Test – Total War : Warhammer

Les forces de l’Ordre doivent lutter pour éviter la Destruction dans Total War : Warhammer. De quel côté vous rangerez-vous ?

Le vieux monde est en permanence sous les feux de la guerre : les Orques assaillent sans relâche les forteresses séculaires des Nains qui luttent pour restaurer leur patrimoine. A l’est, la menace des Morts-Vivants se fait de plus en plus pressante contre les humains de l’Empire qui doivent faire face à des querelles de succession suite à l’élection de Karl Franz au titre d’Empereur. Alors que le sang coule à flot, les vents du Chaos soufflent de plus en plus fort, prophète de l’arrivée d’Archaon, le Seigneur de la fin des temps. Protègerez-vous le monde ou le précipiterez-vous à sa perte dans Total War : Warhammer ?

Totalwarwarhammer-poster

Total War : Warhammer, deux licences usées ?

Les jeux vidéo sur l’univers de Games Workshop se sont succédés au fil des années, avec plus ou moins de succès comme la licence Dawn of War. Cette fois, c’est la licence Total War qui fusionne avec le célèbre jeu de figurine Warhammer, pour le meilleur et pour l’empire euh… le pire ?

Totalwarwarhammer-vampires

De toutes les races (DLC compris), ma préférence restera les Comtes Vampires.

Le concept de Total War est respecté : on construit des bâtiments pour accroître son économie dans les limites de la province afin de financer la formation de ses armées, conquérir les territoires adverses ou nouer des alliances. Je ne vais pas m’attarder sur le gameplay existant mais seulement parler des modifications qui apportent un vent de fraîcheur au genre Total War.

En tant que joueur, les terrains que vous pouvez conquérir dans Total War : Warhammer dépendent de la race avec laquelle vous jouez : si vous jouez les Orques, vous ne pouvez mettre la main que sur les terres des Nains – et vice-versa. Ce changement peut indigner les puristes du genre, mais personnellement je trouve que cela oblige à bien choisir ses adversaires en début de partie et planifier correctement sa gestion.

Total War : Warhammer, des héros pas zéro

La magie fait également son apparition et elle peut s’avérer redoutable sur le champ de bataille, mais le héros mage occupera l’un des vingt espaces d’unité que peut contenir une armée. A vous de faire le bon choix mais personnellement, j’ai toujours un magicien dans mes rangs pour appuyer mes troupes ou affaiblir les unités adverses. Puisque je parle des héros, Total War : Warhammer propose une nouvelle interface de gestion des niveaux de vos héros… Et selon la race, vous n’aurez pas nécessairement les mêmes talents. Par exemple, les Vampires ont un accès automatique à la magie noire et vampirique mais libre à vous de les orienter « brute du champ de bataille » ou encore maximiser l’efficacité de vos troupes. Des objets magiques (armes, armures, objets cabalistiques), récupérés sur les champs de bataille, ajoutent un impact à vos héros pour les rendre encore plus terrifiants durant les combats. Pareillement, les suivants ajoutent des bonus pouvant aller de l’économie à la récupération des troupes en passant par l’arbre technologique… Voire même des bannières que vous pouvez donner à une unité pour optimiser encore d’avantage son impact… N’est-ce pas génial de donner une bannière donnant des attaques enflammées à votre unité de cavalerie lourde ?

L’autre nouveauté – et pas des moindre non plus – est l’apparition des unités volantes… Et elles sont sacrément utiles pour contourner rapidement les unités adverses ou survoler les murailles… mais attention, l’IA est relativement agressive et risque de riposter… à vous d’en tirer avantage pour les attirer dans un piège en faisant attention aux tirs.

totalwarwarhammer-strategic-map

Là, ça se présente bien, mais ce n’est pas toujours le cas avec l’agressivité de l’IA

Le problème de l’IA est qu’elle est extrêmement agressive durant la phase de gestion et s’emploiera systématiquement à vous mettre des bâtons dans les roues par du sabotage, des assassinats ou un affaiblissement de vos troupes.

Total War : Warhammer, la culture de la différence.

Cerise sur le gâteau, chacune des factions – quatre disponibles à la sortie du jeu, davantage avec les DLC – possède des unités propres à chacune des races, comme dans le jeu de figurine Warhammer. Cela change des précédents titres Total War où les unités d’une faction à l’autre n’étaient que des copier/coller. Les arbres technologiques sont également différents : par exemple, les Nains y ont accès dès le début alors que l’Empire a besoin de construire des bâtiments spécifiques pour accéder aux diverses branches (cavalerie, artillerie, etc.).

totalwarwarhammer-battle-map

Total War : Warhammer ne serait pas totalement complet sans un assaut de forteresse en bonne et due forme !

Chacune des races à ses spécificités : les Orques, par exemple, ne craignent pas les terres arides et ne souffrent pas de l’attrition contrairement aux autres races, ou encore, les morts-vivants ne peuvent évoluer en tout sécurité que dans des terres hantées (corruption vampirique) qui sont toxiques aux autres peuples de Total War : Warhammer. Certes, cela correspond parfaitement à l’univers de Games Workshop mais cette insertion dans l’univers Total War est une bonne réussite. Du coup, jouer chaque faction apporte un défi différent à chaque partie.

Total War : Warhammer, un jeu en kit…

Le plus gros échec de Total War : Warhammer, c’est la culture des DLCs… Quatre races lors de la sortie du jeu, cinq avec le Chaos si vous l’aviez précommandé. C’est trop peu mais ça passerait encore si les races supplémentaires n’étaient pas payantes ou alors à moins de 5€… La faction du chaos est certes disponible à moins de 5€, mais si vous voulez les Hommes Bêtes ou les Elfes Sylvains, c’est 17€ la race… et je ne parle pas des unités supplémentaire pour les races existantes (Nains et Orques, Empire et Comtes Vampires), disponibles à 10€ le pack ! Une pilule très difficile à avaler qui rebute et dégoûte du jeu… mais tellement dans l’esprit Game$ Work$hop.

Pour terminer, je dirais que Total War : Warhammer est un bon jeu de stratégie où il faudra un petit temps d’adaptation pour se faire au nouveau gameplay apporté. Fort heureusement, la communauté est très active et propose régulièrement sur le steam workshop des « mods » pour pallier à certains problèmes, comme l’hyper-agressivité de l’IA ou l’impossibilité de conquérir l’intégralité de la carte. Non, le plus gros problème de Total War : Warhammer à mon humble avis, c’est que les éditeurs (très certainement poussés par Game$ Work$hop) nous prennent pour des vaches à lait. A 50€ le jeu et pratiquement autant pour obtenir la copie complète, c’est vraiment nous prendre pour des cons.

Et un petit lien vers le site officiel du jeu.

Un lien (anglophone) d’un forum pour glaner des informations et stratégies utiles.

Test - Total War : Warhammer
Total War : Warhammer est un bon jeu de stratégie dans l’esprit des deux licences et les nouveautés apportées sont les bienvenues pour la variation de gameplay. Malheureusement, l’IA n’est pas au rendez-vous et la stratégie commerciale gangrène fortement l’intérêt du joueur que je suis.
Durée de vie
Graphismes
Sound-design
Ambiance
Gameplay
On aime bien
  • Le système de héros et la magie
  • Des races vraiment uniques
  • Une communauté active
On aime moins
  • Une IA faiblarde et très agressive
  • Les DLCs bordel !
  • Seulement quatre factions de base
3.9L'avis
Note des lecteurs: (0 Vote)