Ça peut pas rater ! – Gilles Legardinier

Gilles Legardinier, l’homme aux chats, est de retour avec la comédie Ça peut pas rater ! Critique du roman

Au moment où commence Ça peut pas rater ! Marie vient de passer 10 ans avec son compagnon Hugues. Malheureusement elle vient de se faire larguer et de découvrir qu’Hugues la trompait avec Tanya, une sublime jeunette d’une vingtaine d’années. Pour Marie c’est le cataclysme. Non seulement elle découvre l’infidélité de son homme mais en plus, celui-ci a le culot de la virer de leur appartement commun pour la remplacer par Tanya. Le goujat ! Folle de rage et de chagrin, remontée contre la gent masculine, Marie décide de se désintéresser des hommes et de faire souffler un vent de vengeance. Puisque c’est comme ça, elle ne se laissera plus faire ! L’héroïne de Ça peut pas rater ! est poursuivie par la poisse jusqu’au boulot où la situation n’est pas tellement plus joyeuse. Elle est responsable des Ressources Humaines dans une entreprise en difficulté qui fabrique des matelas. Son patron, M. Deblais, mijote un mauvais coup et elle compte bien découvrir lequel par n’importe quel moyen. D’un autre côté, Marie reçoit des lettres d’amour d’un mystérieux individu qui ne souhaite pas révéler son identité tout de suite. Epaulée par sa meilleure amie Emilie, et ses collègues de travail, Marie va vite prendre un nouveau départ, révéler une personnalité forte et se fourrer dans des situations improbables.

Couverture du livre Ça peut pas rater ! de Gilles Legardinier

Paracétamol, le chat de Ça peut pas rater !

Ça peut pas rater ! est le dernier bouquin de Gilles Legardinier. L’écrivain vient du monde du cinéma. Ses premiers livres ont été des thrillers, puis il s’est mis à écrire des comédies : Complètement cramé ! dont nous vous avions déjà parlé, Demain J’arrête, Et soudain tout change. Ça peut pas rater ! est donc la quatrième comédie de Gilles Legardinier. Si vous n’avez jamais entendu parler de cet auteur, sachez toutefois qu’après Marc Lévy et Guillaume Musso, cet écrivain est le troisième auteur le plus lu en France. Ses ouvrages sont reconnaissables aux chats qui figurent sur toutes les couvertures. Mais pourquoi l’omniprésence de chats sur les couvertures et dans les histoires de l’auteur ? Dans une interview pour RTL à l’occasion de la sortie de Ça peut pas rater ! Gilles Legardinier explique cette marque de fabrique.

« Le chat habite avec nous mais il nous juge voire il nous toise, voire il nous méprise. […] Du coup ça devient un miroir beaucoup plus intéressant sur notre humanité ».

La notion d’humanité, une valeur chère à Legardinier.

Ça peut pas rater !, derrière une femme se cache un homme

Dans Ça peut pas rater !, Gilles Legardinier se met dans la peau d’une femme et utilise la première personne du singulier. Il est intéressant de voir qu’un écrivain, un homme, tente réellement de comprendre et de ressentir les émotions féminines. L’intention est louable mais il y a un mais. Quand un auteur écrit, il doit en principe s’effacer derrière son personnage fictionnel. Je trouve que l’on sent trop la présence de l’écrivain derrière le personnage féminin de Marie. A la fin de chacun de ses livres, l’écrivain s’adresse à ses lecteurs à travers une lettre dans lesquelles on en apprend un peu plus sur lui. A force, la lecture de ses livres et de ses lettres nous permet de comprendre (un peu) qui est Legardinier. Et malheureusement, dans pas mal de passages de Ça peut pas rater !, on sent l’omniprésence de l’écrivain et on reconnaît sa patte à travers les propos de Marie. Il ne parvient pas à s’effacer totalement derrière son héroïne, il prend trop de place. Pourtant ce n’est pas la première fois que Legardinier utilise une femme en tant que personnage principal, il l’avait déjà fait avec brio dans Demain J’arrête. Tout au long du roman, j’ai clairement été dérangée par la sensation que Legardinier souhaitait à tout prix nous démontrer qu’il est un homme qui écrit comme s’il était une femme, qu’il comprend les femmes mieux que quiconque. Il veut prouver coûte que coûte qu’en tant qu’homme ça ne l’empêche pas de se mettre à la place d’une femme et ça se sent trop. Il y va à grands renforts de « nous les femmes » et de généralités qui peuvent vraiment s’avérer agaçantes. 

Ça peut pas rater !, un livre plus maladroit que les précédents

Si Ça peut pas rater ! demeure un bon livre, on ne peut nier qu’il contient quelques maladresses. Dans un premier temps, le livre est assez inégal. Autant Gilles Legardinier peut évoquer à la perfection le ressenti d’un personnage et les émotions humaines (par exemple la douleur d’une rupture), autant il peut parfois en faire trop. On le sait, il aime parler des individus et des rapports humains. Dans Ça peut pas rater ! il s’emporte et ne parvient pas toujours à canaliser ce besoin. Dans le bouquin il se lance parfois dans de grandes tirades sur l’humanité ou l’existence ce qui peut s’avérer pesant et créer des longueurs. Il s’embarque dans des discours emprunts de bons sentiments quitte à prendre le risque de tomber dans la mièvrerie. A ce propos on peut reprocher à Ça peut pas rater ! une happy end un peu trop cliché. 

