Critique – L’Attaque des Titans – Saison 1

L’Attaque des Titans, le manga évènement, passe à notre critique. Ce shonen au succès titanesque vaut-il sa réputation ?

Débarqué l’an passé, L’Attaque des Titans, appelé aussi Attack on Titan ou Shingeki no Kyojin pour les otaku, est un manga shonen explosif dont la saison 2 se fait encore attendre. Annoncée pour 2016, voici notre avis sur la première saison qui a fait sensation et qui s’est imposé parmi ses concurrents du genre. Décryptage dans notre critique.

L’Attaque des Titans, un shonen qui cache bien son jeu

L’Attaque des Titans est un animé adapté du manga du même nom créé par Hajime Isayama et appartenant au shonen, littéralement manga pour « garçon adolescent ». Un genre qui comporte des codes bien particuliers avec lesquels L’Attaque des Titans n’hésite pas à jouer pour mieux nous surprendre.

L'Attaque des TitansDans L’Attaque des Titans, l’humanité est retranchée depuis cent ans derrière de hauts remparts pour se protéger des Titans, divisant le pays en trois territoires concentriques délimités par les murs Sina, Rose et Maria. Le héros se nomme Eren Jaeger (de l’allemand « ehre » et « jäger » signifiant « l’honneur du chasseur ») dont le but est d’intégrer le bataillon d’exploration, ou Survey Corps, milice spécialisée dans la recherche et l’extermination de Titans. Sa vie bascule lorsque ces créatures effroyables pénètrent dans la ville, détruisent le mur extérieur Maria, tuent sa famille et le forcent à se réfugier plus profondément en ville. Cinq ans plus tard, on retrouve Eren alors qu’il s’apprête à intégrer les rangs des recrues militaires, aux portes du bataillon de la Survey Corps, alors que les Titans se font plus dangereux que jamais. A première vue, les thèmes et les enjeux présentés dans Attack on Titan s’éloignent de ceux d’un shonen classique. Eren ne s’engage pas dans une simple quête personnelle, puisque son entrée dans l’armée signe en fait un nouvel espoir dans le salut des Hommes contre les Titans. Certes, il souhaite aussi venger la mort de sa mère, mais la situation engagée dépasse les objectifs personnels d’Eren. Si le propos a un goût d’originalité, il s’avère que la recette du succès de L’Attaque des Titans est plus subtile qu’elle n’en a l’air. La trame du scénario d’Attack on Titan est en fait construite de la même manière que celle d’un manga « mecha », se déroulant en général dans un univers futuriste et présentant des personnages férus de robots géants. La comparaison avec L’Attaque des Titans n’est pas si incongrue : remplacez les Titans par de gigantesques et mystérieux aliens, et transformez l’arme secrète d’Eren par un robot semi-organique, et vous obtenez le sacré saint Neon-Genesis Evangelion, œuvre majeure du manga de science-fiction. Le parallèle reste néanmoins habile, ce qui ne fait pas de L’Attaque des Titans une retranscription médiévale de manga mecha. Il utilise simplement les mêmes codes et la même construction, le scénario gardant ainsi sa part d’originalité.

L'Attaque des Titans

Maria, Rose, Sina, derniers remparts de l’humanité

L’Attaque des Titans, quelques brèches dans le mur

Malgré une intrigue prenante et bien construite, L’Attaque des Titans n’est pas non plus irréprochable. Son premier problème est la superficialité de ses personnages. L’histoire d’Eren est bien présentée, et justifie parfaitement l’évolution du héros en petit soldat assoiffé de massacrer des Titans. Pour les personnages secondaires, c’est déjà moins le cas, à commencer par Mikasa Ackerman et Armin Arlelt, les deux meilleurs amis et compagnon d’armes d’Eren. Un épisode entier est consacré à l’enfance de Mikasa, mais il ne cible qu’un évènement particulier et ne permet pas de totalement cerner le personnage. On sait qu’elle a été recueillie par la famille d’Eren mais on ne nous le montre jamais, si bien que lorsque la mère d’Eren se fait tuer par un Titan, Mikasa ne réagit pas vraiment. Elle a parfois l’air complètement dénuée de sentiment, hormis vis à vis d’Eren, via une complicité aux allures d’intrigue amoureuse qui ne colle ni aux personnages, ni à l’intrigue. Pour Armin Arlelt, il n’y a pas grand-chose à dire à ce propos, vu qu’il ne possède aucun background, et qu’il est très facilement identifiable. C’est le personnage avec peu de capacités physiques mais un grand sens de la stratégie qui va aider le protagoniste à prendre les bonnes décisions – type de personnage qu’on retrouve souvent dans le shonen, comme un pilier indispensable au déroulement de la quête. Ensuite, on retient tout de même Levi Ackerman (sans lien de parenté avec Mikasa), caporal dans le Survey Corps, un personnage sombre, taciturne et terriblement bad-ass indispensable à tout bon shonen ! Pour le reste des personnages de L’Attaque des Titans, ce sont pour la plupart d’autres jeunes soldats ayant suivi la même formation que le trio principal dont il est presque impossible de retenir tous les noms tant ils sont nombreux et malheureusement peu charismatiques. Néanmoins, ouvrez l’œil car ils ne sont pas non plus sans importance.

