July Johnson a peu l’habitude de poursuivre les bandits mais se lance tout de même sur ses traces. Il emmène Joe, son beau-fils et laisse derrière lui sa froide épouse, Elmira, que nous découvrirons plus dans le tome 2. C’est donc un autre voyage qui débute, venant épaissir l’intrigue principale. Et il y aura beaucoup de ramifications secondaires dans Lonesome Dove, toutes passionnantes, rendant la lecture addictive. D’autant qu’à la fin de cet épisode, de nouveaux personnages sont apparus et beaucoup de questions restent en suspens. On attend qu’une chose : lire la suite !

Pour en savoir plus sur Lonesome Dove c’est par ici, et pour un petit aperçu de la série, c’est sur Allociné.

Critique - Lonesome Dove tome 1
Lonesome Dove est un grand roman d'aventure, qui commence très bien.
Personnages
Histoire
Style
On aime bien
  • L'introduction de spersonnages
  • Le rythme constant de l'histoire
  • La description des paysages très détaillée et vivante
On aime moins
  • Je n'ai rien trouvé !
4.7L'avis
Note des lecteurs: (0 Vote)