Critique – Moon Knight tome 1 : Revenu d’entre les morts

Moon Knight, le chevalier blanc de Marvel.

Moon Knight tome 1 : Revenu d’entre les morts, ici critiqué, ressuscite d’entre les défunts un personnage obscur de la galaxie comics. Le revenant Moon Knight est  plus ou moins la réponse au Batman de DC par le méga-éditeur Marvel, inventeur notamment de Spiderman, X-Men ou Iron Man. Voilà l’un de ces héros de l’ombre dont on a plaisir à faire la connaissance, ou tout du moins à creuser. Créé par Don Perlin et Doug Moench en 1975, dans le comics Werewolf by Night, Moon Knight est plus intéressant qu’il n’y paraît, de par son instabilité psychologique, sa schizophrénie galopante et ses remords liés à son ancienne vie. Ancien mercenaire impitoyable, celui dont le nom civil est Marc Spector fut massacré par son commanditaire, le fou furieux Raoul Bushman. Des témoins déposèrent le corps sans vie dans la tombe du pharaon Seti, puis il fut ramené à la vie par Khonsou, le Dieu de la Lune dont l’appétit de vengeance n’est plus à démontrer. C’est ainsi qu’est né Moon Knight, un justicier dévoré de l’intérieur par une démence schizophrène, le poussant à séparer plusieurs de ses personnalités. On le retrouvera plus tard dans certaines équipes, comme les Secret Avengers, mais sa folie ardente le pousse à se retirer pour agir seul, afin de ne pas nourrir les démons en lui. On le voit, Moon Knight dispose d’un background solide, malheureusement jamais exploité à fond… jusqu’à ce que le surdoué Warren Ellis ne prenne les choses en mains.

image couverture moon knight tome 1Moon Knight, essaie encore.

Cette relance de Moon Knight ne se présente pas sous forme d’arc, mais plutôt comme un recueil de one-shot, dont le tome 1 est ici critiqué. Pas de fil conducteur à proprement parler, mis à par le personnage, Moon Knight. Un choix judicieux pour mieux se réapproprier un super-héros pas gâté par le passé : on se souvient en effet de la tentative désastreuse signée Hurwitz ou celle, moins calamiteuse mais sans relief, de Bendis. La première histoire de ce tome initial se charge de poser les cartes sur la table. Moon Knight est remodelé, et ce n’est pas pour nous déplaire que Declan Shalvey, le dessinateur ayant notamment adapté 28 Jours Plus Tard, abandonne le côté beaucoup trop massif du personnage et trouve l’adéquation parfaite avec le design de la version Ultimate. Moon Knight enfile maintenant un costard blanc, et un masque épuré marqué frontalement d’un croissant de Lune. On le retrouve dans une voiture entièrement automatisée, plus solitaire que jamais, mais aussi très affuté intellectuellement. Enquêteur de la nuit, coucou Batman, Moon Knight s’empare d’une affaire saignante de meurtres avec prélèvement d’organe, qui le conduira jusqu’à un adversaire monstrueux et pathétique. Ce Moon Knight tome 1 commence très bien.

Moon Knight, une lune de miel contrariée.

Moon Knight tome 1 : Revenu d’entre les morts ne garde malheureusement pas toujours le même rythme de croisière, et connaît quelques baisses de régime côté scénario. Dès la deuxième histoire, pourtant très bien mise en image avec un début plein de culot, n’hésitant pas à épurer ses pages, on est un peu déçu par la relative prudence scénaristique de Ellis. Ici, Moon Knight est aux prises avec un sniper, pour un résultat jamais surprenant voir complètement quelconque, fade. Ce sera aussi le cas de la quatrième histoire, encore une fois spectaculaire visuellement avec ses délires sous psychotrope, mais surtout une fin réglée précipitamment par Moon Knight. D’ailleurs, si la troisième histoire passe dans les mailles du filet, on ne peut pas dire non plus que ce récit, fait de fantômes punks meurtriers, soit des plus palpitants. On sent Warren Ellis très réfléchi, ne sachant pas encore sur quel pied danser avec le héros Moon Knight, et surtout obnubilé par l’envie de développer une ritournelle, une habitude à laquelle se raccrocher pour le lecteur. On comprend évidemment l’intention, d’ailleurs elle sera clairement gagnante, mais on ne peut pas dire que ces trois histoires de Moon Knight soient complètement exaltantes.

image comics moon knight tome 1Moon Knight, lune ascendante.

