Critique – Là où je continuerai d’être – Linda Bortoletto

Là où je continuerai d’être, la grande aventure de Linda Bortoletto, vient de paraître aux éditions Le Passeur. Notre critique.

Elle est jeune, belle et a tout pour réussir. Pourtant, Linda va tout plaquer, du job qui rapporte au mari aimant, en passant par l’appartement spacieux. Et elle part. Là où je continuerai d’être (L’appel des Terres sauvages), c’est une quête vers les terres lointaines du Kamtchatka, mais surtout un magnifique et voyage initiatique vers une contrée que l’on est si peu à connaître : soi-même. Dans notre société de consommation, de loisirs de masse et du culte de la possession, Linda Bortoletto est-elle le Jack London du vingt-et-unième siècle ? La grande aventure de cette jeune femme va-t-elle nous donner un souffle de liberté ?

Au commencement, il y eut un voyage

C’est la mort de son père qui en est sans doute l’élément déclencheur. Et c’est par là que débute le récit de Linda Bortoletto. En ce jour de funérailles, elle explose. Elle ne se reconnaît plus : « J’avais 27 ans. Mon père n’était plus. La vie continuait. Et je réalisais soudain que j’étais devenue étrangère à la mienne. » Déjà ce prologue mêle les deux univers qui vont s’entrecroiser tout au long du texte : Paris et la Sibérie, l’inertie et le voyage. Les petits sauts d’un monde à l’autre sont assez irréguliers et donnent lieu à des transitions surprenantes – on a l’impression d’avoir manqué des passages mais on s’y fait.

linda bortoletto là où je continuerai d'être

 Là où je continuerai d’être c’est la révélation d’une voie et d’une façon de s’exprimer. L’auteure va nous raconter ici comment elle a trouvé la sienne. Petite, elle rêve d’être pilote. Pilote de chasse, pour les sensations fortes. Recalée aux portes de l’École de l’Air mais élève brillante, elle est officier et fera carrière à Bercy. Une réussite pour qui regarde de l’extérieur. Une belle jeune femme à la carrière prometteuse et sans aucun souci financier. Un contraste saisissant avec l’autre Linda celle qui marche aux côtés des éleveurs de rennes au fin fond de la Russie.

Vers l’infini…

L’oscillation constante entre Paris et la toundra nous dévoile peu à peu les raisons du départ, les difficultés, la métamorphoses de l’auteure, devenue héroïne de roman d’aventure. Si le récit est autobiographique, il n’en est pas moins incroyable. C’est Into The Wild au féminin et sans la fin tragique. Et le parcours n’est pas une succession de sourires et de facilités. On rencontre des ours, des tempêtes et de la pluie qui n’en finit pas. J’ai beaucoup pensé au personnage de Reese Witherspoon dans Wild, qui réussit son défi parce qu’au fond, elle cherche à renaître. Et surtout, rien n’est idéalisé, à l’image du périple de la jeune femme dans les îles aléoutiennes: « J’étais l’intrus (…) Les Aléoutes gardaient leurs histoires pour eux. Je gardais ma soif d’en apprendre davantage pour moi. Et si les portes ne s’ouvraient pas, je n’étais pas là pour les fracturer. »

Connaître son identité n’est pas un voyage d’agrément. Ici, voyages et soif de découverte sont intimement liés à l’introspection mais aussi à l’ouverture. Trouver sa voie c’est accepter celle des autres sans les toiser d’un « pourquoi ? ». Linda Bortoletto, de sa plume simple et naturelle comme le découpage d’un renne dans la toundra, trouve une résonance universelle. Mon appréhension de lire un texte trop personnel pour trouver un lectorat attentif s’est envolée. Peut-être grâce à la brutale authenticité des contacts avec le peuple tchouktche, au vent de liberté qui accompagne le périple à vélo dans l’Alaska sauvage, ou au sourire tellement vivant des gens véritablement heureux ? Dans Là où je continuerai d’être, les gens que croisent notre aventurière sont les héros d’un road movie inspiré et émouvant qui parle à notre cœur d’aventurier, aussi recroquevillé soit-il.

Pour lire un autre article sur Là où je continuerai d’être, c’est sur Carnets 2 weekends. Et pour tenter de suivre les aventures de l’auteure, vous pouvez visiter son site : lindabortoletto.com

Critique - Là où je continuerai d'être - Linda Bortoletto
Un récit d'aventure d'une rare sincérité.
Histoire
Style
Narration
On aime bien
  • L'appel des grands espaces est universel
  • Le récit est une véritable source d'inspiration
On aime moins
  • Une impression d'avoir sauté des pages
  • Le titre est trop long (mais c'est sûrement mon côté trop terre à terre)
3.8L'avis
Note des lecteurs: (16 Votes)
  • Titre : Là où je continuerai d'être
  • Année de sortie : 2016
  • Style : Aventure, autobiographie
  • Maison d'édition : Le Passeur
  • Auteur : Linda Bortoletto
  • Nombre de pages : 260