Par ailleurs, dans Ça peut pas rater !, Gilles Legardinier veut préserver un certain suspense : qui est l’amoureux secret de Marie ? Que mijote M. Deblais ? L’auteur ne souhaite dévoiler les réponses à ces questions qu’à la fin du roman. Malheureusement, en ce qui me concerne il n’y a pas eu de surprises, le suspense n’a pas tenu puisque je me suis doutée de ce qui se tramait et de l’identité de l’auteur des lettres d’amour. J’irais même plus loin en disant que d’une certaine manière Legardinier vend lui-même la mèche sans s’en rendre compte.

Ça peut pas rater !, une sensation de déjà lu ?

Ceux qui ont lu les comédies précédentes verront sans doute des similitudes avec Ça peut pas rater !. Marie n’est pas sans rappeler Julie de Demain J’arrête. Il est assez facile de confondre les deux livres puisque les deux couvertures se ressemblent fortement. Marie c’est Julie en moins folle et en plus réfléchie. Ça peut pas rater ! c’est aussi Demain J’arrête en moins réussi. Par ailleurs, le concierge de l’immeuble de Marie, M. Alfredo, n’est pas sans rappeler le sage Andrew Blake de Complètement Cramé !.

Ça peut pas rater !, un autre « feel good book » ?

On connait Gilles Legardinier pour sa faculté à nous attendrir et à nous faire rire. Dans Ça peut pas rater !, ça ne rate pas, on retrouve tous les ingrédients typiques des comédies de l’auteur. On ne peut que s’attacher aux personnages qui débordent d’humanité. Quand on parcourt le net, on lit souvent que les livres de l’auteur devraient être remboursés par la sécurité sociale. En effet, Gilles Legardinier est un distributeur d’optimisme qui a cette faculté de nous captiver avec des histoires banales, de garder espoir en la vie et en l’amour et de croire en l’être humain. Lire un livre de Gilles Legardinier, que ça aille ou que ça n’aille pas, ça fait toujours du bien! Ça peut pas rater ! ne déroge pas à la règle. Legardinier y aborde les thèmes de la vengeance, du travail, de l’amour, de l’espoir, de la vie qui passe, de l’amitié, … Ce sont des sujets universels qui ne peuvent que toucher le lecteur.

L’humour est aussi une composante importante du livre. On assiste notamment à une scène de vengeance savoureuse qui mêle beignets, laxatifs et costumes de lapins. Je ne vous en dis pas plus, je vous laisse le soin de lire le livre pour découvrir ce passage qui vaut son pesant de cacahuètes. 

Pour terminer cet article j’aimerais m’attarder sur un point. J’ai la sensation qu’un lecteur qui découvre Gilles Legardinier en commençant avec Ça peut pas rater ! n’aura pas forcément le même ressenti que moi sur l’ouvrage. Il y verra sans doute un bon « feel good book » qui suscitera de l’émotion et des rires en lui sans qu’il puisse forcément relever toutes les faiblesses énumérées dans cet article. Les critiques que je porte sont orientées par la comparaison que je fais entre les différentes comédies que j’ai pu lire de l’auteur. Pour moi, Gilles Legardinier est un très bon écrivain qui écrit des histoires captivantes et extrêmement drôles. Mais lorsqu’on lit plusieurs de ses comédies ainsi que les lettres qu’il laisse à la fin de chacun des ses ouvrages, on commence à voir les ficelles et à faire des rapprochements. Pour ma part, Ça peut pas rater ! est un bon livre, qui se laisse dévorer, mais que j’ai cependant moins apprécié que ses ouvrages précédents. Malgré quelques faiblesses, Ça peut pas rater ! est donc une bonne comédie qui oscille entre humour et émotion. Du pur Legardinier ! 

Pour en savoir plus sur l’auteur :

Pour découvrir d’autres avis sur Ça peut pas rater ! :

Ça peut pas rater ! - Gilles Legardinier
Ça peut pas rater! de Gilles Legardinier est un "Feel Good Book" plaisant à lire. Ce n'est cependant pas la meilleure des comédies de l'auteur. A lire pour se détendre !
Style
Personnages
Intrigue
On aime bien
  • L'humour
  • Les personnages
On aime moins
  • Le flou entre l'auteur et son personnage principal
  • Les passages trop mièvres
3.7La note
Note des lecteurs: (5 Votes)
    • Anne-Laure

      Tu as bien raison de commencer par Complètement Cramé! c’est vraiment un livre qui met la patate ! J’espère qu’il te plaira !

    • http://avisdupublic.net/ @AimeCinema

      Mmmph, en tant qu’amoureux de ces bestiaux je commencerai donc par Complètement Cramé. Très bonnes critiques, ça donne envie ! Feel good critique !