Critique – Comme des Bêtes

Notre avis sur Comme des Bêtes, le film d’animation franco-américain qui nous fait vivre 24h de la vie d’un petit chien et de sa bande de potes.

Les studio d’animation Illumination Entertainment sont de retour avec Comme des Bêtes (en VO, The Secret Life of Pets), réalisé par Chris Renaud (Moi, Moche et Méchant) et Yarrow Chenay (Puppy, et le prochain Grinch). A l’instar de Zootopie, sorti en juin dernier, le film donne la parole à nos compagnons à poils, plumes et autres écailles. Ici les humains l’ont aussi et font de brèves apparitions dans cette histoire qui se déroule sur 24 h dans les rues de New York. Comédie pleine de mordant ou simple divertissement enfantin ? Réponse ici.

Chien de bonnes manières

Dans Comme Des Bêtes, Max est un jeune terrier (ou peut-être un Jack Russell ?) à poil ras qui vit à New York chez son humaine, la jolie Katie. Tout est merveilleux, jusqu’au jour où la jeune femme revient de la fourrière avec un nouveau compagnon à poils. Il s’appelle Duke, il fait la taille d’un percheron et Max veut s’en débarrasser au plus vite. C’est le début d’une trépidante journée dans la Big Apple, où les animaux de compagnie sont livrés à eux-mêmes. Et la joyeuse troupe s’en donne à cœur joie dès que les humains passent la porte : le caniche un peu snob qui écoute du gros métal quand il se retrouve seul est juste excellent. affiche comme des bêtes

On commence donc plutôt pas mal avec un portrait des différents amis de Max, parmi lesquels on compte bien entendu des chiens mais aussi une chatte qui mange plus que ses maîtres, un hamster qui hante les conduits d’aération et un petit oiseau exotique jaune et vert. Les réalisateurs ont joué à fond les cartes  « qui se ressemble s’assemble » et « les contraires s’attirent » pour nous faire sourire devant les duos maître/animal. Et ça marche bien. Les présentations faites, il faut entrer dans le vif du sujet. Max veut se débarrasser de Duke. Mais voici que la fourrière s’en mêle et nos deux héros sont embarqués. Ils atterrissent bientôt dans un repaire de voyous patibulaires dont le chef est un adorable petit lapin blanc. La véritable histoire peut commencer : il faut sauver Max et le ramener chez lui au plus vite.

L’aventure bon enfant

L’originalité de Comme des Bêtes vient de la grande diversité des personnages, et surtout des paradoxes : un mignon petit lapin en chef de bande assoiffé de vengeance, une chienne esquimau experte en combat rapproché. Les graphismes sont évidemment impeccables avec une mention spéciale aux scènes de rues. La ville de New York possède à la fois le gigantisme qu’on lui connaît et le charme fou d’un petit village à travers la caméra de Renaud et Chenay. On suit donc nos protagonistes avec un certain plaisir et à un rythme soutenu, malgré une fin complètement téléphonée (mais, franchement, on ne s’attendait à aucune surprise de ce côté-là). Les doublages en VF sont très réussis et on retrouve, dans les rôles de nos animaux vedettes : Philippe Lacheau (Babysitting 2), Florence Foresti, Willy Rovelli ou encore Dorothée Pousséo (mais si, vous connaissez cette voix, elle double très souvent Margot Robbie et Anna Faris)comme des bêtes

Malgré ces points positifs, Comme des Bêtes ne laisse pas de trace. La faute à un groupe de personnages super cool mais dont aucun ne sort du lot, à une intrigue qui fait sourire mais jamais rire aux éclats et peut-être aussi à une grande similitude avec Toy Story, dont on pourrait penser qu’il s’agit d’une version avec fourrure. Aussi sympathique et rythmé soit-il, le film ne restera pas dans les mémoires. Enfin, celles des adultes surtout, car je pense que les enfants vont adorer et vous réclamer un chat ou un iguane avant la fin du générique.

Pour un autre article sur Comme des Bêtes, je vous conseille celui du Figaro. Et voici la bande-annonce :

Critique - Comme des Bêtes
Un film sympathique qui fait du bien au moral mais qui va vite s'oublier.
Scénario
Mise en scène
Personnages
Doublage
On aime bien
  • Sympathique dans l'ensemble
  • Supers doublages en VF
  • La représentation de New York
On aime moins
  • Pas de véritable "héros"
  • Le film ne reste pas en mémoire
3.0L'avis
Note des lecteurs: (1 Vote)