Glacé – Tome 1 – Bernard MINIER

Bernard Minier signe un thriller à vous glacer le sang. Glacé sera également l’occasion de découvrir Martin Servaz, flic atypique. En voici la critique.

Vous aimez les thrillers et vous ne connaissez pas ceux de Bernard Minier ? Qu’à cela ne tienne, je vais tenter de vous donner envie. Bernard Minier est un auteur français de roman policier. Il a grandi dans la région Sud-Ouest avant s’exiler un an en Espagne, pour finir par s’installer en région parisienne (et oui, personne n’est parfait !). Il a d’abord travaillé dans l’administration des douanes avant de franchir le pas et de s’adonner à sa passion, l’écriture de roman.

Et j’avoue qu’il a bien fait, pour preuve depuis début février il a intégré « La Ligue de l’imaginaire ». Respect !
Créée le 18 décembre 2008 à Paris, la Ligue de l’imaginaire est un collectif d’auteurs et scénaristes regroupant notamment Barbara Abel, Patrick Bauwen, Maxime Chattam, Franck Thilliez, Bernard Werber… Se considérant comme héritière d’auteurs tels qu’Alexandre Dumas, Jules Verne, Stephen King, Jorge Luis Borges, Umberto Eco… qui sont le dénominateur commun de l’imagination dans la littérature, « La Ligue de l’imaginaire » entend promouvoir et défendre les littératures de l’imaginaire et leur redonner leurs « lettres de noblesse ». Elle souhaite également rappeler que la littérature n’est pas seulement le mot, la phrase, mais qu’elle peut aussi être une trajectoire, celle du lecteur et d’un livre vers l’ailleurs. C’est donc ce collectif que Bernard Minier a rejoint le 5 février dernier.

Couverture du roman Glacé de Bernard Minier

Glacé, le roman de Bernard Minier qui va vous faire froid dans le dos…

En 2011, Bernard Minier publie son premier roman, GlacéSalué par la presse, ce thriller a très vite connu un large succès public. Il a été traduit dans une dizaine de langues, dont l’anglais. Il rencontre le même succès dans plusieurs pays européens. Pour son premier roman, Glacé, Bernard Minier a reçu le Prix du meilleur roman francophone au Festival polar de Cognac. Pas rien, tout de même !

Glacé met en scène le commandant Servaz, un policier de Toulouse profondément humain et lettré, confronté à une série de crimes aussi épouvantables qu’incompréhensibles dans les Pyrénées au cœur de l’hiver.

L’action se déroule dans une vallée encaissée des Pyrénées. C’est l’hiver. Les tempêtes de neige sont fréquentes. Au petit matin d’une journée glaciale de décembre, les ouvriers d’une centrale hydroélectrique d’Arruns située à 2000 mètres d’altitude et uniquement accessible en téléphérique, découvrent une scène de crime troublante et particulièrement morbide. Le corps sans tête d’un cheval est accroché à la falaise. La centrale est située à proximité d’un centre psychiatrique de haute sécurité où sont enfermés de dangereux fous et criminels, l’institut Wargnier. Ce même jour, une jeune psychologue y prend son premier poste. Le commandant Servaz, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier l’enquête la plus étrange de toute sa carrière.

Glacé, une ambiance à vous faire frissonner…

Furieux de devoir lâcher son enquête en cours sur le meurtre d’un SDF, le commandant de police judiciaire, Martin Servaz, est saisi de l’affaire. La mise en scène du crime l’impressionne et le fait penser à l’œuvre d’un esprit dérangé… L’enquête révèlera très vite que le cheval, un magnifique pur-sang, appartenait à Éric Lombard, un riche homme d’affaires. Les soupçons s’orientent très rapidement vers l’institut Wargnier. S’ensuivent deux autres assassinats. Un homme est retrouvé pendu à un pont métallique, dans la vallée, un autre à une télécabine. Et sur chacune des trois scènes de crime, on trouve l’ADN de Julian Hirtmann, un tueur en série interné dans le fameux centre psychiatrique. Martin Servaz va le rencontrer. Les deux hommes ont au moins un point commun. Ils apprécient les œuvres de Gustav Mahler, compositeur, chef d’orchestre et pianiste autrichien.
C’est alors sur ce fond sonore (et on a réellement l’impression d’entendre Malher jouer) que les deux hommes vont s’affronter.

Le coup de maître de Bernard Minier pour Glacé est de faire monter la tension progressivement et de nous emmener sur différentes fausses pistes avec des retours en arrière pour mieux nous embrouiller. De plus, la description de l’environnement hostile (montagne, climat, forêt, centre psychiatrique…) contribue à entretenir le suspense. Autre aspect, au fur et à mesure que l’on avance dans la lecture de Glacé, nous découvrons la subtile personnalité de Martin Servaz et forcément, on s’y attache.
Flic instinctif aux antipodes du super-héros, Servaz est cultivé. Il apprécie non seulement la musique classique mais également la littérature. Divorcé, père d’une jeune fille de 17 ans, il est solitaire et profondément humain.

Vous l’aurez compris, avec Glacé, Bernard Minier a créé un personnage particulièrement attachant entouré d’une équipe très éclectique. Tous les autres personnages, qu’il s’agisse de Vincent Espérandieu (principal adjoint et ami de Servaz), de Samira Cheung (nouvelle recrue excentrique de la brigade), d’Irène Ziegler (gendarme lesbienne, motarde et franc-tireuse, à la fois la complice et l’opposée de Servaz), de Julian Hirtmann (ancien procureur et assassin de sa femme et de son amant), de Cathy d’Humières (procureur) ou de Margot Servaz (fille de Martin, étudiante en littérature) ont tous leur propre personnalité complexe et sont tout aussi attachants que Martin Servaz.

Lisez Glacé, vous ne le regretterez pas !

Glacé - Tome 1 - Bernard MINIER
Glacé est un bon thriller avec des personnages principaux très attachants
Style
Personnages
Intrigue
On aime bien
  • La construction de l'intrigue captivante
  • La plume de l'auteur
  • Le personnage principal atypique
On aime moins
  • A vouloir embrouiller le lecteur, il y a quelques longueurs
3.8La note
Note des lecteurs: (22 Votes)
    • http://avisdupublic.net/ Camille LATOUCHE

      Voilà une critique rafraîchissante. Elle donne envie de se prélasser dans un fauteuil et lire les aventures de Servaz