Nightwish – Endless Forms Most Beautiful

Le plus connu des groupes de métal symphonique du grand Nord, Nightwish refait surface après 4 ans. Un nouvel album Endless Forms Most Beautiful. L’attente a-t-elle payé ?

Si nombreux que soient les groupes de métal finlandais, Nightwish est sûrement le plus connu à l’international. Quatre années se sont écoulées depuis Imaginaerum. Le temps était venu pour un retour en studio. Endless Forms Most Beautiful sort aujourd’hui dans les bacs, nous l’avons écouté et voilà notre avis.

Nightwish a bientôt 20 ans

Cela ne rajeunit pas, mais Nightwish a bientôt deux décennies d’existence. Endless Forms Most Beautiful est le neuvième album studio du groupe et si vous êtes bon en maths, nous avions depuis lors, un album tous les deux ans alors. Que s’est-il passé pour retrouver nos nordiques après tant d’années ?

Nightwish - Nightwish - Endless Forms Most Beautiful - Jaquette

Nous passerons rapidement sur l’évincement de Tarja Turunen, la chanteuse originale, après l’un des meilleurs live que le groupe ait sans doute jamais fait, pour se concentrer sur ces 4 dernières années. Anette Olzon alors chanteuse sur les 2 dernières albums se fait remercier. A la recherche d’une chanteuse pour la tournée live, c’est en la personne de Floor Jansen que Tuomas Holopainen, le pianiste et leader du groupe, trouvera quiétude. Troy Donockley, joueur de cornemuse et de flûte irlandaise, rejoint également Nightwish. Un sextuor qui aurait pu être parfait avec Marco Hietala à la basse et Emppu Vuorinen à la guitare si le batteur, Jukka Nevalainen ne souffrait pas d’insomnies sévères, l’écartant du groupe.

Nous comprenons aisément que ces événements ne sont pas très propice au montage d’un nouvel album. Et pourtant, Endless Forms Most Beautiful arrive avec ce qui paraît être un groupe ravivé par l’appel du Sisu, mais qui semble revenir de loin. Difficile alors, de ne pas être sceptique sur l’issue de l’écoute de ce dernier album.

Endless Forms Most Beautiful – Tracklist

  1. Shudder Before the Beautiful
  2. Weak Fantasy
  3. Élan
  4. Yours Is an Empty Hope
  5. Our Decades in the Sun
  6. My Walden
  7. Endless Forms Most Beautiful
  8. Edema Ruh
  9. Alpenglow
  10. The Eyes of Sharbat Gula
  11. The Greatest Show on Earth

Endless Forms Most Beautiful ne nous a pas entièrement conquis

Facile est la critique de dire que Tarja Turunen était et sera l’unique voix de Nightwish. Si après tant d’années et une voix charismatique elle représentait le groupe, cette page est bien tournée. Anette Olzon avait apporté sa touche énergique en repoussant le style lyrique de Tarja pour montrer une face rock-pop au groupe qui avait bien besoin de renouveau. Alors que Dark Passion Play était plutôt de bonne facture, Imaginaerum ne semblait pas avoir conquis l’audience. Mais le choix de Floor Jansen, à la voix et la corpulence forte, nous donne un sentiment de retour en arrière.

Terminée la poussée de voix et le jeu chanteuse <> Marco Hietala avec l’opposition voix grave / haute. Place à un son puissant et malheureusement assez monotone. Ce dernier est malheureusement toujours autant sous-exploité. Toujours leader du groupe Tarot, il y offre l’exutoire artistique qu’il ne semble pas atteindre dans Nightwish. Nous nous égarons peut être ici et cet avis n’engage que moi.

Endless Forms Most Beautiful n’est néanmoins pas inintéressant. Les fans retrouveront la construction habituelle. Pistes énergiques, solo au piano et guitare ainsi que balades font de cet album une base saine déjà moultes fois éprouvée. L’apport plus ou moins important de cœurs, orchestre symphonique et instruments « extérieurs » présent depuis Once continu de s’exprimer dans Endless Forms Most Beautiful. La qualité de ces éléments supplémentaires est toujours aussi bonne : puissance, justesse et réel support des chansons.

