Test – Ratchet et Clank

Le duo Ratchet et Clank, les vétérans du genre plateforme sont de retour armés d’un film et surtout d’un jeu entièrement refait en HD. Aujourd’hui attardons-nous sur le jeu vidéo.

Sorti initialement en 2002 sur la console de Sony, la PS2, le tout premier Ratchet et Clank avait été une bonne surprise pour la critique et la plupart des joueurs. La série a donc continué à évoluer au fil des années et des consoles au travers d’une dizaine de titres.

Le studio Insomniac Games, après avoir sorti plusieurs jeux bien différents comme Resistance sur PS3 ou encore Sunset Overdrive sur la dernière console de Microsoft, revient à son premier amour, la série Ratchet et Clank. Le Lombax et le petit robot sont donc de retour sur PS4. Cette nouvelle version de Ratchet et Clank est en fait le tout premier opus remis au goût du jour. On y retrouve donc des niveaux, des level-design et mêmes des ennemis datant de 2002 mais le tout a été retravaillé et remodelé pour que ça colle à notre époque.

ratchet-clank-ps4

Il est vraiment à bloc, grâce à ce bloc de vitesse

Même si on retrouve les courses d’hoverboard, notre Lombax préféré nous a aussi concocté des petites surprises tirées tout droit du film qui s’est inspiré du jeu vidéo comme le contrôle d’un vaisseau à aimant en plein dans la ville d’Aleero City. Une ville qui pourrait faire jalouser le New-York du 5e Element. Entre buildings, rails en tout genre, et nombreux véhicules volants dans les airs, la ville d’Aleero, en plus d’être magnifique, est vivante. Dommage qu’il n’y ait pas de civils ou des boutiques ouvertes pour donner plus de crédibilité à l’univers.
Il y a d’autres passages exclusifs à cette nouvelle monture, comme le contrôle d’un Jet Pack qui nous permet de se balader où l’on veut dans un des niveaux du jeu.

https://www.youtube.com/watch?v=RgM69STfImY

Et 1 et 2 et 3 cadavres, et 4 et 5 et 6 cadavres

Dans la série Ratchet et Clank, le plus important ce sont les armes et ça tombe bien puisque notre duo est accompagné d’une bonne quinzaine d’armes toutes tirées des anciens opus de la série. On y retrouve donc le Groovitron, une arme qui avait déjà fait ses marques dans l’épisode Opération Destruction. Le Groovitron a pour originalité de faire danser tout vos adversaires. Idéal pour leur tirer dessus par la suite sans se soucier des retours des blasters adverses.
Cet épisode amène avec lui également quelques nouveautés comme le Pixéliseur. Comme son nom l’indique, le Pixéliseur fait de nos ennemis des bouillis de Pixels.
On peut également être accompagné par la famille Zurkon, des robots psychopathes, qui en plus d’être efficaces sont incroyablement drôles.
En combinant tout cet arsenal, c’est un plaisir de venir à bout de nos ennemis. On peut switcher rapidement entre les armes en restant appuyé sur un triangle ou une des flèches directionnelles mais dommage qu’on ne puisse en sauvegarder que 4 dans nos raccourcis et surtout que ce système bugue  aussi souvent.

ratchet-and-clank-pixel-gun

Qu’est-ce que ça donne manette en main ?

Quand on lance le jeu, les graphismes nous frappent au visage par leur beauté. Ils sont beaux, colorés et parfaitement animés, mais il manque quelque chose à cet univers et ça se ressent quand on contrôle Clank pour la première fois. Il manque de rythme. Clank se fait poursuivre par Victor dans une course des plus lentes. Ça manque de punch et ça durant toute la première partie du jeu. Même la course d’hoverboard est horriblement lente.
Il faut attendre au moins la moitié du jeu pour prendre vraiment du plaisir à s’amuser à exécuter nos nombreux ennemis.

ratchet and clank jet pack

D’ailleurs, depuis le début, je ne parle que d’ennemis, mais où se trouve la partie plateforme ? Pour vous répondre franchement, après avoir terminé le jeu deux fois, je cherche encore. A part quelques rares passages super faciles, où l’on parcourt deux plateformes qui se battent en duel, il n’y a rien d’autre à se mettre sous la dent. Comme Knack, Ratchet et Clank est, de ce côté là, ultra décevant. Le jeu sera exclusivement tourné action.

Le problème de rythme est aussi lié à un problème d’ambiance. Alors oui, les décors sont magnifiques, mais les animations, notamment de nos alliés sont bâclées, les cutscènes sont inintéressantes, les doublages en dehors du trio principal sont loupés et surtout, les musiques sont transparentes. Je m’imaginais danser au rythme des tam-tams comme dans Jak & Daxter premier du nom ou encore chanter de la musique espagnole comme pour Beyond Good & Evil. Ratchet et Clank est malheureusement avare en musique.

Heureusement que la plastique du jeu et l’humour dévastateur rattrapent le tout, mais ce Ratchet & Clank, même s’il se relève plaisant, est entaché par une ambiance inexistante et des personnages peu attachants.

Test - Ratchet et Clank
Ratchet & Clank est malheureusement le seul jeu de plateforme sur PS4 à se mettre sous la dent. Impossible donc de passer à côté. Dommage que les développeurs se soient trop attardés sur la plastique générale tout en délaissant l'ambiance de l'univers.Faire un film en même temps que le jeu vidéo a aussi été une mauvaise idée. Ça se ressent dans les cutscènes.
Gameplay
Graphismes
Sound-design
Ambiance
Durée de vie
On aime bien
  • Le retour du genre plateforme et de personnages cultes
  • L'humour toujours aussi efficace
  • Pas de mise à jour à faire
On aime moins
  • Où sont les musiques ?
  • Et les plateformes ?
  • Et l'ambiance générale ?
3.2L'avis
Note des lecteurs: (0 Vote)
  • Brice Aulas

    En tout cas, le film était TRES mauvais… (surtout la voix de squeezie !)

    • Jofart

      Aah… je n’ai toujours pas été le voir alors que je l’ai attendu pendant très longtemps mais savoir qu’il y avait en doubleur la majorité des youtubeur de maintenant, ça ne m’a plus trop donné envie.
      Dommage qu’il soit mauvais.