Critique – Game of Thrones Saison 4

Critique – Game of Thrones Saison 4

Comment passer à-côté du phénomène mondial ? Game of Thrones devient une référence culturelle. Qui n’a pas utilisé « Winter is coming » au moins une fois ? Qui n’a pas bu un shoot à chaque « Hodor » ? Sang, Sexe, et Suspense, on revient sur la 4ème saison, sans spoil !

 game of thrones

On vous avait proposé un retour sur la saison 1 à 3. Je vous invite à le consulter si vous avez loupé une étape.

Difficile de parler de Game of Thrones sans dévoiler qui va mourir dans la saison. R.R. Martins nous a en effet habitué à ce genre de pratique. Que dire d’autre alors sur la saison? Et bien d’abord, parlons chiffres. Avec 2.2 millions de téléspectateurs sur la chaîne HBO le premier soir de la saison une, Game of Thrones a attiré 7.1 million de fans ce 15 juin dernier. Autant vous dire que l’affluence ne fait que se concrétiser sur cette série maintenant culte. Cela place Game of Thrones 3ème en terme d’audience US derrière, pour l’année 2013/2014, « The Big Bang Theory » et bien sur « The Walking Dead« 

game of thrones

Alors cette saison 4 est elle aussi intéressante que les précédentes? A en croire les chiffre, il semblerait que oui. On y retrouve en effet, le goût des saisons précédentes: une trame scénaristique complexe mais structurée, des personnages majeurs auxquels on s’attache pour ensuite les voir mourir, des nouveaux arrivant qui apportent de la curiosité (en se demandant si ils vont terminer la saison ou non), une musique de générique toujours aussi fat, du sang et bien sur du sexe! L’adaptation est encore au rendez-vous. Les paysages de Game of Thrones continuent de nous surprendre et l’entrelacement des différentes intrigues ne cesse de nous demander où cela va se terminer.

Vraisemblablement, assez loin puisque Game of Thrones comporte à ce jour, 15 livres. Et son auteur ne semble pas être en voie d’arrêter le processus d’une publication par an. Rappelons que la série n’est pour le moment qu’au livre 3. En parlant de ce sujet, c’est sans doute ici le principal reproche, s’il en est un, de cette saison. C’est bien la divergence de plus en plus grande, et les libertés qui sont faites quant au récit écrit. Les réalisateurs se permettent un laxisme, bien que justifié dans l’adaptation, de la trame proposée par les livres. Nous avons à pensé que la première saison de Game of Thrones, totalement calée sur le livre, était là pour poser la base et conforter une audience minimum afin de construire un fanclub tolérant un des changements mineurs de l’histoire. Rassurez-vous, cette saison reste tout à fait dans l’idée des précédentes et cette technique n’est en rien nouvelle puisqu’elle a été appliqué pour, entre autres, le Seigneur des Anneaux.

game-of-thrones-saison-4

Transition parfaite ici pour vous parler de nombreuses idées à vouloir comparer ici les deux saga. Game of Thrones en son auteur de R.R. Martins n’est pas comparable ici que dans son style (féodal fantaisie) et non dans sa structure. En effet, vous remarquerez qu’il n’y a pas de bien ou de mal, comme dans l’univers de Tolkien, mais bien des confrontations de pouvoir qui sont toutes légitimes dans leurs contextes. Bien que nous avons une tendance à vouloir haïr une maison (mais si, celle avec du rouge et un lion pour symbole), leurs volontés restent tout à fait légitimes. Cette différence est énorme puisqu’il s’agit ici d’une vision contemporaine de la société. En comparaison avec celle Noir / Blanc qui est clairement le centre de l’intrigue chez Tolkien. Sans pour autant retirer de l’intérêt, il ne faut en rien comparer les deux sagas qui ont toutes les deux un univers propre. Elles correspondent toutes deux à une vision différente de la société et une résolution divergente.

Je vous invite à consulter la page officielle de la série et le compte Twitter de l’auteur R.R. Martins

game-of-thrones-saison-4

L’univers de Game of Thrones ne semble pas s’affaiblir. La construction de la série reste solide. De par la complexité de ses personnages et son intrigue, on se demande où cela va s’arrêter. Vraisemblablement, pas à cette saison (rappelez vous de notre news) On reste accrochés à notre écran pour savoir qui va mourir, quand et de la main de qui. Petit bémol à propos des largesses d’adaptation, sans non plus retirer le moindre intérêt à la série. Game of Thrones, rendez vous dans un an. D’ici là … Winter is coming …

Critique - Game of Thrones Saison 4
Winter is coming ...
Acteurs
Scénario
Image et son
Mise en scène
On aime bien
  • Le scénario sans fin
  • Les acteurs toujours aussi bons
On aime moins
  • Les libertés d'adaptation des livres
4.3Note Finale
Note des lecteurs: (5 Votes)
  • Mady G

    Parfaite petite rétro sur la série… 9 mois à attendre pour avoir la suite maintenant 🙁

  • http://www.avisdupublic.net Camille LATOUCHE

    Merci pour cette rétro qui arrive à point nommée avec la fin de cette saison.

  • Quentin

    Des coquilles dans ta critique :
    – C’est Hodor et non Hordor :p
    – Sur le nombre bouquin, il y a en effet 15 bouquins mais uniquement dans le découpage d’édition français, il y a 5 bouquins en V.O, et encore 2 prévus et non sortis, pour une publie qui n’est pas annuelle. La saison 4 suis principalement l’intrigue de la fin du bouquin 3 V.O mais déborde sur certains sujets sur le 4.
    – En ce qui concerne les « libertés » pris par rapport au bouquins, à part certaines adaptions (dont la bataille de l’ep 9) qui ne respectent pas le déroulement exact, à ma connaissance tous les sujets ont les même finalités que le bouquin (machin qui meurt, truc qui disparait, bidule qui va là). Et pour être en plein lecture du bouquin 1 c’était exactement la même chose avec des sujets à peine apparus dans la saison 1 qui sont développés dans le livre. L’histoire de Robb dans la saison 2 et 3 diverge légèrement, mais termine sur le même point.

    • http://avisdupublic.net Benoît DECOOPMAN

      Hodor !

      Merci pour tes remarques bien justes 🙂
      Tu as tout a fait raison de remarquer la différence de découpage en France, je pense que c’est uniquement pour des raisons marketing … money is money
      Et oui, comme tu le précises, la différence d’adaptation est mineure. Comme je l’ai noté, elle n’est pas importante, et été effectivement déjà présente dans les dernières saisons. C’est les aléa des adaptations. Je n’y ai pas vraiment tenu compte dans ma note, qui reste excellente, mais je voulais le préciser pour éviter les remarques: « oui mais c’est pas comme dans les boukins !! »