Critique – Epica – The Quantum Enigma

Critique – Epica – The Quantum Enigma

L’univers du métal symphonique est vaste. Peu de groupes tirent leur épingle du jeu. Epica est sur le devant de cette scène depuis plusieurs années. Un nouvel album vient d’arriver dans les bacs: The Quantum Enigma. Est ce que Epica est toujours autant dans l’épique ?

Epica - The Quantum Enigma

Epica est  un groupe néerlandais fondé en 2002 par le guitariste Mark Jansen. Simone Simons, la chanteuse charismatique, rejoint le groupe en 2003. Le nom définitif du groupe, Epica, sera choisi en fonction de l’album de Kamelot portant le même nom. Sixième album studio, The Quantum Enigma arrive au moment où le groupe recherche à consolider sa position dans un milieu très vaste. Reste à savoir si ils y arrivent.

Tracklist:

01. Originem
02. The Second Stone
03. The Essence Of Silence
04. Victims Of Contingency
05. Sense Without Sanity – The Impervious Code
06. Unchain Utopia
07. The Fifth Guardian – Interlude
08. Chemical Insomnia
09. Reverence – Living In The Heart
10. Omen – The Ghoulish Malady
11. Canvas Of Life
12. Natural Corruption
13. The Quantum Enigma – Kingdom Of Heaven Part II

Epica, c’est d’abord une abondance, un excès dans la musique. Simone Simons apportant sa voix lyrique et puissante, elle est accompagnée par un grand nombre d’instruments souvent réservés au domaine de la musique symphonique. On y retrouve des cuivres et des instruments à cordes. Pas de grande différence ici avec d’autre groupe du même style me direz-vous. La différence se trouve bien dans l’orchestration, l’harmonisation et l’intégration des rifts à la guitare. Mark Jansen est là pour nous le montrer. 

The Quantum Enigma reste dans cette mesure. Malheureusement, cette tendance se généralise sur la globalité de l’album. Nos oreilles sont inondées et l’on a tendance à se perdre dans la structure de la chanson. Sans remettre en cause la qualité artistique, l’omniprésence d’un flot continu de différentes variables musicales, nous en fait oublier le corps de la musique. Est ce que le groupe décide d’esquiver les paroles et la structure pour chercher systématiquement à en mettre plein la vue (et les oreilles) ? C’est ce que l’on retient dans la globalité de The Quantum Enigma. A part quelques exceptions comme  « The Second Stone » ou « Unchain Utopia » et leurs fins émouvantes construits autour de mélodies et harmonies poignantes, abandonnant en partie ici ses errances hasardeuses et misant sur la force de ses thèmes. Le support orchestral prend tout son sens, élevant la trame des chansons pour les rendre plus lisibles et révéler l’émotion qu’elles contiennent.

On va retenir alors un effet de sur-confiance qu’a Epica sur cet dernier album. Ils poussent leur style dans un extrême jamais égalé dans leurs précédents albums rendant The Quantum Enigma moins intéressant dans sa structure. Ayant quand même un intérêt pour le style propre au groupe, on reste malheureusement pas convaincu par ce nouvel album. Je vous invite quand même à jeter un coup d’œil sur le site officiel du site: http://epica.nl/  et la page Facebook du groupe.

 

Critique - Epica - The Quantum Enigma
Compositions
Arrangements
Ambiance
On aime bien
  • Pouser le style à l'extrème
  • Simone Simons
On aime moins
  • Le brouhaha
2.4Note Finale
Note des lecteurs: (5 Votes)