Tokio Hotel – Kings Of Suburbia

Kings Of Suburbia, dernier album de notre boys-band d’ados allemands : Tokio Hotel

Tokio Hotel revient avec un nouvel album : Kings Of Suburbia. 5 années de longue attente depuis leur disque précédent ont-elles porté leurs fruits ?

Tokio Hotel Kings Of Suburbia boys band cover

Tokio Hotel est un boys-band fondé dans les années 2000. Comme leur nom ne l’indique pas, ils sont d’origine allemande. Le nom du groupe provient de la ville nippone (faute de frappe volontaire ? ou illettrisme ?) et du fait que le groupe aime bien les hôtels (source : interview de Rock Mag). Donc si vous aussi, vous voulez former un groupe de musique, voici des propositions : Toronto chaussette – Dunkerque aspirateur

Kings Of Suburbia – L’écoute

Kings Of Suburbia est le cinquième album studio du groupe. Après une écoute complète (c’est possible) et un rendez-vous chez l’ORL, nous pouvons relever les critiques suivantes. Nous devons également nous placer dans le contexte du groupe : ce boys-band visait un public à majorité féminin et une tranche d’âge située entre 12 et 16 ans. Gare à vous les One Direction !

Kings Of Suburbia – Pistes « musicales »

Feel It All – 4:00
Stormy Weather – 3:29
Run, Run, Run – 3:25
Love Who Loves You Back – 3:49
Covered in Gold – 4:29
Girl Got a Gun – 2:46
Kings of Suburbia – 3:23
We Found Us – 3:23
Invaded – 3:28
Never Let You Down – 3:13
Louder Than Love – 3:35

Kings Of Suburbia, la torture

La première chose qu’il faut retenir dans Kings Of Suburbia, c’est la durée de l’album dans sa version classique (il existe une version deluxe) de 39min. Je ne savais même pas qu’il était possible de faire 11 chansons en 40min. Grosse découverte pour ma part. L’album est désordonné, les chansons sans rapport. Nous sommes bien sur une incompréhension structurelle de l’album. Musiques rapides, coupés par des tentatives de slow puis une reprise pop, on ne sait plus où donner de la tête.

Comme dans tous boys-band qui se respecte, le chanteur ne chante plus qu’à travers un minimum de 15 filtres vocaux qui détruit, en plus des tympans, toute personnalité artistique. C’est bien le cas dans dans Kings Of Suburbia où l’utilisation excessive de cette méthode dénature totalement le peu d’intérêt pour les chansons. Une tentative loupée est quand même à signaler dans « Run, Run, Run » où Bill Kaulitz, son chanteur-leader s’essaye au classique « instant émotion » au piano. Au moment de pousser sa voix, notre cœur se crispe. La voix n’est pas là : mal placée, saturée, on sent qu’il y a encore de la route dans l’apprentissage de l’utilisation de cordes vocales. La piste vocale est inintéressante par sa forme, mais aussi par son fond. Les paroles ne sont vraiment pas profondes. On sent que toute la souffrance amoureuse du compositeur de 25 ans est passé dans le texte.

Kings Of Suburbia, chanson titre de l’album, est un mélange industriel de « Tears for Fears – Shout » et de Depeche Mode. Kings Of Suburbia penche en effet, vers des sonorités new wave des 80’s : une boite à rythme très présente, des accords simples. L’inspiration est nette. Mais le résultat n’est pas là. La boite à rythme est plus là pour faire du remplissage que pour porter la chanson. Assez répétitive, elle est peu recherchée et travaillée.

Kings Of Suburbia, la délivrance

Kings Of Suburbia est un album à écouter d’urgence si vous avez entre 12 et 16 ans, mais il n’est même pas sur que les anciennes fans, passées à autre chose depuis, y trouvent leur compte. Sinon, épargnez-vous et contribuez à votre façon, à la réduction du trou de la sécurité sociale, en vous épargnant une consultation chez l’ORL.

