Critique – Mercy Thompson tome 7 : La Morsure du Givre – Patricia Briggs

Critique du 7ème tome des aventures de Mercy Thompson : La Morsure du Givre, de Patricia Briggs

Avec La Marque du Fleuve, on quitte une Mercy Thompson qui en sait un peu plus sur ses origines et qui est mariée à l’Alpha de la meute de loups-garous du coin. Ce tome est également marqué par la rencontre de notre garagiste et changeuse avec son père biologique, Coyote. Avec La Morsure du Givre, on retrouve l’univers de Mercy semblable aux tomes antérieurs à La Marque du Fleuve.

 

Mercy Thompson tome 7 - La Morsure du Givre - Patricia Briggs

Début de l’histoire

Au début de La Morsure du Givre, on retrouve Mercy et Jesse, sa belle-fille, au centre commercial pour faire les soldes, et surtout pour changer les idées de la jeune fille qui a appris qu’elle ne pourrait pas voir sa mère pour Noël. Sur la route pour changer de magasin, Jesse pose une question à Mercy, une question qui la tétanise et qui provoque donc une choc avec la voiture de devant. Incident sans grandes conséquences, excepté pour la voiture, qui oblige alors Mercy à contacter quelqu’un pour la ramener. Mais elle n’arrive à joindre personne et trouve un étrange message vocal de Bran sur son portable. Elle essaie de contacter Adam par l’intermédiaire du lien de meute mais ressent une inhabituelle rage et de la douleur… On le torture…

Quel est donc ce « on » ? Pourquoi personne n’est joignable ? Et  pourquoi Bran a-t-il cherché à la contacter ?

Univers des loups

Dans La Morsure du Givre, on retrouve l’univers des loups dont toute la meute est menacée par ce « on ». Patricia Briggs nous offre de nouvelles informations sur le fonctionnement d’une meute : à savoir qu’une meute comporte toujours un loup soumis pour un bon équilibre de celle-ci ainsi qu’un petit rituel à réaliser avec un autre loup dominant.

Ainsi, le lien de meute est davantage développé, notamment parce que Mercy fait partie intégrante de la meute et que l’histoire, étant de son point de vue, nous permet également d’en savoir plus. Le lecteur découvre alors que le lien ne permet pas uniquement de ressentir les choses comme cela a pu être exploré dans les tomes précédents. De plus, celui-ci va avoir un rôle important pour sauver la meute et Mercy va savoir l’exploiter d’une autre manière, révélant encore une autre facette du lien de meute si particulier.

Grâce à ce lien et son nouveau statut, Mercy prend encore plus d’assurance dans ce tome, prenant également en compte le sens du devoir qui incombe à un chef de meute, ou à un adjoint dans son cas.

D’autres personnages évoluent aussi au sein de la meute comme Ben qui est mis en avant. C’est un personnage qui a déjà eu quelques passages importants au cours des aventures de Mercy, éléments clés à la compréhension d’une situation dans Le Baiser du Fer par exemple. Dans La Morsure du Givre, le côté loup et son caractère particulier sont étoffés. De même, on en découvre un peu plus sur l’Alpha de la meute, Adam, à travers le récit de certains de ses souvenirs et de certaines descriptions nous permettant d’avoir son ressenti. De plus, un nouveau personnage loup fait son apparition, un personnage énigmatique et ambigu qui se révèle aussi dangereux qu’attachant.

Les autres univers de Mercy Thompson

Mais les vampires, les faes et les esprits ne sont pas non plus en reste dans ce tome.

En effet, le monde des esprits y fait une apparition au travers des rêves de Mercy dans un desquels elle a une conversation avec son père, Coyote, ou encore lors d’un passage de La Morsure du Givre mêlant la faculté de Mercy à parler aux esprits et la magie des loups lorsque l’esprit en question s’avère être un loup. D’autres capacités de Mercy sont également développées puisqu’au lieu de simplement sentir la magie, elle finit par pouvoir la voir grâce à l’aide de Coyote, capacité qui s’avère primordiale lors d’une bataille dans ce 7ème tome.

