Le Sorceleur : La Saison Des Orages – Andrzej Sapkowski

La Saison Des Orages, un roman heroic-fantasy aux Editions Milady. Vient le temps de la tourmente pour le sorceleur…

Difficile de passer à côté de la licence Le Sorceleur, sur toutes les lèvres depuis quelques temps. Entre des livres très prisés par les fans d’heroic fantasy, mais aussi des jeux vidéos de grande qualité (The Witcher 3 est en train de mettre tout le monde d’accord), impossible de ne pas entendre parler de Geralt De Riv. La Saison Des Orages est le dernier livre en date de la saga littéraire, mais il prend place avant les évènements du premier, Le Sang Des Elfes. Il ne s’agit pourtant pas d’une préquelle à la saga du Sorceleur, mais plutôt d’une incartade dans l’univers de la licence, en toute indépendance… mais toujours avec l’irremplaçable Geralt.

Quelle drôle d’époque

La Saison Des Orages commence par l’impensable. Geralt De Riv, le sorceleur bien connu, pourfendeur des pires monstres, s’est fait subtiliser ses armes légendaires dans la ville de Kerack ! Une infamie, qui intervient alors que le sorceleur est sollicité pour régler une intrigue de palais de plus en plus obscure. Alors que Geralt se doit déjà d’enquêter sur deux affaires de la plus haute importance, il doit aussi percer les mystère de Lytta Neyd, une magicienne rousse qui séduit le sorceleur. Alors qu’il file tout droit vers d’innombrables dangers, Geralt est rejoint par le barde Jaskier, son ami de toujours, mais aussi par le nain Addario.

image couverture le sorceleur la saison des oragesAgitation autour du sorceleur

La Saison Des Orages sort donc dans la même période que le très attendu jeu The Witcher 3, afin de surfer sur la mode galopante se dit-on. Erreur, car les livres écrits par Andrzej Sapkowski n’ont besoin de rien pour éclabousser les lecteurs de leurs qualités. Dès le premier chapitre de cet opus du Sorceleur, nous retrouvons la plume incontestablement gracieuse de l’écrivain polonais, qui arrive en quelques pages à nous replonger dans un univers au potentiel quasiment illimité. L’action de cette ouverture, sans verser dans le spectaculaire outrancier, a la bonne idée de présenter Geralt par le biais d’un ennemi, dont on taira l’identité, ce qui donne un point de vue effrayant bien senti. On retrouve de suite toute la rage et le charisme du sorceleur, et La Saison Des Orages peut alors débuter son intrigue.

Des pièges évités

L’intrigue de La Saison Des Orages met un peu de temps à s’installer, mais n’est pas du tout désagréable dans sa mise en place. Pour retrouver ses armes, le sorceleur doit passer par une véritable intrigue de palais, qui multiplie les coups bas politiques. Mais que les lecteurs n’appréciant pas forcément cette ambiance, certes parfois un peu gonflante dans certains livre heroic-fantasy, se rassurent : Andrzej Sapkowski sait à quel moment s’arrêter. L’exemple du discours entre Geralt et le Prince de Kerack, Xander, est parfait car cet instant capital aurait pu très vite devenir assommant, tant tout se passe dans des dialogues très cadrés. Il n’en est rien, notamment grâce à la toujours très fine écriture de Andrzej Sapkowski qui, bien que parfois vulgaire comme on l’aime, sait aussi manier le verbe d’une manière très habile sans pour autant être pompeuse. C’est une marque de fabrique dans la saga du Sorceleur : dès qu’on met le nez dans La Saison Des Orages, quel que soit le passage, action ou dialogue, on se prend à consommer les pages à grande vitesse.

L’indépendance, ça a du bon

La question que les fans de la saga du Sorceleur se posent évidemment est : « Est-on là face à un livre digne de la licence ? ». La réponse est positive, même si certains pourront toujours pester sur des description parfois imprécises. A part cette possible anicroche, encore qu’elle n’en est pas une puisque cette rapidité est justifiée par un rythme plus soutenu que dans la saga principale, on ne trouve que du tout bon dans La Saison Des Orages. Le bestiaire est toujours aussi classe, l’univers aussi fourmillant de vie. Quand aux interludes, leur gestion donne lieu, parfois, à de sacrés moments, justifiés car rendant encore plus précis l’univers. Citons les trois situés entre les chapitres 8 et 9 qui, en quelques pages, font la lumière sur énormément de choses, tout en employant un ton apparemment léger, mais fondamentalement très utile. Du grand art.

Un livre pour tous les lecteurs

Au final, on ne peut que conseiller la lecture de La Saison des Orages. Du moins pour les fans du Sorceleur, mais qu’en est-il pour ceux dont on n’a pas encore parlé : les nouveaux venus ? Pour ces derniers, commencer par ce tome n’a rien de rude, même si nous conseillons tout de même la lecture du recueil de nouvelles Le Dernier Vœu (lui aussi disponible chez Milady), qui introduit très simplement le personnage de Geralt De Riv, et toutes les subtilités de l’univers qui l’entoure. Cependant, de par son intrigue plus simple, mais pas simpliste, La Saison Des Orages peut tout à fait se lire pour découvrir la saga du Sorceleur. On quitte donc Geralt après ce tour de piste convaincant, en espérant que Andrzej Sapkowski revienne sur sa décision de ne plus revenir dans cet univers. Décidément, l’une des licences les plus intéressantes de ces dernières années…

La Saison Des Orages, les bonus

Un Wiki français dédié à l’univers du Sorceleur.
Retrouvez La Saison Des Orages sur le site de son éditeur, Milady.

Le Sorceleur : La Saison Des Orages - Andrzej Sapkowski
La Saison Des Orages ne fait certes pas partie de la saga principale du Sorceleur, mais trouve tout de même sa place dans la licence. A découvrir de toute urgence !
Style
Personnages
Intrigue
On aime
  • Geralt De Riv.
  • Se lit... non, se dévore !
  • Les interludes.
On aime moins
  • Descriptions parfois survolées.
4.0L'avis
Note des lecteurs: (1 Vote)