L’écriture se tourne vers « un hommage aux sciences et au pouvoir de la raison ». Elle entre en opposition ici avec celle du dernier album Imaginaerum qui soutenait le rêve et l’imaginaire. Le premier single « Élan » ramène au sens de la vie, différent pour chacun et à la capacité de trouver le chemin à travers les occasions données. « The Eyes of Sharbat Gula » est la représentation instrumentale de la fameuse photo de Sharbat Gula par Steve McCurry’s – l’afghane aux yeux bleues. « The Greatest Show on Earth » clôture Endless Forms Most Beautiful par la chanson la plus longue du groupe (24 minutes). En 5 parties, elle fait référence à la vie et à la sélection naturelle proposée par Darwin. Elle sera aussi l’occasion de rappeler l’inspiration de cet album :

There is grandeur in this view of life, with its several powers, having been originally breathed into a few forms or into one; and that, whilst this planet has gone cycling on according to the fixed law of gravity, from so simple a beginning endless forms most beautiful and most wonderful have been, and are being, evolved.Charles Darwin, On the Origin of Species

Endless Forms Most Beautiful est bien écrit et composé. Le travail de Tuomas Holopainen est clairement visible, il faut reconnaitre sa qualité. Bien structuré, cet album ne sera pas d’une grande nouveauté pour les fans. Nous y retrouvons les airs que le groupe diffuse depuis 4 albums déjà : cœurs, orchestre et instruments atypiques. Mais la voix de Floor Jansen, malgré tout son talent, semble être un retour en arrière. Classique sans être poussée, ce timbre ne permet plus au groupe de sortir du genre qu’il avait conduit depuis bientôt 20 ans.

Si vous voulez en savoir plus sur Endless Forms Most Beautiful et Nightwish, je vous conseille les liens suivants :

http://www.nuclearblast.de/fr/products/tontraeger/cd/buch-3cd/nightwish-endless-forms-most-beautiful-earbook.html
http://www.radiometal.com/article/nightwish-premieres-impressions-sur-endless-forms-most-beautiful,174029

Nightwish - Endless Forms Most Beautiful
Endless Forms Most Beautiful pourtant bien écrit ne nous marque pas.
Composition
Arrangements
Ambiance
On aime bien
  • L'écriture
  • Marco Hietala toujours là, même sous-exploité
On aime moins
  • Floor Jansen qui fait perdre l'originalité de la voix au groupe
2.9La note
Note des lecteurs: (48 Votes)
  • Arnaud

    Je suis bien d’accord avec Benoît. Depuis l’album « Imaginaerum »,

    Nightwish revendique un métal à chanteuse moins accès sur le chant

    lyrique et davantage sur un chant posé (de conteur comme dirait

    Thuomas). Sur « Endless Forms Most Beautiful », la présence de Floor

    aurait pu être une vraie bouffée d’air frais pour le groupe. Encore

    aurait-il fallu que ce dernier exploite les talents de la demoiselle au

    maximum. Floor est incontestablement une chanteuse lyrique. Mais elle

    n’est pas en reste lorsqu’il est question d’obtenir une voix rock,

    violente et puissante, voir carrément, un grunt bien placé.

    Ce qui pêche sur ce dernier opus, c’est justement l’absence de

    puissance du chant. Même Marco semble atteint d’une extinction vocale !

    Tout ce qui donnait la force et l’agressivité des morceaux, mettant

    en valeur les instruments et cadrant parfaitement le tout, c’était

    justement la voix de Marco (et Tarja pour l’époque). Avec des titres

    comme « Planet Hell » ou « The Siren » pour ne citer qu’eux. Même durant la

    période Anette, des titres comme « Ghost River » n’auraient pas eu la

    même énergie sans la puissance vocale de Marco.

    Pour en revenir à Floor, son potentiel n’est clairement pas utilisé.

    Il n’y a cas écouter le sublime album éponyme d’After Forever pour se

    rendre compte des capacités hors-normes de miss Jansen. L’on dirait

    même que Thuomas essaie de tempérer la voix de Floor. Pourquoi avoir

    un tel bijoux en sa possession et ne pas s’en servir ?! Afin de donner

    un chemin résolument plus pop/rock et accessible au groupe sans doute.

