Critique – 007 Spectre

Le plus célèbre des espions anglais reprend du service et fait resurgir les spectres de son passé. Les critiques saluent la qualité du dernier James Bond de Sam Mendes. Est-ce un sans-faute pour 007 ?

Comment reconnaitre un bon d’un mauvais James Bond ? Dans un bon, 007 voit le méchant, il tire. Dans un mauvais, il voit le méchant, bon il tire. La tâche est difficile. Concéder les qualités mais aussi les défauts d’une des plus vielles franchises du cinéma demande-t-il une main légère ? Spectre n’en a pas besoin. Ce sera un avis unanime et élogieux pour ce dernier James Bond.

The name’s Bond, James Bond

007 découvre qu’une organisation est derrière les évènements récents : Le Chiffre (Casino Royal), Mr.White – Dominic Greene (Quantum of Solace) et Raoul Silva (Skyfall) sont tous membre d’une organisation portant le nom de Spectre. A sa tête, un certain Franz Oberhauser. James Bond, plus que jamais seul – la section «double-zéro» étant sur le point d’être remplacé par l’Intelligence Service – va tenter de démembrer la pieuvre qui le hante depuis tant d’années.

007 Spectre Sam Mendes James Bond 2015 affiche

Nous retrouvons bien sur Daniel Craig pour son 4ème et avant-dernier film en temps qu’espion pour sa majesté. Nous retrouvons Sam Mendes à la réalisation, mais aussi des visages qui sont maintenant connus de la franchise : Ralph Fiennes dans le rôle de M, Ben Whishaw pour Q, Naomie Harris pour Eve Moneypenny et Rory Kinnear en Bill Tanner. Les nouveaux au casting pour Spectre : Christoph Waltz (Franz Oberhauser), Léa Seydoux et Monica Bellucci en « James Bond girl ». Déjà démontré sur Skyfall, Sam Mendes a su mettre en avant son style scénaristique dans l’ambiance et la mise en scène. Il continue cet effet ici, les prise de vues sont réfléchies, les travelings magnifiques. Les jeux de lumières, les décors, la musique, tout est pensé pour coller au maximum au ton du « nouveau style » James Bond. Un style sans gadgets à gogo, plus centré sur son personnage central, ses doutes, ses faiblesses.

Ernst Stavro Blofeld encore est toujours !

Un James Bond, c’est des gadgets, de belles voiture, des James Bond Girls mais surtout un méchant. Spectre ressort des placards Ernst Stavro Blofeld, le plus grand ennemi de l’agent anglais, facilement reconnaissable avec son chat blanc. Directement ou indirectement déjà impliqué dans 11 des films précédents, il convient quand même de développer l’intrigue autour du personnage. Et qui de mieux que l’excellent Christoph Waltz pour endosser ce rôle. A la fois attachant par son visage et son attitude, nous le connaissons aussi bien sadique qu’horrible. Il sait rester dans l’ombre et remuer les plaies ouvertes avec assez cruauté pour infliger des dégâts sans se faire prendre. Il attaquera 007 sur deux fronts : son passé, notamment développé dans Skyfall et son présent avec la manipulation planétaire du renseignement. Sujet récemment au centre d’intrigues comme la série Homeland, nous pouvons sérieusement nous préoccuper de cette situation, surtout après les révélations de Snowden. Encore une fois, pour infiltrer le MI6, qui de mieux qu’un personnage que l’on sait espiègle et sadique, j’ai nommé : Andrew Scott, le James Moriarty de la génialissime série Sherlock.

007 Spectre Sam Mendes James Bond 2015 daniel graig

Pour épauler Bond, deux frenchies, qui confirme la place de la gent féminine dans la franchise et surtout son pouvoir sur l’agent. Malgré une apparition brève, Monica Bellucci saura montrer un visage mûr et fort. La palme revient quand même à Léa Seydoux qui, à mon avis, tire vraiment son épingle du jeu. Fine et persévérante dans ses pensées elle ne tombera pas (directement) dans les bras de l’agent. Elle saura montrer l’humanité de l’espion et peut-être le dissuader de rendre son permis de tuer ?

Spectre est l’aboutissement final (ou veut nous le faire croire) de la montée en puissance des quatre derniers films avec Daniel Graig. Un super vilain qui contrôle astucieusement ses pions depuis des années attaquant sur plusieurs fronts. Avec un casting magnifiquement orchestré et une mise en scène mêlant scènes d’actions, traveling et lumière, ce long-métrage pourrait-il détrôner Casino Royal ?

