David Lagercrantz – Millénium : Ce qui ne me tue pas

Le retour de Millénium par un quatrième roman signé David Lagercrantz qui prend le relais de feu Stieg Larsson. Ce qui ne me tue pas ne déçoit aucunement le lecteur par une intrigue toute aussi captivante.

L’automne passé, Ce qui ne me tue pas de David Lagercrantz a fait grand buzz dans le monde littéraire. L’auteur de Moi, Zlatan Ibrahimović s’est lancé dans l’entreprise risquée et ambitieuse de continuer la série Millénium de l’écrivain suédois Stieg Larsson (1954-2004).

Nous retrouvons des personnages déjà familiers

Les trois premiers livres de la série Millénium ont été publiés à titre posthume durant les années 2005 à 2008 et rencontrèrent un succès mondial. Stieg Larsson avait projeté une série de dix romans et, avant sa mort en 2004, il avait déjà rédigé les deux tiers de ce quatrième roman. Mais comme ses héritiers ont décidé de ne pas le faire publier, il emporta avec lui la suite qu’il prévoyait à sa saga. Lagercrantz a écrit la quatrième partie indépendamment, inventant lui-même le sujet et l’intrigue.

Le titre orignal est Det som inte dödar oss, la traduction anglaise (que j’ai lu faute de compétence dans la langue suédoise) porte le titre The Girl in the Spider’s Web et la traduction française est paru sous le titre Ce qui ne me tue pas. Parmi les personnages principaux, le lecteur retrouve bien sûr Lisbeth Salander, Mikael Blomkvist, Erika Berger ainsi que quelques autres personnages familiers de trois premiers romans. Lagercrantz reste fidèle aux personnages créés par Larsson, il ne les trahit pas. Il a gardé leurs personnalités et leurs caractères propres. Il les a développés d’une manière logique qui ne contredit pas l’image que le lecteur s’était faite d’eux en se basant sur les romans précédents. Pour faire simple, Lisbeth est toujours Lisbeth et Mikael est toujours Mikael.

Couverture Ce qui ne me tue pas Millenium David Lagercrantz

Il faut aussi dire que tous les personnages principaux du roman sont bien développés. Le monde n’est pas noir et blanc, il n’y a pas que des gentils et des vilains comme dans un roman policier moyen. Les gentils ont leurs défauts et les vilains ont aussi un côté humain. C’est probablement aussi une raison du succès de la série de Millénium.

Une chose que j’attendais pendant toute ma lecture mais qui malheureusement n’arriva pas, c’était le moment où l’on appelle le célèbre journaliste d’investigation Mikael, Kalle Blomkvist. Dans les romans précédents ce rebondissement s’était déjà produit et reflétait un accompagnement du personnage de Mikael et le complétait bien. Cela me faisait sourire à chaque fois, comme probablement tous ceux qui ont grandi avec les romans d’Astrid Lindgren et apportait un peu d’insouciance, de bonheur dans ce monde plutôt sombre qui contraste fortement avec celui de Kalle Blomkvist. Mais ce n’est qu’un petit détail sans trop d’importance.

Évènements sombres dans un Stockholm hivernal

L’atmosphère est bien contraire à celle de Lillköping ensoleillée. Ce qui ne me tue pas nous amène à Stockholm envahie par une violente tempête de neige. Les choses à Millénium ne vont pas très bien, les responsables du journal font pression sur les réacteurs. Mikael ne supporte plus cette situation et cherche de nouvelles histoires mais nous sentons qu’il n’a pas le cœur à l’ouvrage. C’est alors qu’il reçoit un appel de Frans Balder, un génie d’informatique qui, après son retour en Suède, essaie de garder profil bas… Et comme nous pouvons déjà le deviner, cet appel va déclencher toute une série d’évènements qui se développeront à une vitesse incroyable. Lisbeth, l’héroïne de la saga, se retrouve évidemment au plein milieu de cette tempête. Et encore une fois Lisbeth et Mikael s’engagent, chacun à sa manière, dans la lutte pour un monde plus juste.

L’intrigue est complexe et passionnante. Elle comprend plusieurs parties différentes dont les buts et motifs sont variés. L’histoire est racontée en alternant les points de vue. Cela la rend plus dynamique et aide à maintenir la tension, le frisson jusqu’à la fin. L’entreprise de Lagercrantz est sans doute une réussite. La seule question qui se pose maintenant est : est-ce que Lagercrantz va mener jusqu’au bout le projet de dix romans de Larsson et continuer la série ?

Si vous êtes intéressé par d’autres critiques sur Ce qui ne me tue pas de David Lagercrantz, en voici deux:
http://www.lemonde.fr/livres/article/2015/08/27/ce-qui-ne-me-tue-pas-le-retour-reussi-de-la-saga-millenium_4737927_3260.html
http://www.actes-sud.fr/millenium4/

David Lagercrantz - Millénium : Ce qui ne me tue pas
Il s'agit sans aucun doute d'une lecture très passionnante : une fois que l'on commence, on a du mal à mettre le livre à coté.
Personnages
Intrigue
Style
On aime bien
  • L'intrigue bien développée
  • Des personnages intéressants
On aime moins
  • Le manque d'une suite
4.2L'avis
Note des lecteurs: (0 Vote)