 Le second ennui majeur avec L’Attaque des Titans, c’est sa gestion du rythme lors des scènes de combats. Repensez à ce qui vous a fait rager devant Dragon Ball Z : les combats sont impressionnants de par leur quantité de coups portés, mais ils deviennent lents lorsque les personnages commencent à parler – ou pire, quand un compte à rebours est lancé. Attack on Titan souffre du même problème. Son point de vue est omniscient, on sait tout des pensées de chaque personnage, et les pauses dans l’action pour nous les exposer sont trop nombreuses et trop longues. Les scènes d’action sont un élément clef du shonen car c’est sur elles que reposent les évolutions des personnages ainsi que l’avancement et les révélations de l’intrigue. Couper une scène d’action avec l’opinion de Machin ou Bidule n’accentue pas l’aspect tragique d’un évènement, ça ne fait que ralentir sa progression tout en frustrant le spectateur au passage. Heureusement, L’Attaque des Titans nous offre également de belles surprises.

L'Attaque des Titans Eren

Eren Jaeger, face au mystérieux Titan Colossal

 L’Attaque des Titans, une claque visuelle

L’Attaque des Titans comble ces quelques failles par une qualité indéniable : une animation remarquable et une fluidité des mouvements épatante. Attack on Titan offre de très belles prises de vue qui plonge le spectateur au cœur du combat, une mise en scène qui fait oublier les pauses dans l’action. Certains plans mêlent animation traditionnelle et rendu 3D, notamment lors d’une rotation autour d’un Titan, ce qui est inattendu mais plutôt bien géré au niveau de l’intégration. Le character design choisi est également très intéressant. Si le « coup de crayon » est identique au manga papier, la colorisation est réalisée façon « cel-shading », c’est-à-dire avec des contours très marqués qui donnent du caractère au graphisme. La belle surprise, c’est de voir que Shingeki no Kyojin est le premier animé développé par Wit Studio, dont le travail n’a rien à envier aux géants du métier comme Toeï Animation (Dragon Ball Z, One Piece), Madhouse (Monster, Death Note) ou encore Ghibli, qui semble d’ailleurs s’orienter vers la production de séries plutôt que de longs-métrages.

En un mot, L’Attaque des Titans mérite sa réputation d’animé événement de ces dernières années, tant par son scénario efficace que par son rendu visuel impeccable. On attend la saison 2 avec impatience !

Pour d’autres avis sur Attack on Titan, voici une première critique ici, et une seconde juste qui vous renseigne davantage sur le manga papier !

Critique - L'Attaque des Titans - Saison 1
A juste titre, Attack on Titan s’est imposé sur la scène manga grâce à son impressionnante animation, ses enjeux matures et ses Titans horrifiants !
Mise en scène
Scénario
Personnages
Animation et son
On aime
  • Un scénario efficace et plutôt original
  • L’animation irréprochable
  • Les Titans
On aime moins
  • L'action parfois au ralenti
  • Les personnages sous-développés
3.7Note Finale
Note des lecteurs: (12 Votes)
    • http://avisdupublic.net/ @AimeCinema

      Le problème de la superficialité des personnages est une constante dans la production animée Japonaise du moment, j’ai l’impression. Mais tu me confirmes la bonne impression que j’avais de cette série, en usant de moins d’éloges que d’autres. Tu as lu le manga ?

      • Lucile Malargé

        Nope, pas lu ! J’aimerais bien pourtant ! Encore une chose à rajouter sur ma « to-do list » ^^