    Le lyrisme n’étant plus « à la mode ». Mais je trouve cela dommage de

    renier ainsi ce qui a fait leur gloire.

    Concernant la composition musicale et orchestrale de l’album, il est

    clair que le travail de fourmi de Thuomas est encore une fois à la

    hauteur. Mais je ne peux m’empêcher de faire des rapprochements sur

    certaines compositions au travail exécuté dans « Once » par exemple. Il

    est évident qu’après bientôt 20 ans de construction musicale, l’on a

    tendance à se répéter parfois. Encore un bémol que le chant aurait

    pu largement combler. Quelle déception. Avec Floor aux vocale, je

    m’attendait à tellement mieux…

    • Benoît Decoopman

      Bonsoir Arnaud et merci pour ton commentaire presque aussi complet que ma critique entière!

      Après avoir assisté au concert de Nightwish au Hellfest 2015, je reste sur ma position: je confirme le talent du groupe et de la chanteuse mais je regrette vraiment l’utilisation parfois des capacités de la chanteuse. Le groupe est jeune avec « elle » donnons lui le temps d’évoluer et peut être proposer quelque chose de mieux au prochain album!!!

  • Eric digit

    Pas non plus d’accord avec cette critique.J’adore les anciens albums avec Tarja mais aujourd’hui Nightwish engage depuis IMAGINARIUM un nouveau tournant musical unique. On aime ou l’on aime pas. Moi perso j’adore. Floor Jansen cadre parfaitement dans ce renouveau. Le lyric moins mis en avant ok , le coté instrumentation et musical évolué est le symbole cette nouvelle orientation qui me plaid tant.

    • Benoît Decoopman

      Bonsoir Eric digit et merci pour votre commentaire. Qu’entendez vous par « le coté instrumentation et musical évolué » car comme je l’ai précisé, ce mouvement a bien commencé depuis, on va dire Dark Passion Play, avec l’apparition de plus en plus soutenue d’instruments divers tels que la flûte irlandaise ou cornemuse. Endless Forms Most Beautiful ne marque pas de rupture avec ce style. Il reste toujours aussi travaillé et l’écriture est encore de bonne facture. Comme vous l’avez dit, le lyric est moins en avant, pouvons nous donc pas attendre quelque chose de typé, de poussé pour marquer cette évolution? Ma déception est bien dans le conformisme, au niveau de l’identité vocale, que le groupe penche et non dans le style ou l’écriture.

  • clou62

    pas d’accord sur cette critique, floor jansen apporte les qualités des
    chanteuses précédentes, elle est autant à l’aise dans le lyric que dans
    la pop et elle a eu trés peu de temps pour se familiariser avec le
    groupe et le résultat est déjà extraordinaire avec le live wracken open
    air. Le groupe est loin d’être fini, ce n’est que le commencement d’une
    nouvelle ère.

    • Benoît Decoopman

      Bonsoir clou62 et merci pour votre commentaire. Nightwish (et surtout Century Child) a été mon premier groupe de métal et c’est avec eux que j’ai découvert cette musique il y de cela … oula! je commence à me faire vieux…C’est donc avec beaucoup de tristesse que j’ai vu le groupe partir sur un chemin auquel j’adhère de moins en moins. J’avais beaucoup accroché Dark Passion Play et l’énergie qui ressortait de cet album. Energie beaucoup moins présente dans le dernier album, qui peut être se voulait aussi moins puissant. Mais si cet album est un renouveau, alors j’aurai peut être voulu quelque chose pour le marquer.

      L’écriture est impeccable, cela fait maintenant 20ans qu’ils tournent et il n’y a rien à redire, mais c’est bien dans l’expression que j’attendais quelque chose de plus.
      Alors certes, comme tu l’as précisé, elle n’a eu que peu de temps pour se familiariser avec le groupe / les chansons et peut être que mon jugement sera différent après le Hellfest de cette année 😉 mais cela a été pour moi une petite déception de ce coté. A noter que l’album reste bon et 3/5 reste quelque chose de toute à fait correct.