Critique – Tout pour être heureux

Tout pour être heureux est le deuxième long métrage de Cyril Gelbat (Les Murs porteurs en 2008), un film touchant qui mérite d’être vu. En voici notre critique.

Tout pour être heureux n’est autre que l’adaptation du roman de Xavier De Moulins (journaliste sur M6) Un coup à prendre. Cette chronique familiale douce-amère servie par Manu Payet, Audrey Lamy et Aure Atika est sortie en salle depuis le 13 avril et mérite que vous y jetiez un œil.

Affiche du film Tout pour être heureux - Cyril Gelblat

Un film juste et émouvant

Ils ont tout pour être heureux et pourtant, ils vont se séparer. Antoine (Manu Payet), bientôt quadra, dilettante, égoïste est un ex-batteur qui évolue tant bien que mal dans l’industrie du disque. Il est plus occupé à chercher l’artiste et le succès qu’une certaine Angélique (Joe Bel) semble incarner, plutôt que de consacrer du temps aux siens. Il oublie sa famille, néglige sa femme Alice (Audrey Lamy) et ses filles Raphaèle et Léonor, respectivement âgées de 5 et 9 ans. A force d’engueulades, de portes qui claquent et de non-dits, ce qui devait arriver arrive. Après dix ans de mariage, le couple finit par se séparer. Antoine retrouve sa liberté, flirte avec une jeune fille, pendant qu’Alice décide de mettre les voiles quinze jours durant et de confier les filles à leur papa. Infantilisé par sa femme, Antoine va se retrouver en terre inconnue. Il va devoir gérer le quotidien tout en se démenant pour faire produire le disque d’Angélique, jeune chanteuse en qui il croit. Prenant conscience de tout ce qu’il a raté et soutenu par sa sœur Judith, (Aure Autika) Antoine va se transformer. Auparavant incapable d’assumer son rôle de père à l’intérieur du noyau familial, il va finir par devenir un véritable papa poule. Taraudé par la nostalgie de sa liberté de célibataire, c’est la nostalgie de sa vie de famille qui le tourmentera peu à peu. Antoine gagnera en sagesse et en maturité et surtout en complicité avec ses filles.

Un film réaliste sans être plombant

Loin des clichés un peu mièvres et des stéréotypes, Tout pour être heureux montre, avec humour et tendresse, un couple usé par la routine du quotidien, qui se sépare comme tant d’autres. Et oui, à en croire les statistiques, près de 20% des couples divorcent après dix ans de mariage. Au-delà de la perte et du bouleversement qu’elle génère, ce film montre aussi qu’une rupture est parfois nécessaire pour se découvrir et (re)découvrir les autres, y compris ses proches. Tout ne repose que sur les relations que l’on à l’autre, aux autres. La relation d’Antoine avec les femmes, sa femme d’abord, puis avec sa sœur et ses filles sont particulièrement intéressantes.

Tout pour être heureux - Manu Payet

Bien plus qu’une séparation, ce film évoque ce qui fait qu’un couple peut en arriver là. A ce titre, il met en avant le peu de place que les femmes parfois concèdent à leur conjoint, surtout une fois devenues maman. Alice a infantilisé Antoine en ne lui laissant pas prendre la place qui lui revenait auprès des enfants, en lui faisant des reproches tout en se substituant à lui. Heureusement, Antoine peut compter sur le soutien tant financier que moral de sa sœur. Cette sœur dont il s’était éloigné et qu’il redécouvre dans l’épreuve, ces liens fraternels qui vont l’aider à se reconstruire. Les liens du sang également. Avec ses filles, Antoine prendra conscience qu’il a tout raté, mais il va se rattraper et leur concéder leur place qui est la leur. Tout pour être heureux aurait pu être pesant, mais c’est un film résolument moderne. Et oui, un couple, malgré les épreuves qu’il traverse et une fois la colère passée, peut rester complice. Tout pour être heureux aborde la séparation d’un couple, l’éclatement d’une famille de manière très positive.

Un film servi par des acteurs justes et une bonne bande originale

Que serait un film sans acteurs et actrices ? Pas grand chose c’est certain. Dans Tout pour être heureux, ils sont tous très bien. Manu Payet est parfait dans le rôle du quadra adolescent qui va devoir enfin assumer ses responsabilités. Audrey Lamy (sœur d’Alexandra Lamy) incarne merveilleusement bien la femme lasse de tout porter. Quant à Aure Atika, elle est la grande sœur que l’on aimerait tous avoir. Mention spéciale aussi Rafaèle Gelblat (tiens, tiens, ce nom me rappelle quelque chose…) dans le rôle de Rafaèle et à Jaïa Caltagirone dans celui de Léonor. Elles sont à croquer !

Enfin j’aurai été complète lorsque je vous aurai parlé musique. Et oui un film peut marquer pour son histoire, ses acteurs et actrices, ses plans, ses images, ses dialogues, mais aussi pour sa musique. Et en l’espèce, j’ai découvert Joe Bel qui joue et chante. Elle incarne Angélique, celle qui sauvera Antoine de sa tourmente professionnelle. Joe Bel écrit, compose et arrange une musique aux racines profondes, une pop chaude à l’âme folk et hip-hop, grave et légère à la fois. Évidemment elle chante sur la B.O. du film que je vous invite à découvrir sans plus tarder ici.

Le printemps se faisant attendre, allez au cinéma, il y a Tout pour être heureux !
Retrouvez la bande annonce ici et le livre réédité aux Éditions du Livre de Poche par là.

Critique - Tout pour être heureux
Antoine, bientôt quadra, dilettante, égoïste et insatisfait, ne s’est jamais réellement senti investi d’une mission pour s’occuper de ses filles, âgées de 5 et 9 ans. La famille va imploser.
Acteurs
Mise en scène
Scénario
Images et son
On aime bien
  • La bande originale du film et la voix de Joe Bel, une jolie découverte !
  • Le jeu des acteurs et actrices, tout en subtilité et en émotion
  • Le traitement moderne et avec humour de l'implosion d'une famille
On aime moins
  • Je cherche et je reviendrai plus tard...
4.1L'avis
Note des lecteurs: (0 Vote)