Moon Knight tome 1 : Revenu d’entre les morts commence par une première histoire solide, et enchaîne sur trois histoires pas déplaisantes mais banales. C’est alors qu’intervient le sursaut, la mise en branle de tout le potentiel de Moon Knight, qu’on sent couver au fil des pages. La cinquième histoire est une explosion de violence, un croisement ultra-jouissif entre les films The Raid et Le Jeu de la Mort. Moon Knight doit délivrer Scarlet, jeune fille enlevée au cœur de la nuit, par un gang. S’il fallait iconiser Moon Knight, c’est chose faite grâce à cette histoire. Membres ou dos brisés, tronches éclatées, et même un final assez gore. Ce n’est certes pas le genre d’histoire qui nous retourne le cerveau, mais c’est tellement bien rythmé et millimétré qu’il est difficile de ne pas être totalement dedans, happé. Quand à la dernière histoire… sachez que le meilleur est pour la fin. Warren Ellis termine avec brio ce Moon Knight et délivre là un récit dramatique, par le biais d’un vilain à la fois humain et égaré dans une époque du paraître, du nombrilisme.

Moon Knight décroche la lune.

Au final, Moon Knight tome 1 : Revenu d’entre les morts s’avère être une entreprise payante. Le personnage Moon Knight est l’exemple typique de ces super-héros de l’ombre, qui apportent une véritable bouffée d’air frais entre deux Thor ou Captain America. Marvel, c’est une véritable armée de concepts, parfois sous-traités, mis de côté, alors qu’ils regorgent de potentiel. Moon Knight en est l’exemple parfait, et quand une coquille, qui n’est absolument pas vide, se retrouve entre les mains d’une personne capable de l’exploiter comme Ellis, on voit que le résultat peut être intéressant. Alors certes, l’auteur délaisse le côté schizophrène de Moon Knight; il ne le rappelle, pour ainsi dire, que dans sa première histoire afin de nous remémorer le personnage. Un choix lié à l’évolution d’un Moon Knight ayant décidé de se couper de ses amis, de ses coéquipiers, de sa copine, de tout ce qu’il pourrait mettre en danger. Un choix qu’on perçoit comme étant salvateur pour bien cadrer Moon Knight et en faire, peut-être, l’un des super-héros les plus intéressants à suivre de l’univers Marvel.

image bande dessinée moon knight tome 1Moon Knight, les bonus.

Pour mieux cerner le personnage Moon Knight, c’est par ici, et ici pour son apparition dans l’univers Ultimate.
Pour une bonne petite présentation en vidéo du personnage Moon Knight, sous-titrée dans un Anglais simple d’accès, c’est par là.
Entre autres apparitions vidéoludiques, Moon Knight a fait l’objet de son propre flipper, dans un add-on spécial Marvel pour Pinball FX2. En voici le trailer.
Pour lire d’autres critiques de ce Moon Knight tome 1 : Revenu d’entre les morts, vous pouvez aller notamment chez UMAC ou Gameshower.

Critique - Moon Knight tome 1 : Revenu d'entre les morts
Moon Knight semble avoir enfin trouvé un bon rythme de croisière, avec cette relance signée par un Ellis pas en super forme mais qui s'attache à bien définir le personnage. De bon augure pour la suite.
Scénario
Personnages
Dessin
Univers
On aime
  • Moon Knight bien repris en mains.
  • L'apparence du personnage, épurée.
  • Trois histoires très réussies.
On aime moins
  • Trois histoires assez quelconques.
  • Le prix de cette collection, 15€.
3.5Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)