Le monde des faes est également présent grâce à Tad, demi-fae, qui joue un rôle important dans cette histoire ainsi que quelques artefacts faes et des sorts abordant une nouvelle fois les différents types de magie, magie d’objets et magie par les sorts.

Enfin, le monde des vampires fait aussi parti intégrante de La Morsure du Givre, notamment parce que ceux-ci pourraient jouer un rôle dans la situation de la meute de loups. On y retrouve également certains personnages vampires comme Stefan, Marsilia, mais aussi Wulfe, personnage toujours énigmatique et dangereux qui prend un peu plus de place dans ce tome. D’autres vampires révèlent aussi de nouveaux pouvoirs et une nouvelle manière de fonctionner entre différents clans, une nouvelle coutume, à savoir les défis.

Style et Intrigue

La Morsure du Givre met en scène une conspiration mêlant des adeptes et des anti-loups-garous, de la politique et de la conquête de territoire, le tout agrémenté d’un savant mélange des différents univers créé par Patricia Briggs. C’est un tome qui diffère donc du précédent, La Marque du Fleuve, mais dont l’ambiance est plus proche de celle des livres antérieurs. Ainsi, des petits rappels relatifs aux premiers tomes sont effectués dans La Morsure du Givre mais uniquement ceux nécessaires aux aventures de Mercy, à savoir surtout quelques événements du Grimoire d’Argent, ce qui permet de mieux se concentrer sur la présente histoire.

Ces aventures s’accompagnent parfois d’une atmosphère qui peut sembler pesante, mais Patricia Briggs sait nous fournir quelques instants de légèreté grâce à la relation entre nos deux protagonistes, passages situés entre les nombreuses scènes de description de combat, de souvenirs et de magie.

Un élément novateur de La Morsure du Givre est la présence de quelques passages du point de vue de l’Alpha de la meute qui raviront les fans d’Adam et qui permet de le voir sous un autre angle. Ces récits nous offrent ainsi quelques nouvelles informations concernant ce personnage, mais aussi sa relation avec Mercy. On peut alors découvrir comment il voit les choses lorsqu’un esprit se présente face à Mercy, esprit qu’il ne peut donc pas voir.

Au contraire, certains événements peuvent être attendus (comme un esprit que Mercy va voir, sachant qu’il est mort quelque temps auparavant), mais le lecteur ignore la teneur des événements et les conséquences qu’ils peuvent avoir sur le reste de l’histoire, ce qui n’affaiblit en rien le souhait de continuer la lecture.

La Morsure du Givre est un bon tome dont vous pouvez retrouver d’autres avis ici et ici.

Critique - Mercy Thompson tome 7 : La Morsure du Givre - Patricia Briggs
Tome réunissant tous les aspects des univers de Mercy Thompson, enrichi d’informations, d’objets et de quelques personnages.
Style
Intrigue
Personnages
On aime bien
  • L’ambigüité de certains personnages
  • Le sens du devoir de Mercy
  • Les passages du point de vue d’Adam
On aime moins
  • Un peu moins d’action
4.3L'avis
Note des lecteurs: (0 Vote)
  • Titre : La Morsure du Givre
  • Année de sortie : 2014
  • Maison d'édition : Milady
  • Synopsis : Pour Mercy Thompson, mariée depuis peu à Adam Hauptman, charismatique Alpha de la meute locale, Thanksgiving aurait dû être une fête paisible en famille. Elle était loin d’imaginer que faire du shopping avec sa bellefille Jesse risquait de virer au cauchemar. Et pourtant, lorsqu’elle ne parvient pas à joindre Adam par téléphone, ni aucun membre de la meute, la jeune femme sait que tous ceux qu’elle aime courent un grave danger. Aidée par des alliés improbables, Mercy va devoir une fois de plus voler au secours des siens.
  • Auteur : Patricia Briggs
  • Nombre de pages : 408