Si vous voulez perdre votre temps, voici d’autres critiques sur Kings Of Suburbia :

http://www.music-story.com/tokio-hotel/kings-of-suburbia/critique
https://fr.news.yahoo.com/tokio-hotel-kings-of-suburbia-critique-lalbum-titre-121500452.html

Tokio Hotel - Kings Of Suburbia
Un album clairement ciblé pop-culture ado.
Compositions
Arrangements
Ambiance
On aime bien
  • Le délais d'attente entre les albums
  • La pochette de l'album. non je déconne, elle est moche.
On aime moins
  • Que dire ...
0.5Note Finale
Note des lecteurs: (43 Votes)
    • Pingback: Test - Boules quies ISOLATE de Flare Audio - L'avis du public()

    • Charlotte

      J’interviens un an plus tard je sais mais je trouve votre critique déplorable.

      Premièrement, pour offrir aux internautes une critique intéressante, faut-il encore apprécier objectivement l’album, ce qui n’est malheureusement pas votre cas. Vous laissez clairement votre haine du groupe aveugler votre appréciation, et avez sans doute adopté une attitude négative avant même d’avoir écouter l’album.
      De plus, la moquerie sur le nom de groupe, qui au passage est totalement inutile sur une critique de l’album, ne montre que plus encore votre mauvaise foi à leur égard et votre subjectivité.

      Deuxièmement, vous dites que leurs anciennes fans passées à autre chose, n’y trouvent sans doute pas leur compte. Je parle en connaissance de cause : J’ai été fan de ce groupe lorsqu’ils ont débarqué en France il y a 10 ans. Mais j’ai grandi, je suis en effet passé à autre chose depuis bien longtemps. Je n’ai écouté l’album que très récemment, bien qu’il soit sorti il y a un an, ce qui prouve bien que je ne les suivais plus du tout.
      Et contrairement à vos suppositions, je suis très satisfaite de ce nouvel album, complètement différent de leurs précédents, et je compte même l’acheter par la suite.

      Enfin, de mon point de vue, on ne peut pas aimer une chanson à sa première écoute. Je n’aime jamais une musique la première fois que je l’entends, et ce, qu’importe l’artiste. Je n’ai pas spécialement aimé l’album la première fois, mais en réécoutant quelques musiques une deuxième fois et troisième fois, j’ai bien plus accroché. Et c’est toujours comme ça, avec n’importe quelle chanson.

      Tout cela pour dire que je vous conseille d’écouter plusieurs fois une musique ou un album avant de vous forger une opinion, ainsi que d’oublier tous les préjugés qui peuvent entourer l’artiste.

      • Benoît Decoopman

        Bonjour Charlotte, et merci pour votre commentaire intéressant, même tardif 🙂

        Comme je le remarque dans mes précédents commentaires, je n’affirme aucunement que ma critique soit objective sur sa forme. Je pense qu’après 2 lignes de lecture, on comprend aisément qu’elle sera sous le ton de l’humour. Ancienne fan du groupe, je comprends très bien que vous n’ayez pas adhéré à cette forme mais je ne peux pas satisfaire tous les lecteurs. Voir également de la haine ici est clairement disproportionné. Satirique oui, haine non.

        Pour les fans qui sont passés à autre chose, j’y avais déjà répondu dans un précèdent commentaire. Cette musique superficielle correspond plutôt à une tranche d’âge, plus jeune. Avec le temps les goûts changes. Vous retrouvez de l’intérêt ici (côté nostalgie ?), peut être que ce n’est pas le cas d’autres anciens fans.

        Par contre, pour ce qui est de l’objectivité sur le fond, encore une fois pas de remarque le dessus ? Je justifie la pauvre qualité de création. Que ça soit sur la musicalité ou l’écriture. Comment qualifier l’utilisation récurrente d’un distordeur de voix et l’horreur auditive pour la chanson sans boost informatique ? Je ne sais pas si du coup, plusieurs écoutes son nécessaires pour se forger une idée dessus, avec ou sans préjugés. Je vous rejoins néanmoins sur la nécessité de réécouter parfois les albums pour les apprécier.

        Si le groupe arrive, dans leur prochain album, à utiliser des compétences musicales réelles, je serai le premier à les remarquer et à promouvoir le changement radical du groupe.

