Critique – Modern Family saison 1 et 2

Ed O’Neill père de famille dans cette critique de la saison 1 et 2 de Modern Family ?

Modern Family est une série originale qui n’est pas basée sur un roman, un jeu vidéo, la réalité ou une lettre ramassée dans la rue (ouf, on n’y croyait plus), cette série suit (comme son nom l’indique) les déboires d’une famille moderne, les nouveaux archétypes familiaux, écarts d’âges démesurés, couple homosexuel et tout de même une famille classique, marié, deux enfants. Pas de rires enregistrés, il va falloir réapprendre à reconnaitre les blagues (ou embaucher un chauffeur de salle).

Découvrons ensemble le parcours de cette Modern Family pas comme les autres.

Modern Family, un concept original ?

Cette série est sur des rails, cela devient répétitif mais la recette fonctionne, exemple pour une situation donnée : « les Simpsons vont voir un match de Football » ou « le petit fête ses 10 ans » et, par scènettes de quelques minutes, on suit les couples un à un puis ensemble. Périodiquement, comme chez le psychologue avec un plan fixe sur les personnages, chacun raconte son ressenti personnel. A l’instar de la série française « En famille« , Modern Family reprend cette idée mais mieux traitée. Nous attendons quelquefois d’évidentes chutes, tels les rires enregistrés mais, malgré tout, nous pouvons être surpris.affiche de la série modern family saison 2Actuellement, le thème de la famille est traité via les mini-séries. Modern Family a pris un risque en tentant un format plus long (22 minutes l’épisode) car si la sauce ne prend pas sur les 2 premières minutes, tout l’épisode en pâtira.

Les épisodes sont sous forme de One Shot, ils sont linéaires et chacun se suffit à lui même. Vers le milieu de la saison, il y a quelques fois des références aux précédents, c’est assez classique au final. La scénarisation souffre de la répétition des mêmes mécaniques, situation, embarras, discussion, résolution… Modern Family n’a pas la palme de la modernité de scénarios.

Modern Family, je demande le père

Exposons l’idée initiale : il y a trois Modern Family. Jay Pritchett, joué par Ed O’neill (Marié, deux enfants, John from Cincinnati) est le père de Claire et Mitchell. Claire est la mère au foyer d’une famille traditionnelle (mariée, deux enfants) alors que Mitchell est en couple avec Cameron son petit ami homosexuel avec lequel ils ont adopté un bébé. Jay est quant à lui le père d’une famille recomposée avec une femme, Gloria, bien plus jeune que lui et son fils « Manny ».

La saison 1 montre comment tout le monde cohabite, les déboires de chacun à grand renforts de clichés en tout genre mais au final, malgré les chutes téléphonées, on mord à l’hameçon grâce au jeu d’acteur de Sofia Vergara (Gloria) et Eric Stonestreet (Cameron). Modern Family a peut-être l’effet Windows : on s’attend à avoir un produit buggé mais des fois ça marche et on est content.

Après une première saison avec un humour bon enfant (pour ne pas dire potache certaines fois), la seconde saison s’enlise. Modern Family part vers de la caricature et perd ce qui faisait sa force, les clichés. Le personnage de Ty Burrel (Phil) n’est plus le gars à coté de ses pompes mais devient totalement idiot, cela rend son personnage ennuyeux au mieux, antipathique au pire.

J’ai trouvé le casting assez surprenant. J’avais l’impression que chacun des acteurs de Modern Family a été pris individuellement mais au final, au fil des épisodes, les couples s’ancrent et sont totalement crédible à l’écran. N’ayant regardé cette série qu’en VOST (vive Netflix), j’apprécie beaucoup l’accent latino de Gloria, et la VF trahit le jeu d’acteur.

Modern Family, si moderne que ça ?

L’enjeu final de la série Modern Family est de divertir en montrant que ces nouveaux types de familles sont exactement les mêmes que le classique marié deux enfants. A grand renforts de clichés, la série réussit son pari dans sa première saison et il est vraiment plaisant de voir les acteurs à l’œuvre car ils réussissent à jouer avec finesse, les dialogues de Modern Family sont justes et n’en font pas trop. Le réel problème de cette série est la deuxième saison qui met totalement les pieds dans le plat et détruit, selon moi, la force qu’avait Modern Family. Les homosexuels deviennent presque des « folles », l’idiot de service n’est même plus crédible.

Modern Family reste une bonne série qui se positionne sur un créneau très concurrentiel sur le format court (surtout en France). Reste que Modern Family a de nombreux atouts pour sa saison 1, des clichés traités avec plus ou moins de finesse mais tenus par de bons acteurs. La saison 2, quant à elle, prend le contrepied et part dans des caricatures totales, l’accent est mis sur un comique de situation propre aux Etats-Unis. Le dernier point noir de Modern Family est d’avoir un schéma d’épisode répétitif. Ce n’est habituellement pas mon type de programme mais j’avoue y avoir gouté avec plaisir.

Voici d’autres critiques de Modern Family ici et

Critique - Modern Family saison 1 et 2
Modern Family est une comédie sur les nouveaux archétypes de familles modernes. Un format rarement utilisé pour ce type de programme. Une saison 1 rafraichissante mais la seconde part un peu trop vers l'absurde et la caricature... Dommage !
Scénario
Mise en scène
Acteurs
Image et son
On aime
  • Les acteurs / personnages attachants
  • Les clichés vus avec humour
On aime moins
  • Une saison 2 caricaturale
3.1Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)