Critique – Peur de Rien

Notre avis sur Peur de Rien, le troisième long métrage de Danielle Arbid.

Née en 1970 à Beyrouth, Danielle Arbid arrive en France à 17 ans afin d’y poursuivre des études de littérature et de journalisme. Il y a sans doute beaucoup d’elle même dans Peur de Rien, son dernier film sorti en février, qui retrace le parcours de la jeune et courageuse Lina (Manal Issa), étudiante libanaise qui débarque à Paris dans les années 90. Elle fuit les bombes qui sifflent dans son pays d’origine, mais surtout, elle veut la liberté. A tout prix. Parcours d’une jeune femme que rien n’arrête, surtout pas l’administration.

Sans peur et sans reproche

Lina n’a rien. Ni argent, ni amis, et très peu de famille. Son oncle, qui l’héberge en banlieue parisienne, va tenter d’abuser d’elle « pour rire » dira-t-il tant il est vrai que certaines personnes ont un humour particulier. Elle s’enfuit. Avec pour seules armes son audace et sa détermination. La jeune femme, en effet, n’a peur de rien et garde un optimisme et une motivation à toute épreuve. Le parcours de Lina est une histoire d’apprentissage et d’intégration, entre études, histoires d’amours et galères administratives. Et oui, son incroyable sourire et sa foi en la vie se heurtent souvent à la froideur des guichets des préfectures et autres tribunaux.affiche peur de rien

Peur de Rien c’est l’année d’une étudiante, d’une étrangère, d’une sans-papier aussi, qui va apprendre au contact des autres et au gré des rencontres. Toute l’histoire s’enroule et se déroule autour de Lina, et Manal Issa, pour son premier rôle au cinéma, porte tout le film à bout de bras.

Mes amis, mes amants

L’héroïne est jeune et belle à se damner. Elle a la moue boudeuse d’une ingénue et le regard de défi du félin prêt à se défendre. Son charme attire les regards masculins. Mais les histoires d’amour en elles-mêmes ne sont pas très importantes. Les amants de Lina seront des mentors, des guides. Il y a d’abord l’amant bourgeois et plus âgé (Paul Hamy, Mon Roi) qui l’emmène au restaurant et dans de jolis hôtels, puis le sympathique serveur / fumeur de cigarette rigolotes (Damien Chapelle) qui rêve de partir aux USA, et enfin l’étudiant militant (Vincent Lacoste). Chacun participe à l’éveil sensuel de Lina, qui est toujours en parallèle avec son intégration sociale. Elle forge aussi son expérience auprès d’une amie de fac (India Hair, Jacky au royaume des filles), royaliste de son état et sympathisante d’extrême droite. Contre toute attente, les deux filles s’entendent très bien, la gentillesse de l’une ayant raison des préjugés de l’autre. D’ailleurs son copain du moment se moquera gentiment en lui disant « en gros, ta seule amie, c’est une FAF ».lina et julien Peur de rien

Tout cela ne serait pas complet sans l’indispensable figure du professeur. Et c’est Dominique Blanc qui endosse le costume de l’enseignante en art. Charismatique, autoritaire et généreuse, c’est une alliée rêvée pour Lina. Lors des scènes dans la salle de cours, le spectateur est aussi passionné que les étudiants qui s’entassent jusqu’au milieu des allées pour assister au TD. Si la nostalgie de vos années fac vous laisse parfois rêveur, Peur de Rien sera votre petite madeleine de Proust.

C’est rock’n’roll, c’est parfois un peu long, mais ça avance au rythme effréné d’une bande-son qui tue, de soirées trop arrosées, d’images de pulls à manches chauve-souris et de bombers à doublure orange. Le délicat sujet de l’immigration est traité avec un sourire ravageur, celui d’une héroïne qui veut vivre à tout prix, même loin de son pays – la parenthèse au Liban ne fait que conforter Lina dans ses choix. Peur de Rien est un film plein de fougue qui nous révèle la superbe Manal Issa et nous fait revivre la fièvre et la folie de nos 18 ans.

Pour un autre article sur Peur de Rien je vous conseille celui du Figaro.

Critique - Peur de Rien
Un film plein d'espoir et de rock'n'roll, avec une magnifique jeune actrice.
Acteurs
Mise en scène
Scénario
Images et son
On aime bien
  • Manal Issa
  • Dominique Blanc, superbe en professeur d'art
  • Le message d'espoir et de courage
On aime moins
  • 15 min de moins et c'était la perfection
4.1L'avis
Note des lecteurs: (1 Vote)