    • Lucy

      Bonjour, en mettant de côté le ton sarcastique du début de votre critique sur le nom du groupe (« faute de frappe volontaire ? ou illettrisme ? »), sachez qu’en allemand Tokyo s’écrit avec un « i ». Un peu de curiosité intellectuelle et de considération artistique de leur travail vous aurait épargné cette erreur. Je ne crois pas non plus que des groupes comme Green Day ou Kiss aient reçu -ou recevront- de votre part des critiques aussi acerbes sur leur nom, que l’on pourrait tout aussi bien trouver ridicules, comme vous semblez l’indiquer. Peut-être est-ce parce que ces dits groupes ne sont pas des « boys band ». Mais vous oubliez (ou ignorez) qu’un boys band est d’abord composé de membres ne sachant pas faire autre chose que du chant. Est-ce le cas ici ? Non. Tom et Georg étant guitaristes, et Gustav batteur. Mais peu importe pour vous ; vous jugez le groupe à travers l’image que vous ont renvoyée les fans et groupies du début des années 2000. Même si je ne partage pas l’univers artistique des Tokio Hotel, je trouve complètement impertinent que vous catégorisiez encore leurs fans comme des jeunes filles ayant entre 12 et 16 ans (10 après, vraiment ? Leurs fans seraient-elles frappées d’une maladie les empêchant de prendre de l’âge ?).

      • Benoît Decoopman

        Bonjour Lucy, et merci pour votre commentaire intéressant. Ma
        tournure ironique sur le nom du groupe vient du choix et des raisons des mots
        utilisés. Ceux-ci proviennent d’une interview qu’ils ont faite. « Hotel »
        car on aime les hôtels, il faut reconnaitre que la moquerie est facile. Si
        Green Day justifiaient leur nom car ils aiment les petits pois et ont peur de
        la nuit, ils n’auraient sans aucun doute pas échappé à une remarque similaire
        de ma part.

        En ce qui concerne les Boys Bands qui n’ont pas d’instruments,
        je me permets de citer : 5 Seconds Of Summer, Jonas Brothers ou plus
        anciens Hanson. Ils ont tous comme points communs d’être des Boys Band avec des
        instruments. Ce sont des exemples parmi tant d’autres. Il est vrai que les boys
        bands ne font souvent que « chanter », mais le fait de jouer autre
        chose ne permet pas de les dé-catégoriser directement du genre. J’ai choisi de
        les catégoriser dans ce genre du fait de leur image passée, comme beaucoup de
        revues et critiques. S’ils souhaitent s’en détacher et comme je l’ai marqué
        dans mon commentaire précédent, alors je leur souhaite bien du courage.

        Pour la partie des fans atteints du syndrome de Benjamin
        Button, et comme je l’ai rappelé, il est tout à fait possible d’avoir des fans
        qui les ont suivis depuis leurs débuts. Mais ce genre de musique superficielle
        correspond plus à la tranche d’âge de la puberté. J’ai grandi avec Henri Dès et
        Chantal Goya, en les écoutant maintenant fait de moi un fan ? Peut-être,
        mais le public visé rester quand même celui de l’enfance.

        Vous semblez être très attachée à la forme (avouant sans retenue,
        tournée sur le ton de l’humour) de cet article sans remettre en cause le fond,
        pourtant l’objet principal d’une critique. Partageriez-vous avec moi la pauvre production
        de cet album ?

    • Thom

      Bonjour,

      Je vous trouve dur dans votre critique.
      Vous avez construit une base qui ne part que dans un seul et même sens > la haine.

      Je connais quelques titres de ce groupe. Et je suis d’accord les productions de ce groupe non rien de transcendantes.

      Par contre j’ai découvert cet album via spotify depuis une lecture aléatoire. Et je dois dire que je suis agréablement surpris. Il y a un vrai travail derrière je trouve. On arrive mine de rien à desceller sans se forcer un univers. Contrairement aux anciens titres qui n’étaient purement que des produits pour ado. Celui-ci à quand même du caractère. Et la post prod de certains morceaux sont de bonnes factures.

      Il est clair que l’album ne casse pas des briques, mais pour moi ça reste une belle surprise et une belle évolution du groupe.

      Je préfère clairement cette surprise au dernier Ac/Dc… Oui je graverai une note en dessous de la moyenne si je le pouvais.

      Je vous invite à revoir votre critique avec une meilleure base. Car on a plus l’impression de lire ici un article d’un « rageux » comme on dit chez les jeunes.

      Cordialement

      • http://avisdupublic.net Benoît DECOOPMAN

        Bonjour Thom, et merci pour votre commentaire pertinent.