Si vous voulez en savoir plus sur Spectre de Sam Mendes je vous propose les liens suivants :
http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/007-Spectre-Inegal-rouille-ou-inventif-James-Bond-divise-la-critique
http://www.lefigaro.fr/cinema/2015/10/23/03002-20151023ARTFIG00019–spectre-la-critique-britannique-salue-un-james-bond-flamboyant.php

Critique - 007 Spectre
Spectre est une superbe réalisation de Sam Mendes.
Acteurs
Mise en scène
Image et son
Scénario
On aime bien
  • Le scénario bien fait
  • Le jeu d'acteur
  • L'action, mais pas trop
On aime moins
  • Christoph Waltz enfermé dans ce type de rôle?
4.0L'avis
Note des lecteurs: (3 Votes)
  • Anne-Laure

    Je suis également plus partagée sur ce James Bond. Si Daniel Craig fait toujours un excellent Mister Bond, Spectre m’a moins convaincue que Skyfall. Au final, l’apparition de Monica Bellucci est ultra rapide et n’a pas un intérêt énorme… Autant Javier Bardem en grand-méchant-qui-fait-peur était nickel autant Christoph Waltz, s’il joue bien, n’est finalement pas assez méchant.
    Tout comme Lucile, j’ai trouvé la scène d’ouverture vraiment réussie. Cette ambiance, avec la fête des morts, l’hélico, le canapé .. quand on commence le film de cette manière ça laisse présager de bonnes choses. Malgré tout le soufflé retombe un peu par certains moments.
    Et puis il y a un élément qui m’a quelque peu dérangée (attention, possible spoiler), c’est cette liaison très forte entre James et Léa Seydoux. La fin ne colle pas avec l’image d’éternel célibataire tombeur qu’est James Bond. A croire que désormais le petit James tombe amoureux toutes les 15 secondes. ça a même tendance à faire perdre de la force à ce qu’il a pu vivre avec Vesper, le grand amour de sa vie.
    Bon, je critique je critique mais au final ce film reste un excellent divertissement ponctué d’humour.

  • Lucile Malargé

    C’est presque une contre-critique que j’ai envie de poster ici. Pour moi, les James Bond de Mendes se divisent en deux catégories : ceux qui innovent, et les autres. Casino Royale et Skyfall innovent, avec un James Bond vraiment humain (Casino Royale) voire fragile (Skyfall). Spectre est dans le parfait alignement de Quantum of Solace : basique.
    Niveau réal, oui c’est bien filmé, oui les travellings sont beaux. Niveau photographie, je suis moins conquise comparée à CR. Dans l’ensemble, j’ai trouvé Spectre très conventionnel. Excepté la scène d’exposition, en hélicoptère, la plus réussie de tout le film pour moi.
    Niveau casting… aie. Certains se moquaient gentiment de Bérénice Marlohe pour son apparition express. Monica Belluci, c’est encore pire. Elle ajoute une goutte de glamour, et repart aussi vite qu’elle est arrivée (et je ne parle même pas de cette scène de baiser aussi embarrassante qu’inutile). Je suis d’accord quant au commentaire sur Christopher Waltz, on l’a déjà vu interprété ce type de personnage, même si personnellement, je trouve qu’il n’a pas l’allure de Mads Mikkelsen ou Javier Bardem. Mais alors Léa Seydoux… En voyant La Belle et La Bête, j’ai eu des gros doutes quant à ses qualités d’actrice, mais là c’est confirmé. Son personnage est présent et utile, c’est bien pour une James Bond Girl, mais l’actrice en elle-même est fade, je n’en démord pas. Moche, non, juste transparente.
    Pour moi, Spectre n’innove pas parce qu’il n’invente rien. J’ai déjà vu ce scénario, j’ai déjà vu ce James Bond, j’ai déjà vu des scènes d’action aussi impressionnante. Y a que la DB-10 que j’avais jamais vu, mais tout le tinfouin autour de la nouvelle Aston faite spécialement pour Spectre ne servait vraiment pas à grand chose. J’ai juste vu 30 millions de super car foutu en l’air moi.
    Bref, moi j’ai pas aimé. En note, j’aurai tout juste mis la moyenne.
    Mais bonne critique quand même 🙂

  • Marilyne breant

    Mais tu es le premier à dire du bien de Léa Seydoux en james Bond Girl, qui selon les premiers échos, est « inexpressive et inutile » (j’ai aussi entendu « moche » mais ça, c’est pas très constructif)

    • Benoît Decoopman

      Inutile, non. Elle a un rôle à jouer. Inexpressive, c’est aussi partie du jeu et comme je le disais, ne tombe pas directement dans les bras de James. Moche, bon c’est une histoire de goût 😀

    • http://camillelatouche.com/ Camille LATOUCHE

      Hors sujet :
      Léa Seydoux bénificie d’appuis de choix pour sa carrière. De là à dire qu’elle est inexpressive, à part l’acteur d’Arrow pour qui s’est « incapacitant », je trouve que c’est un peu pousser mémé.

  • http://camillelatouche.com/ Camille LATOUCHE

    Hello, belle critique. Cependant, selon ton paragraphe, Monica Bellucci est française or ce n’est pas le cas. L’ex femme de Vincent Cassel est italienne.