Critique – Série Spartacus

Critique – Série Spartacus

L’homme est toujours à la recherche de son autre et de soi-même. L’homme est toujours à la recherche de liberté. L’épopée de Spartacus, mise en scénario sous forme de série, a crevé le petit écran lors des dernières années. Revenons sur ce chef d’œuvre si particulier.

Il y a des séries qui restent quelques temps et d’autres qui résistent au temps. Spartacus fait partie de la dernière catégorie. Un point très important dans cette série et qui m’a beaucoup touché, c’est le respect des réalités historiques, à savoir, les personnages principaux et certains évènements (ce n’est pas le cas du film Troie, par exemple).On peut retrouver beaucoup de similitudes dans Spartacus avec d’autres films d’épopée (péplums dans ce cas) tels que Gladiator ou 300. La comparaison avec le premier s’effectue très vite. Un homme libre qui devient esclave et se bat pour (re)gagner sa liberté. En revanche, il avait été reproché à 300 son manque de scénario et de rebondissements. Dans Spartacus, c’est tout le contraire. Beaucoup de changements imprévisibles, de dérives et d’abus ce qui permet de garder un intérêt constant pour cette série.

spartacus_poster1

Violence, sang, sexe, politique, histoire : beaucoup de thèmes et d’évènements se sont retrouvés dans cette série. Il a été pointé du doigt par Quentin la théorie des trois S : Sang, Sexe, Suspense. On la retrouve dans cette série. Les trois S sont ici en abondance et parfois à outrance. Les scènes de sexe sont très présentes et montrent, la plupart du temps, le caractère servile des esclaves. Ils sont clairement là pour donner du plaisir à leurs dominus (maître). Le sang est associé aux nombreuses giclées qui apparaissent lors des combats qui sont d’une extrême beauté et d’une violence inouïe. Enfin le suspense est garanti dans cette série avec un scénario, bien que connu, avec plusieurs rebondissements associés avec une musique haletante qui force à rester scotché à son téléviseur.  Un des plus gros reproches effectués sur cette série lors de sa diffusion était la présence trop prononcée des scènes charnelles. Il faut se rappeler qu’à l’époque, les idées étaient plus décomplexées et que pour montrer sa supériorité il était de coutume d’abuser quelques esclaves.

Spartacus_poster-682x1024On s’intéresse maintenant à la technique de la réalisation. Un style de caméra porté sur l’action, de jolis ralentis, des effusions de sangs et des filtres rendent les images de combat particulièrement belles et réalistes. On retrouve la même méthode que pour le film 300 mais cette fois, la technique est bien plus évoluée et s’améliore de saison en saison. Un évènement tragique a amené des changements dans la série, la mort de l’acteur qui interprète Spartacus lors de la saison 1, Andy Whitfield. Cet acteur a permis à la série d’avoir beaucoup de crédits avec un style épuré, simple et efficace dans son jeu d’acteur. L’acteur a été remplacé pour terminer la série par Liam McIntyre qui malgré un bon niveau n’a jamais su égaler son prédécesseur. Deux autres personnages deviennent extrêmement importants dans cette série, grâce notamment à deux acteurs très charismatiques ; Crixus (Manu Bennett, que l’on retrouve également dans Arrow) et Oenomaüs (Peter Mensah, également présent dans Les larmes du soleil, 300, Avatar). D’autres acteurs mériteraient d’être commentés mais dans le but de rester le plus concis, je n’en parlerai pas.

Au final c’est une grande série, pour peu que l’on aime un peu le gore, le sexe et la violence. Si vous n’aimez pas les trois, passez votre chemin. Je me place en tant qu’amateur du genre et je peux comprendre que la note et la critique qui est associée pourront surprendre. Mais à l’heure actuelle, il s’agit de la meilleure série d’action/héroïque que j’ai vue. Si Game of Thrones est une excellente série, on peut lui reprocher sans sourciller son manque d’action et d’innovation visuelle (l’action est même différente je dirais). Ici l’action a sa place, tout autant que le scénario et l’intrigue.

+ L’action                                                                 Les excès (sexe, violence)
+ La prouesse technique
+ La bande son
+ L’intrigue
+ Le respect des évènements historiques
+ Les personnages secondaires

NOTE : 8.9/10

A la place d’une bande annonce, je vous propose ce Tribute, réalisé par : reeseslightning11