        De ce que j’ai vu, cet album semble effectivement meilleur que les précédentes productions. Comme vous l’avez signalé, il y a une amélioration et semble t-il un travail supplémentaire effectué.

        Je n’ai heureusement pas écouté les précédent album, mais je conçois sans aucun doute que ma note aurait été différente avec une comparaison. Mais ce n’est pas le cas ici, puisque j’ai uniquement donné mon avis sur cet album. Sans connaitre particulièrement ce groupe, juste l’image de teenager avérée, véhiculée depuis sa création, je confirme selon mes goûts, la pauvre qualité musicale de cet album. Si ils souhaitent se détacher de cette image de musique superficielle, avec la première brique ici, alors je ne peux que les supporter. Mais ça ne le sera pas pour cette fois.

        Quant au coté rageux, c’est bien évidemment des tournures de style ironiques et des petites touches d’humour et non une volonté de cracher du venin. Mes critères ayant été argumentés. Je ne suis pas du tout de nature énervée, bien au contraire.

        Et oui, pour AD/DC, je vous rejoins sur la déception de cet album ….

        Crdl,

    • Anonyme

      Vous Connaissez même pas le groupe Tokio Hotel Vous avez au moins écouter l’album ? Sachez monsieur que les ados on grandit avec le groupe et qu’ils on des fans entre 12 & 45 ans mais la majorités a une vingtaine d’année ! Nous aimons notre groupe et nous n’acceptons pas que vous écriviez un t’elle torchon !! D’ ailleurs vous êtes qui pour écrire sa ? surement pas un journaliste de talent plutôt un gros geek cacher derrière sont clavier qui a rien d’autre a faire que de critiquer des artistes qui eux ont du TALENT ! Alors s’il vous plait occuper vous de vos affaire de vos jeux video et de votre vie arrêtez d’écrire sur les gens que vous ne connaissez même pas ! Ou si vous voulez le faire RENSEIGNEZ VOUS un minimum vous serez déjà que TH n’est pas un Boys Band Je vous apprend un truque la non ? Sur ceux bonne vie et surtout Arrêtez d’écrire !!!!!!!!!!!!!!

      • http://avisdupublic.net Benoît DECOOPMAN

        Bonjour Anonyme et merci pour votre commentaire. Nous passerons les fautes d’orthographes que nous mettrons sur le compte de la colère.

        Comme je l’ai précisé dans mon article, j’ai écouté l’album dans sa totalité. C’est donc bien avec la connaissance du sujet que j’ai argumenté sa pauvre notation.

        Beaucoup de groupes ont des fans de 12 à 45 ans, je ne vois pas en quoi ça change le faite que les boysbands comme Tokio Hotel visent un public jeune. Il n’y a pas de mal à cela, puisque le but de tout groupe est de trouver son public, n’est-ce pas ?

        De plus, il est normal que vous n’appréciiez pas des critiques sévères sur un groupe que vous appréciez vraisemblablement. Mais le but de toute critique est d’avoir un avis extérieur. Si vous ne lisez que des critiques de fans qui disent que tous est super, quel est l’intérêt de lire une critique ? D’ailleurs, personne ne vous a forcé à les lire.

        Ensuite, je pense que derrière votre tentative d’insulte « gros geek », vous oubliez que ce terme est souvent employé pour qualifier la génération Y, à savoir peut être la vôtre… Quant au fait que je suis derrière un clavier, c’est souvent le cas du faite que la reconnaissance vocale n’est pas mon dada.

        Et pour de ce qui est du talent, je pense que vous auriez des difficultés à convaincre une personne extérieure du talent musical de quelqu’un qui ne chante qu’à travers 15 filtres audio compilés, remuxés et compressés par ordinateur. Un talent certes, mais pas en tant que chanteur. Attention, c’est ici malheureusement le cas de plus en plus de groupes superficiels qui choisissent cette facilité plutôt de que se confronter à l’utilisation d’instruments bruts (les cordes vocales étant un instrument)

        Comme je l’ai indiqué, Tokio Hotel peut être classé dans la catégorie des boysbands. Cette définition a été utilisée par ParisMatch ou même FranceInfo. (une recherche simple sur Google permet de vérifier ça) J’espère que vous les avez contactés aussi ? Ou je viens de vous apprendre un truc.

        En vous souhaitant une bonne continuation.